Modifié

Les oppositions menacent la mise en service du CEVA fin 2019 à Genève

Des ouvriers travaillant sur le chantier CEVA à Carouge (image d'archives). [Cyril Zingaro - Keystone]
Des ouvriers travaillant sur le chantier CEVA à Carouge (image d'archives). [Cyril Zingaro - Keystone]
Après six ans et demi de travaux, des oppositions menacent la mise en service du CEVA, la liaison ferroviaire qui reliera Cornavin à Annemasse (F), prévue pour décembre 2019.

Avec la mise à l'enquête des mesures de protection contre les vibrations et le bruit, neuf oppositions ont été formulées par des riverains mécontents auprès de l'Office fédéral des transports (OFT).

Quatre d'entre elles concernent les secteurs depuis Théodore-Weber jusqu'à la frontière. Cinq se sont ajoutées dans le secteur de Pinchat. Les procédures étant en cours, l'OFT ne précise pas si des séances de conciliation ont eu lieu.

D'autres oppositions pourraient être formulées. Il manque en effet encore trois mises à l'enquête publique dans les secteurs du Val d'Arve et Champel.

Une facture qui grimpe

Le premier coup de pioche du "chantier genevois du siècle" a été donné en novembre 2011. Le percement du tunnel de Champel en juin a marqué la fin de l'excavation des dix kilomètres de parcours souterrain.

La facture finale risque d'être plus salée que prévu en raison des oppositions. Fin mars, la prévision des coûts finaux s'élevait à 1,620 milliard de francs contre 1,567 milliard en 2009.

ats/kg

Publié Modifié