Modifié le 15 juin 2018 à 14:07

Le PDC Jura choisit un habitant de Moutier comme président du parti

JU - Pascal Eschmann élu président du PDC: le citoyen de Moutier livre sa réaction
JU / Pascal Eschmann élu président du PDC: le citoyen de Moutier livre sa réaction 12h45 / 1 min. / le 15 juin 2018
Un citoyen de Moutier (BE) accède à la présidence du PDC Jura. Conseiller municipal, Pascal Eschmann était l'unique candidat en lice pour tenter de redresser le plus important parti du canton secoué par des turbulences internes.

"La désignation d'un Prévôtois est un geste fort que vous avez voulu adresser aux Prévôtoises et aux Prévôtois", a déclaré devant quelque 180 militants Pascal Eschmann. "L'intégration de Moutier se traduit concrètement ce soir", a-t-il ajouté en évoquant une décision empreinte de symboles.

Avec ce choix, le PDC entend en effet adresser un message de solidarité en direction de Moutier à l'approche du 1er anniversaire du vote sur son appartenance cantonale.

Pas de candidature sauvage

Observateur pour la Ville de Moutier au Parlement jurassien, Pascal Eschmann succède à la présidente par intérim Françoise Chaignat.

Pressentis pour occuper la présidence, la conseillère aux Etats Anne Seydoux-Christe et le secrétaire général Gauthier Corbat avaient accepté le mois dernier de retirer leur candidature au profit de celle de l'élu prévôtois. Aucune candidature sauvage de dernière minute n'est venue perturber cette désignation.

ats/pym

Publié le 14 juin 2018 à 21:35 - Modifié le 15 juin 2018 à 14:07

Un parti en pleine tourmente

L'accession de Pascal Eschmann à la présidence intervient alors que le PDC traverse une crise interne à la suite de la non-élection de sa députée Pauline Queloz à la présidence du Parlement fin 2017.

Le PDC était divisé sur la candidature de Pauline Queloz, soupçonnée par le tribunal cantonal d'avoir menti à la commission des examens d'avocat.

Une majorité d'élus a choisi une autre candidate du parti pour la présidence du Parlement. Cette dissension a entraîné la démission de trois députés du PDC, dont Pauline Queloz.