Modifié le 03 juillet 2019 à 13:45

Une médecin bâloise jugée pour un cas "irrégulier" d'aide au suicide

Erika Preisig.
Ouverture du procès de la fondatrice de l'association d'aide au suicide Eternal Spirit à Muttenz (BL) Le 12h30 / 2 min. / le 03 juillet 2019
Le procès d'une médecin de 61 ans accusée de meurtre s'est ouvert mercredi matin à Muttenz, devant la Cour pénale de Bâle-Campagne. Elle comparaît pour avoir aidé une sexagénaire dépressive et incapable de discernement à se suicider.

La médecin bâloise Erika Preisig, fondatrice de l'association Eternal Spirit, est une figure de l'aide au suicide. Elle avait fait parler d'elle dans le monde entier l'an dernier, lorsqu'elle avait aidé à mourir David Goodall, un scientifique australien centenaire.

Aujourd'hui, elle comparaît pour meurtre, dans le cadre d'un autre accompagnement au suicide: celui, en 2016, d'une Bâloise de 67 ans souffrant de troubles dépressifs ainsi que du trouble de somatisation appelé aussi syndrome de Briquet.

La femme s'était vu refuser l'aide au suicide par l'association Exit, et s'était dès lors tournée vers Eternal Spirit. Sauf que, selon l'accusation, les conditions légales pour ce qui peut être considéré comme un suicide assisté n'ont pas été remplies.

En effet, la femme ne souffrait pas d'une maladie mortelle et la preuve de sa capacité de discernement n'a pas pu être apportée.

Pas de rapport psychologique indépendant

Il est notamment reproché à Erika Preisig de ne pas avoir auparavant demandé un rapport psychologique indépendant attestant de la capacité de discernement de la patiente.

La prévenue s'est contentée d'élaborer elle-même un rapport destiné à Eternal Spirit, qu'elle préside. Elle a aussi demandé un court certificat médical à un médecin de famille de sa connaissance.

L'acte d'accusation précise que la prévenue a agi par "idéalisme personnel". Le Ministère public cite aussi l'accusée qui regrette de n'avoir pas trouvé de psychiatre ou de neurologue qui puisse attester de la capacité de discernement de la sexagénaire.

C'est la première fois qu'une affaire d'aide au suicide est jugée à Bâle-Campagne. Le procès doit durer quatre jours. Le jugement est attendu le 9 juillet.

jvia avec ats

Publié le 03 juillet 2019 à 12:00 - Modifié le 03 juillet 2019 à 13:45

Conclusions "intenables"

Eternal Spirit avait pris position en octobre 2018 sur sa page internet sur les reproches du Ministère public. Il y est expliqué que la sexagénaire souffrait de douleurs chroniques accompagnées de crampes insoutenables de l'estomac et des muscles.

Les conclusions de l'accusation, selon lesquelles la capacité de discernement de la sexagénaire aurait dû être remise en cause parce que ces douleurs sont inexplicables médicalement, sont jugées "intenables". Ces douleurs sont réelles, peut-on lire dans cette prise de position, qui cite le fils, des connaissances et la directrice du home médicalisé où séjournait la sexagénaire, qui ont confirmé sa capacité de discernement.