Publié le 02 mars 2018 à 07:48

Les enfants placés peinent à réclamer leur dû malgré la date butoir

Des enfants placés posent avec une photo d'eux devant le Palais fédéral en mars 2014.
Les enfants placés peinent à réclamer leur dû malgré la date butoir La Matinale / 1 min. / le 02 mars 2018
Les enfants placés de force avant les années 80 dans des familles ou des foyers ont jusqu'au 31 mars pour demander une contribution de solidarité. Mais ils peinent à faire une démarche qui leur est difficile.

En 2016, le Parlement avait débloqué 300 millions de francs pour ces personnes placées de force durant le 20e siècle. Et chacune d'entre elles peut toucher jusqu'à 25'000 francs.

Or seules quelque 6000 demandes ont été déposées sur les 15'000 à 20'000 personnes qui seraient concernées. Un groupe de personnalités romandes a donc décidé de se mobiliser face à l'approche de ce délai.

Une démarche qui reste pénible

"C'est des personnes qui sont tellement touchées dans leur confiance en l'Etat et dans les institutions que cela représente une démarche réellement douloureuse et difficile de faire ce dépôt de dossier", explique le député Vert vaudois Raphaël Mahaim. "Il faut donc les accompagner et leur donner toutes les possibilités imaginables pour arriver à déposer ce dossier."

Des personnalités romandes - politiques et non politiques - appellent donc aujourd'hui les autorités et institutions à redoubler d'efforts pour communiquer sur ce délai auprès des victimes.

Dans plusieurs parlements romands, des démarches sont également en cours pour que les cantons incitent la Confédération à repousser le délai ou à faire preuve d'indulgence avec les demandes qui arriveraient en retard.

Tania Barril/oang

Publié le 02 mars 2018 à 07:48