Modifié le 17 juillet 2018 à 11:30

Etude inédite en Espagne pour mieux lutter contre la pollution lumineuse

La nocivité de la pollution lumineuse est encore mal connue (image d'illustration).
La pollution lumineuse est un problème majeur en Espagne Tout un monde / 6 min. / le 17 juillet 2018
L’Espagne, très touchée par la contamination lumineuse, est championne européenne des dépenses en éclairage public par habitant. Une vaste étude va être lancée à Madrid pour mieux combattre le phénomène.

L’Espagne dépense autant en éclairage public que l’Italie, qui compte pourtant 20 millions d’habitants de plus, et dépense largement plus que l’Allemagne. Signes de cette contamination, la Voie lactée ne peut être contemplée que depuis 4% du territoire espagnol et la pollution lumineuse de la ville de Madrid est visible depuis les Pyrénées, à quelque 365 kilomètres de distance.

Peu de gens conscients de la nocivité de cette pollution

Mais peu de monde a conscience des conséquences de cette pollution. L'astrophysicien Alejandro Sanchez est l’auteur de la première thèse sur les coûts de la pollution lumineuse. "Beaucoup de gens pensent que, plus il y a de lumière, mieux c’est. Mais souvent, il existe une intrusion de lumière dans les maisons lorsque les gens dorment", explique ce chercheur en post-doctorat à l’université d’Exeter en Grande-Bretagne. "Des micro-réveils se produisent mais on ne s’en souvient pas. Lorsque nous ouvrons les yeux, le peu de lumière que nous voyons diminue la qualité de notre sommeil."

Lien entre pollution lumineuse et faune

L'astrophysicien espagnol Alejandro Sanchez. L'astrophysicien espagnol Alejandro Sanchez. [Valérie Demon - RTS]

"La contamination lumineuse est la seule pollution électromagnétique connue", rappelle Alejandro Sanchez. "Nous savons comment elle touche l’environnement. Par exemple, la disparition des tortues en Méditerranée et la disparition des oiseaux et insectes en Europe peuvent être très liés à la contamination lumineuse. Et depuis dix ans, nous savons que la quantité de pollution lumineuse reste un très bon indicateur de l’état des espaces naturels."

Les choses pourraient cependant changer progressivement en Espagne. Une association contre la contamination lumineuse a ainsi proposé aux votations du budget participatif de Madrid une étude sur les conséquences de cette pollution. Le projet a été adopté avec un budget de 125'000 euros et devrait voir le jour en 2019.

L'illusion de certaines lumières LED

Mais parfois, les progrès ne sont qu'apparents. C'est le cas avec les lumières LED qui ont déjà remplacé depuis quelques années une partie de l'éclairage public dans la capitale espagnole. "Nous avons un gros problème avec les LED, car il a été établi que ces lumières sont durables parce que ce sont des LED. Mais c’est faux", explique l'astrophysicien.

Jusqu'ici, aucune étude complète n’a été réalisée. Berlin et Londres disposent bien d’une carte nocturne, mais l’étude de Madrid ira plus loin, jusqu’à des domaines insoupçonnés. "C’est une étude intégrale sur l’éclairage public dans la ville, tant du point de vue de la santé, des coûts économiques, de l’environnement mais aussi de la sécurité et de l’impact culturel", poursuit Alejandro Sanchez qui a participé aux premières réunions.

La corruption accentue la pollution lumineuse

Reste que les obstacles sont encore nombreux pour faire diminuer la pollution lumineuse, souvent accentuée dans des villes où la corruption est élevée, relève l'astrophysicien. Ainsi la ville de Valence - gangrenée par les scandales de corruption - était il y a quelques années la ville la plus contaminée d’Europe.

Valérie Demon/oang

Publié le 17 juillet 2018 à 10:41 - Modifié le 17 juillet 2018 à 11:30