Modifié le 13 mai 2016 à 14:47

Un convoi humanitaire interdit d'entrer à Daraya, ville syrienne assiégée

Un camion de la Croix-Rouge apporte une aide humanitaire au village rebelle de Teir Maalah en avril dernier.
Un camion de la Croix-Rouge apporte une aide humanitaire au village rebelle de Teir Maalah en avril dernier. [MAHMOUD TAHA / AFP - AFP]
Un convoi chargé d'une aide humanitaire a été interdit jeudi d'entrer à Daraya, une ville rebelle au sud-ouest de Damas assiégée par l'armée syrienne, selon le Comité international de la Croix-Rouge.

"Malheureusement, notre convoi d'aide avec l'ONU et le Croissant rouge syrien s'est vu refuser l'entrée à Daraya malgré une autorisation préalable de toutes les parties", a indiqué le CICR sur Twitter.

Le CICR avait présenté cette aide comme la première à la ville assiégée depuis 2012. Cinq camions préparés par le CICR, l'ONU et le Croissant rouge syrien devaient livrer du lait pour bébé, ainsi que des produits médicaux et scolaires.

90% des habitants ont fui

Fief rebelle symbolique pour l'opposition, Daraya échappe au régime depuis quatre ans. La ville était à la pointe de la révolte contre le président Bachar al-Assad quand elle a commencé en mars 2011.

Aujourd'hui presque entièrement détruite, elle a perdu 90% de ses 80'000 habitants. Ceux qui restent souffrent de graves pénuries et de malnutrition.

agences/rac/sbad

Publié le 12 mai 2016 à 10:27 - Modifié le 13 mai 2016 à 14:47

Des actes, pas des paroles

De son côté, le coordonnateur de l'opposition syrienne Riad Hijab a réclamé jeudi "des actes, pas des paroles" aux pays soutenant la rébellion. Il a demandé des armes et des mesures contre le régime de Damas qui bénéficie, selon lui, d'un "feu vert pour poursuivre ses exactions".

Riad Hijab, qui a assisté lundi à Paris à une réunion des soutiens de l'opposition, a déploré l'absence de mesures concrètes à l'encontre du gouvernement syrien. Ce dernier est responsable selon lui de "plus de 2300 violations de la trêve" depuis son entrée en vigueur le 27 février.