Modifié le 20 novembre 2017 à 21:54

Le président allemand fait pression sur les partis pour éviter des élections

Le président allemand en appelle à la responsabilité des partis pour former un gouvernement
Le président allemand en appelle à la responsabilité des partis pour former un gouvernement L'actu en vidéo / 1 min. / le 20 novembre 2017
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a écarté la tenue de nouvelles élections après l'échec des négociations pour former un nouveau gouvernement. Angela Merkel, elle, déclare préférer un nouveau scrutin à "un gouvernement minoritaire".

"Tous les partis politiques élus au Parlement allemand ont une obligation envers l'intérêt commun de servir notre pays", a déclaré Frank-Walter Steinmeier lors d'une conférence de presse lundi, après une rencontre avec la chancelière Angela Merkel.

"J'attends de tous qu'ils soient disponibles pour le dialogue afin de rendre possible, dans un délai raisonnable, la formation d'un gouvernement", a insisté le président allemand.

Frank-Walter Steinmeier a annoncé qu'il allait consulter tous les dirigeants des partis politiques, impliqués ou non dans les négociations, ainsi que les présidents des deux Chambres et de la Cour fédérale.

>> Lire aussi: Les raisons de l'échec d'une coalition allemande et ses conséquences

Merkel préfère de nouvelles élections

La chancelière allemande Angela Merkel a elle dit à la chaîne ARD que son objectif reste de constituer un "gouvernement stable". Elle a précisé qu'elle préférerait de nouvelles élections plutôt qu'un gouvernement minoritaire.

A ZDF, elle a déclaré qu'elle n'a pas envisagé de démissionner après l'échec des négociations menées avec les libéraux et les écologistes. "Je suis prête à gouverner quatre années supplémentaires", a-t-elle dit.

Echec des négociations

Dans la nuit de dimanche à lundi, après un mois de tergiversations et de négociations, les conservateurs d'Angela Merkel (CDU-CSU), les libéraux (FDP) et les écologistes n'ont pas réussi à former de coalition gouvernementale - surnommée Jamaïque en raison des couleurs dominantes des formations qui en rappellent celles du drapeau.

Pas de majorité pour gouverner, cela n'était jamais arrivé depuis la fondation de la République fédérale d'Allemagne en 1949.

agences/ta

Publié le 20 novembre 2017 à 14:43 - Modifié le 20 novembre 2017 à 21:54

Le SPD réaffirme son refus

Le Parti social-démocrate allemand (SPD) a réaffirmé lundi qu'il ne participerait pas à une nouvelle coalition gouvernementale. Il avait essuyé un revers historique aux élections législatives du 24 septembre.

"Nous ne sommes pas disponibles pour entrer dans une grande coalition", est-il écrit dans un projet de résolution préparé pour une réunion de l'exécutif du parti. "Nous ne craignons pas de nouvelles élections", ajoute le document préparatoire du SPD, qui a gouverné de 2013 à 2017 avec le bloc chrétien-démocrate d'Angela Merkel dans le cadre d'une grande coalition.

La France souhaite que l'Allemagne reste "stable et forte"

La France souhaite que l'Allemagne reste un partenaire "stable et fort" pour "avancer ensemble", a indiqué lundi le palais de la présidence. "En attendant, nous continuons à travailler avec les autorités allemandes puisque le gouvernement reste en place."

Un peu plus tôt, Emmanuel Macron avait exprimé son inquiétude après l'échec des négociations pour la formation d'une coalition de gouvernement à Berlin. La France n'a "pas intérêt à ce que ça se crispe", a déclaré le chef de l'Etat.

De son côté, la Commission européenne a déclaré que la "stabilité et la continuité" restaient garanties en Allemagne malgré l'échec des négociations.