Modifié le 08 septembre 2018

Genève veut "éteindre" pour lutter contre la pollution lumineuse

Genève de nuit, vue du Salève, ce 11 août 2018.
Genève de nuit, vue du Salève, ce 11 août 2018. [Fabrice COFFRINI - AFP]
Une motion adoptée à l'unanimité par le Grand Conseil genevois encourage le canton à mener avec les communes des tests d'extinction dans certaines zones pour lutter contre la pollution lumineuse.

Le texte émane de Christina Meissner, députée suppléante PDC, qui souhaite que cette problématique soit prise en compte en amont dans les projets d'aménagement. L'objectif n'est pas de supprimer la lumière en ville, mais de réfléchir en fonction de l'usage des différents territoires et de la période de la nuit, ajoute-t-elle.

Incidences sur la santé

La pollution lumineuse a des incidences sur la santé humaine, car elle perturbe le rythme biologique, explique la députée. La faune et la flore en subissent aussi les conséquences. La migration des vertébrés, les insectes et tous les colonisateurs sont touchés, et par ricochet l'homme également par le biais de son alimentation.

Cette motion est un signal politique fort pour soutenir le canton dans ses efforts, relève Christa Meissner. Le texte demande d'établir une vision cantonale sous forme de cartographie des couloirs de nuit, soit des zones de passage sans éclairage artificiel. Ce travail est en cours.

ats/pym

Publié le 08 septembre 2018 - Modifié le 08 septembre 2018

Pétition au niveau fédéral

A noter que la problématique de la pollution lumineuse a été mise en évidence au niveau fédéral lors du lancement mardi d'une pétition qui demande des mesures pour faire face à la disparition des insectes. Parmi les pétitionnaires figure Dark-Sky Switzerland, une association qui milite pour diminuer la pollution lumineuse.