Modifié

De grandes quantités de bois charriées dans les lacs par les crues doivent être évacuées

De grandes quantités de bois ont dû être évacuées des lacs fribourgeois pour assurer le fonctionnement des barrages
De grandes quantités de bois ont dû être évacuées des lacs fribourgeois pour assurer le fonctionnement des barrages / 19h30 / 2 min. / le 24 novembre 2023
Les crues de la semaine dernière ont charrié sur les lacs des quantités de bois impressionnantes, formant des îlots par endroits. Ces derniers doivent être évacués pour permettre le bon fonctionnement des barrages.

Au barrage de Montsalvens, dans le canton de Fribourg, Albert Vonlanthen, le responsable "forêts et terrains" au Groupe E, montre sa technique pour ramener le bois au bord de la terre ferme.

"C’est cela mon but: avoir une île flottante qui se met au bord de l'eau. Il faut y aller mollo. Il faut laisser couler le bois. On aurait envie de mettre les gaz, mais ça va moins bien. Il faut être patient", explique-t-il vendredi au micro du 19h30, tout en poussant délicatement un de ces îlots de bois vers la rive avec son bateau.

Quelque 600 tonnes de bois déjà évacuées

Dans le canton de Fribourg ce sont déjà quelque 600 tonnes de bois qui ont été évacuées.

Jean-Claude Kolly, responsable des barrages au Groupe E, évoque aussi l'aspect sécuritaire de cette mesure: "C'est très important de pouvoir évacuer ce bois, parce qu'on a des évacuateurs de crues qui doivent pouvoir fonctionner n'importe quand. Ces bois pourraient les obstruer."

Il y a aussi un risque de diminuer le captage d’eau et d’avoir une baisse de production d’électricité. "Ces bois peuvent se trouver sur les grilles de prise d'eau, mais ça c'est aussi un travail d'évacuation qui se fait avant, durant et après la crue", ajoute-t-il.

"Les plus gros faisaient quasiment 20 mètres"

"J'ai été surpris d'en voir aussi avec des racines, ce qui veut dire que les berges en amont ont sûrement cédé. Les plus gros que j'ai sortis faisaient quasiment 20 mètres de long", s'étonne Albert Vonlanthen.

On retrouve des épicéas, des résineux, mais aussi du bois coupé issu des déchets forestiers en amont et charrié par les crues. Et ces crues se répètent: 2005, 2007 et 2021. Avec à chaque fois le même travail d'évacuation.

Mais cette année, la rapidité du phénomène a surpris les spécialistes. "En une nuit, même en quelques heures, c'est devenu vraiment énorme", lance Albert Vonlanthen.

Et ces prochaines semaines, le vent devrait faire son travail et amener encore du bois flotté qui s’accumulera en amont des barrages.

Sujet TV: Carine Regidor

Adaptation web: Julien Furrer

Publié Modifié