Modifié

Les autorités de Moutier accueillies par le Parlement jurassien

Moutier accueilli au Parlement jurassien. [Gaël Klein - RTS]
Le Parlement jurassien reçoit les autorités de Moutier / Le 12h30 / 2 min. / le 21 juin 2017
Le Parlement jurassien a réservé un accueil enthousiaste mercredi aux autorités de Moutier, trois jours après que la majorité des citoyens de la ville a choisi de rejoindre le canton du Jura.

C'est sous les applaudissements des députés jurassiens debout que le Conseil municipal de Moutier et le bureau du Conseil de Ville ont fait leur entrée au Parlement.

Deux conseillers municipaux opposés au départ de Moutier avaient fait le déplacement. Proches des larmes, ils ont quitté la salle avant la Rauracienne, l'hymne du canton du Jura.

Ecusson de Moutier et drapeau jurassien

"C'est fantastique, Moutier est une ville jurassienne et on est chez nous", a lancé à la tribune le maire autonomiste de Moutier Marcel Winistoerfer. "Nous sommes infiniment heureux d'être là où nous aurions toujours dû être", a-t-il ajouté avant de rendre hommage à des personnalités qui se sont engagées pour la cause autonomiste.

"Au nom du Parlement je vous souhaite la bienvenue chez vous", a lancé le président du Parlement Frédéric Lovis. L'écusson de la cité prévôtoise était suspendu dans la salle du Parlement, à côté du drapeau jurassien. Le président n'a pas manqué de saluer la présence des deux membres antiséparatistes. "Il n'y a aucune volonté d'ostracisme, sachons travailler ensemble", a-t-il souligné.

Convaincre Belprahon et Sorvilier

"Notre responsabilité est d'aller jusqu'au bout de notre démarche en accueillant les habitants de Belprahon et Sorvilier", a souligné Frédéric Lovis.

En effet, le Gouvernement jurassien va désormais s'employer à convaincre les citoyens de Belprahon (BE) et de Sorvilier (BE) à suivre l'exemple de Moutier. "Le gouvernement ne va pas s'arrêter à mi-chemin", a déclaré le ministre Charles Juillard. Ces communes se prononceront le 17 septembre sur leur avenir.

"Ici nous sommes dans une situation différente du cas de Moutier. Je ne vois pas tellement ce que nous irions implanter à Belprahon et à Sorvilier", a ajouté le président de la délégation aux Affaires jurassiennes. "Mais nous allons mettre en avant les avantages à devenir jurassien", a-t-il souligné.

ats/hend

Publié Modifié