Modifié le 09 mai 2020 à 07:24

60% des personnes qui ont fait la queue pour manger à Genève n’ont pas d’assurance maladie

Chapuis
François Chappuis: "Les personnes qui font la queue à Genève n'ont aucune réserve" L'actu en vidéo / 2 min. / le 08 mai 2020
Le professeur François Chappuis, médecin aux HUG, dévoile vendredi les chiffres de la pauvreté qui ont pu être établis lors des files d’attente des distributions de nourriture samedi dernier Genève: par exemple, plus de la moitié des personnes présentes n'ont pas d'assurance maladie.

Interrogé à la suite du direct de RTSinfo consacré au coronavirus jeudi, le professeur Chappuis est revenu sur ces images de milliers de personnes attendant de la nourriture qui ont fortement marqué l’opinion et suscité de nombreuses réactions politiques.

Médecins Sans Frontières et les Hôpitaux universitaires de Genève ont questionné les personnes qui se pressaient pour obtenir des pâtes, des conserves, du riz et autres produits de première nécessité. Sur les quelque 2000 qui étaient présentes, 554 ont répondu à cette enquête.

>> Lire aussi: Une distribution massive de nourriture aux plus démunis à Genève

52% de sans-papiers

Ces questionnaires permettent de tracer le profil de ces personnes sombrant dans la nécessité en raison de la crise: 52% sont des sans-papiers, 28,3% des résidents étrangers avec permis de séjour, 3,6% des Suisses, 4,5% des demandeurs d’asile. Suivent d’autres statuts ou des non-réponses. 

Le rapport complet sera présenté dans les jours prochains mais il permet déjà de mieux comprendre cette frange de population précipitée dans la pauvreté après deux mois de ralentissement de l’économie, selon le professeur Chappuis, chef du département de médecine de premier secours aux HUG à Genève. 

"Ce sont des profils variés, explique-t-il, des mères célibataires, des contrats précaires, certains en demande de chômage partiel. Il n’y a pas de type unique mais un profil de plus en plus divers à mesure que monte cette marée sociale de la crise économique."

>> Les explications du professeur Chappuis sur les profils:

chapuis2
L'actu en vidéo - Publié le 08 mai 2020

"Il y a un devoir civique auprès de ces personnes"

Les origines nationales sont également multiples: "Il y a l’exemple des employées de maison des Philippines mais aussi des gens d’Amérique latine, de Mongolie, des engagements précaires. Dans cette population qui sombre dans la nécessité, beaucoup sont dans l’industrie domestique, gardent les enfants ou font le ménage", explique le médecin.

La faible proportion de personnes assurées est révélatrice de cette fragilité extrême. Seulement 40% des personnes qui ont répondu ont une assurance maladie et le taux tombe à 10% chez les sans-papiers. 

"Ce sont des personnes qui ont extrêmement peu de réserves", complète le docteur Chappuis, alors qu’elles ont "un rôle fondamental dans la bonne marche de notre société". Le médecin genevois appelle à un sursaut civique devant cette situation. Ceux qui le peuvent et "qui n’ont pas souffert économiquement de la crise doivent ressentir un devoir de solidarité envers ces personnes", dit-il.

Darius Rochebin/boi

Publié le 08 mai 2020 à 21:39 - Modifié le 09 mai 2020 à 07:24