Publié le 10 février 2019 à 09:42

Une nouvelle campagne colorée de prévention routière en Valais

La nouvelle campagne valaisanne de prévention routière se veut colorée et positive.
Une nouvelle campagne colorée de prévention routière en Valais La Matinale / 1 min. / le 08 février 2019
Trois visuels colorés et un slogan, "Tu tiens plus la route? Prends le bon plan, pas le volant": lancée en Valais, la nouvelle campagne Fiesta entend sensibiliser les automobilistes aux risques liés à la conduite sous l’emprise de substances.

Mettant en avant le canapé de Chloé, le taxi de Jenny ou encore la panda de papa, le ton de cette nouvelle campagne se veut décalé et positif. Elle vise à valoriser les alternatives responsables, sans jugement ni interdiction. En d'autres termes, boire oui, mais sans conduire.

Cette campagnes se veut donc le contrepied aux habituelles campagnes qui misent sur la peur et souvent sur le choc des images.

Pour Sébastien Blanchard, responsable du Label Fiesta interrogé jeudi dans le 12h45, des études récentes démontrent que faire peur à des gens qui ont un mauvais comportement pour leur faire changer de comportement, cela ne marche pas

"Ce qui marche, c’est de proposer des alternatives d’être dans quelque chose de positif et de ne pas être dans la moralisation, car la moralisation engendre des effets de déni qui n’ont aucun impact sur la personne", ajoute Sébastien Blanchard.

Un quart des accidents liés à l'alcool en Valais

En Valais, un quart des accidents de la route sont liés à l’alcool et un seul verre peut parfois suffire à altérer la conduite. Jean-Marc Bellagamba, directeur de l'Organisation cantonale valaisanne des secours, explique qu'une consommation mineure d’alcool peut entraîner une désinhibition chez certaines personnes, notamment celles qui n’ont pas l’habitude de boire et cela peut leur faire croire qu'elles deviennent invincibles. Il peut alors y avoir une prise de risque dans le cadre de la conduite.

Les trois visuels de la campagne seront affichés dès lundi au bord des routes valaisannes. Ils prendront également place sur les réseaux sociaux et dans la presse. La campagne doit durer trois ans.

Nadia Esposito/boi

Publié le 10 février 2019 à 09:42