Modifié le 19 novembre 2017 à 23:50

Angela Merkel cherche désespérément à former un gouvernement

La chancelière allemande Angela Merkel avec Horst Seehofer du CSU, lors des négociations à Berlin.
La chancelière allemande Angela Merkel avec Horst Seehofer du CSU, lors des négociations à Berlin. [Odd ANDERSEN - AFP]
La chancelière Angela Merkel se préparait à négocier une partie de la nuit de dimanche à lundi pour éviter une rupture des négociations visant à former un nouveau gouvernement en Allemagne, synonyme d'instabilité.

Le camp conservateur de la chancelière Angela Merkel (CDU-CSU), les Libéraux du FDP et les écologistes s'étaient donnés jusqu'à 18h00 dimanche pour trancher: accord ou échec.

Cette heure butoir est passée sans progrès apparent, les dirigeants des partis concernés et leurs négociateurs continuant à enchaîner les réunions à Berlin pour essayer de surmonter leurs divergences sur le programme de gouvernement des quatre ans à venir.

Les pourparlers pourraient se prolonger jusqu'à tôt lundi matin, du fait de blocages toujours très importants.

Divergences

"Nous en sommes toujours à un point où nous avons des divergences sur le climat et la politique migratoire", a déclaré dans la soirée le négociateur en chef des Verts, Michael Kellner, à la chaîne ZDF.

"On est sur le fil du rasoir", a commenté de son côté un des dirigeants de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière, Volker Bouffier, assurant toutefois qu'un compromis "est possible".

Nouvelles élections?

Au pouvoir depuis 12 ans, Angela Merkel a certes remporté fin septembre les élections législatives. Mais elle l'a fait avec le pire score depuis 1949 pour son parti du fait de la percée de l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD).

Conséquence: Angela Merkel a toute les peines à trouver une majorité à la chambre des députés, où les sociaux-démocrates (SPD) ont réitéré dimanche leur refus de gouverner avec elle après avoir été laminés aux élections.

Faute de compromis avec les Libéraux du FDP et les Verts, l'Allemagne devra sans doute retourner aux urnes début 2018.

>> Les explications d'Anne Maillet à Berlin:

Allemagne-Dernières heures pour un accord: explications d'Anne Mailliet
19h30 - Publié le 19 novembre 2017

afp/vtom

Publié le 19 novembre 2017 à 22:55 - Modifié le 19 novembre 2017 à 23:50