Modifié

La police argovienne privilégie la piste d'un agresseur isolé dans l'attaque de Zofingue

L’assaillant qui a poignardé six personnes à Zofingue, en Argovie, est un Espagnol présentant un "comportement psychique anormal"
L’assaillant qui a poignardé six personnes à Zofingue, en Argovie, est un Espagnol présentant un "comportement psychique anormal" / 19h30 / 2 min. / jeudi à 19:30
L'assaillant qui a blessé six personnes à Zofingue (AG) mercredi serait un Espagnol de 43 ans qui présente un "comportement psychique inhabituel", selon le Ministère public, qui précise qu'il n'existe aucun contexte terroriste en l'état actuel de l'enquête.

L'homme serait entré en Suisse il y a quelques jours seulement, précise jeudi le Ministère public argovien. Il se serait lui-même infligé des blessures et il se trouve actuellement dans un état physique stable et est surveillé par la police à l'hôpital.

Le Ministère public a ouvert une enquête pénale pour tentatives de meurtres. Il va demander la mise en détention provisoire de l'assaillant.

Motifs par encore connus

Mercredi, peu après 16h00, plusieurs passants ont été agressés à la gare de Zofingue, "apparemment de manière arbitraire", a indiqué le Ministère public. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'assaillant, qui s'est servi de différents couteaux, s'est ensuite déplacé du centre vers le sud de la ville, où il s'est barricadé dans une maison familiale.

Les forces spéciales de la police cantonale argovienne ont encerclé la maison. Les policiers ont pu arrêter l'homme. Les six personnes blessées par l'assaillant ont été hospitalisées. Elles sont hors de danger, selon le Ministère public.

>> Relire : Six personnes blessées, dont deux grièvement, par un inconnu à Zofingue (AG), l'assaillant arrêté

La police n'a pas encore pu établir clairement les motifs de cet homme. Selon une information diffusée par la radio SRF, basée sur des renseignements pris auprès du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), l'homme aurait déposé une demande d'asile en Suisse lundi, avant de la retirer mardi.

La police privilégie la piste d'un agresseur isolé. Ce dernier ayant été arrêté, les mesures prises mercredi ont été levées. Les autorités informeront davantage "en temps voulu" sur cette affaire.

ats/edel

Publié Modifié