Modifié le 02 avril 2019 à 12:19

A Genève, les footballeurs amateurs devront se plier à une charte éthique

Football amateur: Genève serre la vis. Les clubs risquent notamment la suppression des subventions.
Football amateur: Genève serre la vis. Les clubs risquent notamment la suppression des subventions. 19h30 / 1 min. / le 01 avril 2019
Les Etats généraux du sport, qui avaient été convoqués pour lutter contre la violence dans le foot amateur à Genève, ont débouché sur dix mesures présentées lundi. Une charte contraignante de fair-play sera notamment instaurée.

A l'avenir, une charte de bonne conduite sera annexée aux factures d'adhésion aux clubs. Adhérer au club signifiera tacitement y souscrire.

Un règlement sera en outre mis en place. Il conditionnera le respect de cette charte éthique à l'octroi par les communes des subventions -une manne financière vitale pour les petits clubs- ou à la mise à disposition d'infrastructures (terrains, locaux...).

Il s'agit là de deux des dix mesures présentées lundi par le canton et la Ville de Genève dans le cadre des Etats généraux du sport, auxquels ont pris part des présidents de clubs, des arbitres, des joueurs et des élus.

Des groupes de travail avaient été formés après une première séance fin novembre pour tenter d'apporter des solutions à la violence dans le football amateur.

"Manoeuvre double: prévention et sanction"

Parmi les autres mesures présentées, un module d'initiation à la médiation devrait désormais être obligatoire pour les responsables de clubs et les arbitres; un "responsable fair-play" devrait être nommé dans chaque club, chargé de faire de la sensibilisation et de veiller au bon respect de la charte; la coordination avec la Brigade d'intervention de la police cantonale (BRIC) en amont des matches à hauts risques devrait également être améliorée.

"Le but est d'avoir une double manoeuvre: celle de la prévention et de l'anticipation d'une part, celle de la sanction d'autre part", a expliqué à la RTS Thierry Apothéloz, conseiller d’État chargé de la Cohésion sociale.

Sur le plan des sanctions, le conseiller d'Etat estime que les exclusions de joueurs prononcées jusque-là par la seule Association cantonale genevoise de foot (ACGF) ne suffisent pas. "Il faut impliquer aussi la responsabilité de l'ensemble des clubs et de leurs dirigeants pour que tout le monde comprenne l'importance qu'un match se déroule bien."

Rôle déterminant des communes

Dans l'exercice des sanctions, les communes auront un rôle déterminant à jouer. "Une bonne chose" pour le président de l'Association cantonale genevoise de foot (ACGF) Pascal Chobaz.

"Une collectivité publique est propriétaire de ses infrastructures (...), elle a par conséquent aussi le droit de donner des règles pour que ses terrains de foot soient utilisés de manière correcte (...) et avec des comportements adaptés au mieux vivre-ensemble", a-t-il réagi.

Les modalités d'application inquiètent

Reste la question des ressources, dans ce milieu surtout porté par des bénévoles. S'il estime que des mesures sont nécessaires face à la violence, le président du FC Vernier Philippe Ludi s'inquiète du risque de sévérité excessive des sanctions.

"Il faut que ce soit fait avec le sens de la mesure. Si du jour au lendemain, on nous pénalise fortement pour un incident qu'on n'aura pas pu contrôler, il ne faudra pas décider d'annuler totalement la subvention parce que le club ne survivrait pas à ça", avertit-il.

La plupart de ces décisions présentées lundi devraient être mises en oeuvre "à court terme", selon la communication des autorités.

>> L'éclairage de La Matinale:

Foot amateur, la guerre des talus
RTS
La Matinale - Publié le 02 avril 2019

Pauline Turuban

Publié le 01 avril 2019 à 20:34 - Modifié le 02 avril 2019 à 12:19

La conséquence de faits de violence graves

Ces Etats généraux du sport sont une première en Suisse. Ils avaient été convoqués à l'automne dernier à la suite de deux cas de violence particulièrement graves survenus sur des terrains de football amateur genevois.

En juin 2018, la finale du championnat de 4e ligue entre Versoix II et Kosova II avait dégénéré en bagarre générale. Bilan: deux joueurs sérieusement blessés, quatre écroués , neuf mis en prévention et la dissolution de l’équipe de Kosova II. La rixe avait fait le tour des réseaux sociaux.

Et en septembre, l’arbitre du match Tordoya-Satigny III (5e ligue) avait été frappé par trois joueurs de l’équipe de Tordoya, qui ont passé trois semaines en détention préventive. Choquée, l’Union genevoise des arbitres de football (UGAF) avait voté à une quasi-unanimité une grève générale le week-end suivant.

Un thème en discussion dans le canton de Vaud

Contacté par la RTS, Christophe Chaillet, président de la commission Jeu et Fair-Play de l'Association vaudoise de football a indiqué que la mesure visant à nommer un responsable fair-play dans chaque club faisait actuellement l'objet d'un groupe de travail dans le canton de Vaud.