Modifié le 21 septembre 2018 à 14:07

Le Grand Conseil genevois lève l’immunité de Pierre Maudet

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet, photographié en août 2017 à Zoug, alors qu'il faisait campagne pour le Conseil fédéral.
L'immunité du conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet a été levée La Matinale / 2 min. / le 21 septembre 2018
Les députés genevois ont décidé sans surprise de lever l’immunité de Pierre Maudet. Cette mesure, souhaitée par le conseiller d'Etat, permet au Ministère public de l'entendre comme prévenu pour "acceptation d'un avantage".

Le Grand Conseil s’est réuni en séance extraordinaire jeudi soir. Lors de cette dernière, les députés ont largement accepté de lever l’immunité de Pierre Maudet. Aucun parti ne s'y opposait.

En marge de la session, le député socialiste Thomas Wenger a rappelé le caractère exceptionnel de cette mesure. "C’est la première fois dans l'histoire de Genève que le Grand Conseil lève l'immunité d'un conseiller d'Etat. Pour nous, les socialistes, cette décision est vraiment importante pour que le Ministère public puisse interroger Pierre Maudet", a-t-il dit au micro de la RTS.

Le Ministère public pourra ainsi entendre l'élu PLR comme prévenu pour "acceptation d'un avantage" après son voyage à Abu Dhabi dont les frais ont été pris en charge par le prince héritier de l'Emirat.

Pour rappel, le magistrat a menti sur ce financement en affirmant que la facture avait été réglée "par l'ami d'un ami".

Large soutien à la réorganisation du Conseil d'Etat

Plus tôt dans la soirée, les députés ont refusé le caractère urgent de la résolution d'Ensemble à gauche réclamant une démission de Pierre Maudet. Elle sera donc traitée prochainement au Grand Conseil.

Par ailleurs, les deux résolutions concernant la réorganisation du Conseil d'Etat ont été acceptées. La première, défendue par Ensemble à gauche, a passé la rampe de peu avec 51 voix, contre 43. Elle a été soutenue par la gauche et l'UDC. La seconde, déposée par l'exécutif cantonal, a été acceptée à l'unanimité, soit par 95 voix.

>> Les explications dans le 19h30:

Johann Schneider-Ammann souhaite laisser sa place à un esprit libéral et entrepreneurial.
19h30 - Publié le 20 septembre 2018

Il y a une semaine, le Conseil d'Etat avait en effet pris de nouvelles mesures à l'encontre de Pierre Maudet, lui retirant la Département présidentiel, la responsabilité de la police et la charge de l'aéroport.

>> Lire: Pierre Maudet perd le Département présidentiel et la responsabilité de la police

"On ne peut plus continuer comme cela"

Dans le 19h30, le PDC Bertrand Buchs a insisté sur le fait que la situation avait assez duré: "On ne peut plus continuer comme cela. On est dans un climat de suspicion délétère. La solution passe par la décision que (Pierre Maudet) s'en aille".

Le PLR a estimé au contraire que son conseiller d'Etat fait figure de victime. "On a le sentiment d'une chasse à l'homme, que tout le monde veut le faire chuter et que l'on a peu de distance avec les faits. On a de la peine à faire la part des choses et nous le regrettons", a déclaré le président cantonal de la formation Alexandre de Senarclens.

Pierre Maudet absent

Il a toutefois été impossible d'interroger le principal intéressé, puisque celui-ci s'est fait excuser pour l'ensemble de la session. Une absence qui ne témoigne aucunement d'un manque de courage, a insisté son collègue Mauro Poggia: "On peut reprocher beaucoup de choses à Monsieur Maudet, mais pas de manquer de courage ces derniers jours."

>> Voir les réactions en marge de la session du Grand Conseil:

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann annonce sa démission pour la fin de l'année.
19h30 - Publié le 20 septembre 2018

Mathieu Henderson

Publié le 20 septembre 2018 à 22:58 - Modifié le 21 septembre 2018 à 14:07

Démission de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police

Après avoir renoncé provisoirement à la présidence du Conseil d'Etat genevois, Pierre Maudet renonce aussi à celle de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP). Le ministre PLR y avait été nommé en avril dernier.

Le conseiller d'Etat genevois a informé le comité de la CCDJP de sa décision lors d'une séance à Zoug jeudi et vendredi, indique cette dernière vendredi dans un communiqué. Le ministre argovien Urs Hofmann a été nommé afin d'assurer l'intérim.

Le comité s'est entretenu avec Pierre Maudet de la procédure pénale ouverte à son encontre pour acceptation d'un avantage, peut-on lire dans le communiqué, qui ne donne pas d'autre détail. A l'origine, un point de presse avait été annoncé, mais il a été annulé, car aucune information supplémentaire ne peut être donnée, explique la CCDJP.