Modifié

La ligne CFF Lausanne-Genève ne sera pas rétablie avant vendredi

Le trafic ferroviaire reste interrompu entre Genève et Lausanne jusqu'à vendredi, suite à un affaissement sous les voies [RTS]
Le trafic ferroviaire reste interrompu entre Genève et Lausanne jusqu'à vendredi, suite à un affaissement sous les voies / 19h30 / 2 min. / le 10 novembre 2021
Le trafic ferroviaire entre Genève et Lausanne ne sera pas rétabli avant vendredi matin, ont annoncé mercredi en fin de journée les CFF. L'affaissement du sol au niveau des voies, survenu mardi à la hauteur de Tolochenaz (VD), nécessite encore des travaux.

"La ligne va rester bloquée entre Morges et Allaman jusqu'à vendredi tôt le matin, avec si possible un rétablissement de la liaison pour le début du service", a confirmé à la RTS Frédéric Revaz, porte-parole aux CFF. La remise en état des voies s'avère plus compliquée que prévu.

La remise en état des voies s'avère plus compliquée que prévu. L'installation d'un pont provisoire de près de 20 mètres, évoquée par les CFF dans les médias, n'a pas encore été décidée, selon Frédéric Revaz. Le bétonnage des trous découverts semble pour l'instant la meilleure option.

>> Lire aussi: Une 2e ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève est "indispensable", selon Nurria Gorrite

Les équipes de réparation, d'un effectif de 20 personnes, sont mobilisées 24h/24h. Afin de combler les cavités qui se sont formées et de stabiliser le sol au moyen d'injections, les équipes sur place ont coulé plus de 25 mètres cubes de béton, précisent les CFF.

Des ouvriers tentent de boucher le trou de Tolochenaz avec du béton, le 10 novembre 2021. [Sandra Hildebrandt - Keystone]Des ouvriers tentent de boucher le trou de Tolochenaz avec du béton, le 10 novembre 2021. [Sandra Hildebrandt - Keystone]

Invité dans Forum, le directeur des CFF pour la Suisse romande, Alain Barbey, tient tout d'abord à adresser ses excuses aux passagers touchés par ces interruptions. "Les CFF ne sont pas directement responsables de ce qu'il se passe, mais on tient à présenter nos excuses."

Il s'agit d'une situation très complexe, poursuit-il. "On a beaucoup de difficultés, malgré tous les forages qu’on a faits, de voir où le problème se trouve exactement. Tant qu’on n'a pas une certitude sur cela, on ne peut pas remettre en marche les trains, au risque d’avoir un déraillement, ce qui serait beaucoup plus catastrophique."

Société privée impliquée

C'est un affaissement du sol à la hauteur de la commune de Tolochenaz, près de Morges, qui est la cause du blocage du trafic CFF. Selon les Chemins de fers fédéraux, il est dû à des travaux effectués sous les voies par la société Energie 360° pour le percement d'une canalisation d'eau.

L'entreprise privée a reconnu sur Twitter le lien avec un chantier en cours lié au projet Enerlac, réseau d'énergie thermique devant garantir un approvisionnement énergétique 100% renouvelable aux bâtiments d'une zone industrielle non loin de la ligne CFF à partir de l'eau du lac Léman. Frédéric Revaz a affirmé que les CFF étaient en contact avec cette société mais que la question des responsabilités serait discutée dans un second temps.

Une étude géologique du terrain avait été menée au préalable, comme cela se fait toujours en cas de travaux sous les voies, indique Alain Barbey. L'objectif est d'éviter que ce genre de problème se passe. "Mais on ne maîtrise pas toute la géologie des sous-sols", insiste-t-il. Sans compter que cette ligne, qui est le deuxième axe le plus chargé de Suisse, est extrêmement délicate. "Parce qu’il n’y a pas d’alternative où passer. Si une ou deux voies sont interrompues, c’est tout le trafic entre Lausanne et Genève qui est perturbé."

>> l'interview complète du directeur des CFF, Alain Barbey:

Les lignes des CFF sont-elles trop vulnérables? L’interview de Alain Barbey (vidéo) [RTS]
Les lignes des CFF sont-elles trop vulnérables? L’interview de Alain Barbey (vidéo) / Forum / 4 min. / le 10 novembre 2021

Un trou, puis deux trous

Une première cavité s'est creusée mardi en fin de journée en bordure de voies puis un deuxième trou est apparu entre les deux voies dans la nuit de mardi à mercredi.

