Modifié

Dizaines de morts dans l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh

Nombreux morts et blessés dans un effondrement au Bangladesh
Nombreux morts et blessés dans un effondrement au Bangladesh / L'actu en vidéo / 1 min. / le 24 avril 2013
Un immeuble de 8 étages s'est effondré mercredi près de Dacca au Bangladesh, faisant des dizaines de morts et des centaines de blessés.

Au moins 82 personnes sont mortes et 700 autres ont été blessées mercredi au Bangladesh dans l'effondrement d'un immeuble de huit étages qui abritait plusieurs ateliers de confection à la périphérie de la capitale, Dacca, selon un bilan encore provisoire.

L'immeuble Rana Plaza, qui abrite notamment deux ateliers de confection, des magasins et une banque, s'est effondré comme un château de cartes à 9h locales (3h GMT).

Semblable à un violent séisme

Effondrement d'un immeuble au Bangladesh [Munir uz ZAMAN]

Seul le rez-de-chaussée est resté intact et la scène évoquait les conséquences d'un puissant séisme.

"Le bilan va s'alourdir, certains blessés sont dans un état critique", a un médecin urgentiste présent sur place.

Selon le ministre de l'Intérieur, Muhiuddin Khan, cet immeuble a été construit en violation des lois en vigueur.

afp/moha

Publié Modifié

Des accidents semblables fréquents

L'industrie textile au Bangladesh est la deuxième plus importante au monde. Elle fournit en particulier nombre de marques occidentales à bas prix. Mais ce secteur est régulièrement accusé de ne pas respecter les normes de sécurité.

En novembre 2012, un incendie dans une usine textile avait fait 111 morts à la périphérie de Dacca, le pire sinistre dans l'histoire de l'industrie.

Les effondrements d'immeubles au Bangladesh sont courants, les normes de sécurité en matière de construction étant rarement appliquées.

En 2005, au moins 70 personnes avaient été tuées dans l'effondrement d'une usine textile à l'extérieur de Dacca.

En novembre dernier, 13 personnes avaient été tuées par la chute d'un pont en construction dans la ville portuaire de Chittagong.