Modifié

La Chine et la Russie seules contre tous à la réunion du G20 en Inde

G20: les pays non-alignés bientôt sanctionnés? Interview de Jean-Joseph Boillot (vidéo)
G20: les pays non-alignés bientôt sanctionnés? Interview de Jean-Joseph Boillot (vidéo) / Forum / 5 min. / le 2 mars 2023
La Chine a rejoint la Russie jeudi, en refusant de soutenir l'appel des membres du G20 à un retrait "inconditionnel" des forces russes de l'Ukraine lors d'une réunion à New Delhi. Celle-ci a donné lieu par ailleurs au premier échange bilatéral entre l'Américain Anthony Blinken et le Russe Sergueï Lavrov depuis l'invasion de l'Ukraine.

Les ministres des Affaires étrangères du G20 étaient réunis à New Delhi, en Inde. La plupart d'entre eux ont condamné fermement la guerre en Ukraine, a annoncé le pays qui assure actuellement la présidence du groupe.

Mais la Russie et la Chine se sont une nouvelle fois désolidarisées de cette condamnation, a précisé l'Inde dans un communiqué. Les participants ont en outre souligné l'importance d'une prolongation de l'accord sur les exportations de céréales via la mer Noire, a-t-elle ajouté.

Le ministre indien des Affaires étrangères lors de la réunion du G20 à New Delhi, le 2 mars 2023. [EPA/Keystone - Harish Tyagi]

New Delhi avait souhaité que sa présidence du G20, cette année, se concentre sur des questions telles que la réduction de la pauvreté et le réchauffement climatique. Mais la guerre en Ukraine a éclipsé les autres points de l'ordre du jour.

Appel à prolonger l'accord sur les céréales

Avant la déclaration finale, le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken a demandé que la Russie renouvelle l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, qui expire ce mois-ci.

Scellé en juillet 2022 entre l'ONU, l'Ukraine, la Russie et la Turquie, il a permis de limiter la grave crise alimentaire mondiale provoquée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a été reconduit mi-novembre pour les quatre mois d'hiver et expire le 18 mars.

Message "direct" d'Anthony Blinken à Sergueï Lavrov

A l'occasion de cette réunion des chefs de la diplomatie du G20, le secrétaire d'Etat américain a rencontré brièvement jeudi à New Delhi son homologue russe. C'était leur premier échange en face-à-face depuis le début de la guerre en Ukraine, a indiqué un responsable américain.

Le précédent entretien en tête-à-tête entre Anthony Blinken et Sergueï Lavrov remontait à janvier 2022, quelques semaines avant l'invasion russe de l'Ukraine, le 24 février. La rencontre de jeudi a duré moins de 10 minutes, selon ce responsable américain s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Le chef de la diplomatie américaine a fait part à son interlocuteur de l'engagement des Etats-Unis à continuer à soutenir l'Ukraine. Il a voulu "envoyer ce message directement" à son homologue russe, a fait valoir le responsable. La veille, Antony Blinken avait pourtant assuré ne prévoir aucune rencontre de la sorte.

Un peu plus tard devant la presse, le secrétaire d'Etat américain a déclaré avoir demandé à son homologue russe de "mettre fin" à la "guerre d'agression" de la Russie en Ukraine. La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a minimisé l'importance de cet échange.

"L'Inde joue sur une position d'équilibriste"

Pour l'économiste Jean-Joseph Boilot, cette rencontre ne pouvait avoir lieu que dans un pays considéré comme non-aligné comme l'Inde.

"Parfois on a tendance à dire que les pays en développement sont sur une posture 'ni-ni'. Ni l'Ouest ni la Russie", a-t-il expliqué dans l'émission Forum. "Mais la particularité de la position indienne est que c'est 'et, et'. L'Inde est à la fois l'alliée, l'amie, de la Russie et s'est rapprochée ces dernières années de manière très significative des Etats-Unis, qui peuvent aussi être un ami"

"En jouant sur ce registre, elle a réussi à convaincre Sergueï Lavrov qu'il fallait à New Delhi faire un geste en direction des Etats-Unis", ajoute ce spécialiste des pays émergents. "News Delhi joue un peu comme dans un théâtre de marionnettes sur cette position d'équilibriste qui lui a redonné une position de force en termes de puissance qu'elle n'avait pas du tout avant le conflit".

Moscou et Pékin dénoncent des "tentatives d'ingérence"

En marge du G20, Sergueï Lavrov s'est également entretenu avec son homologue chinois Qin Gang, dont le pays entretient des liens étroits avec Moscou.

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et son homologue chinois Qin Gang lors de la réunion du G20 à New Delhi, le 2 mars 2023. [Keystone - Russian Foreign Ministry Press Service]

Tous deux ont "unanimement rejeté les tentatives d'ingérence dans les affaires internes d'autres pays, d'imposer des approches unilatérales par le chantage et les menaces", selon un communiqué de la diplomatie russe.

Devant ses homologues du G20, le chef de la diplomatie russe a fustigé le "comportement obscène d'une série de délégations occidentales, qui ont transformé le travail sur l'agenda du G20 en une farce", d'après l'agence publique russe TASS.

Précédent échec samedi dernier

La réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 est intervenue après celle la semaine dernière des ministres des Finances, qui n'ont pu s'entendre samedi sur un communiqué commun en raison de leurs divergences concernant le conflit en Ukraine.

oang avec les agences

Publié Modifié