"Le chantier tiers qui se déroule dans la zone consistait en la mise en place de deux micro-tunneliers à plus ou moins dix mètres de profondeurs. C'est doublement pas de chance parce qu'on a une profondeur suffisante pour ne générer aucune gêne pour nos voies", a expliqué Laurent Pasquini, responsable surveillance génie civil aux CFF.

Mercredi matin 10 novembre, le trafic ferroviaire était toujours interrompu entre Genève et Lausanne, à la hauteur de Tolochenaz (VD). [Jean-Christophe Bott - Keystone]Mercredi matin 10 novembre, le trafic ferroviaire était toujours interrompu entre Genève et Lausanne, à la hauteur de Tolochenaz (VD). [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Les CFF ont mis en place un béton auto-nivelant dans la cavité et on fait parallèlement des sondages pour essayer de détecter des anomalies dans le terrain sous les voies, selon lui.

Durant la nuit de mardi à mercredi, les équipes de réparations étaient parvenues à combler avec du ballast et du ciment le premier trou de plus de 5 mètres cubes qui s'était creusé sous les voies.

Le trafic avait ensuite pu être rétabli sur une voie, avec une vitesse réduite à 20 km/h, mercredi entre 04h00 et 05h00. Il avait dû être à nouveau interrompu par mesure de sécurité car une nouvelle cavité s'était creusée sous les voies.

Voyages non essentiels déconseillés

Les CFF conseillent toujours à leur clientèle à renoncer aux voyages non essentiels sur cette ligne. Pour les déplacements essentiels, environ 25 bus de remplacement assurent la liaison entre Morges et Allaman. Les trains Regioexpress effectuent sinon la liaison entre Genève et Allaman et entre Lausanne et Morges. Aucun Intercity ne circule.

Des trains spéciaux sont aussi ponctuellement mis en service entre Nyon et Genève. Le personnel CFF est présent pour renseigner la clientèle dans les gares de la région. Les CFF adressent par ailleurs leurs excuses à leurs clients pour les désagréments subis.

Remboursement de la clientèle

Frédéric Revaz n'était pour l'instant pas en mesure de chiffrer ou d'estimer ni le montant des dédommagements aux clients ni le coût des travaux de réparation que devrait occasionner cet incident. Pour rappel, depuis le 1er janvier, les CFF doivent rembourser une partie des billets en cas de retard ou de suppression de trains.

Quoi qu'il en soit, Alain Barbey le confirme: les passagers concernés seront dédommagés. Même si dans certains cas cela risque de prendre un peu de temps. "C'est un processus qui est très long", souligne-t-il. Avant d'ajouter: "Tout dépend du type de billet de chaque passager. Les passagers ont un pourcentage du prix du billet qui est remboursé selon le temps de retard. Également s'ils ont des abonnements." A noter que toute la procédure se trouve sur le site des CFF.

>> Ecouter aussi les explications de Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF, dans le 19h30

Jean-Philippe Schmidt donne les dernières informations concernant la coupure CFF entre Genève et Lausanne [RTS]
Jean-Philippe Schmidt donne les dernières informations concernant la coupure CFF entre Genève et Lausanne / 19h30 / 1 min. / le 10 novembre 2021

RTSinfo

Publié Modifié

Les CFF reconnaissent des défaillances mardi soir

Frédéric Revaz a reconnu mercredi matin sur les ondes de la RTS que les CFF ont eu de la peine à mettre en place un service de bus de substitution. "Ça a pris des heures avant que l'on puisse effectivement évacuer tous nos clients. A l'heure de pointe, on a entre 7000 à 10'000 personnes par heure qui circulent sur la ligne Genève-Lausanne et c'est difficile de trouver des bus pour acheminer tous ces gens quand on a une interruption totale", explique Frédéric Revaz.

De nombreux usagers se sont retrouvés bloqués mardi dès 17h15 en pleine heure de pointe et les taxis ont été pris d'assaut, notamment par les personnes devant se rendre à l'aéroport de Genève. Les quais et les abords de la gare de Morges étaient bondés mardi soir.