Modifié

Niveau record de concentration en gaz à effet de serre

Le hausse du taux de dioxyde de carbone d'un an à l'autre est la plus forte depuis 1984 [Frank Augstein]
Le hausse du taux de dioxyde de carbone d'un an à l'autre est la plus forte depuis 1984 - [Frank Augstein]
L'Organisation météorologique mondiale relève mardi une hausse record dans la concentration des gaz à effet dans l'atmosphère l'année passée.

La teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre a atteint un nouveau record en 2013, a affirmé mardi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM). La hausse des concentrations de dioxyde de carbone s'est accélérée l'an dernier.

Hausse record de dioxyde de carbone

En 2013, en moyenne mondiale, la teneur de l'atmosphère en CO2 était de 396,0 parties par million (ppm), soit 2,9 ppm de plus qu'en 2012, ce qui représente la plus forte augmentation annuelle de la période 1984-2013.

Si le rythme d'accroissement actuel se maintient, la teneur annuelle moyenne de l'atmosphère en CO2 à l’échelle du globe devrait dépasser le seuil symbolique de 400 parties par million en 2015 ou 2016.

Pic de concentration de méthane

Le méthane(CH4), deuxième plus important gaz à effet de serre, a atteint un nouveau pic en 2013, soit 1824 parties par milliard (ppb) – en raison de l'accroissement des émissions anthropiques. Quant à la concentration atmosphérique du protoxyde d'azote (N2O), elle a atteint quelque 325,9 parties par milliard en 2013.

agences/mac

Publié Modifié

Le CO2 moins bien absorbé

Des données préliminaires laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre, alors que les émissions de ce gaz continuent de croître, selon l'OMM qui publie ces observations en vue du prochain sommet sur le climat à New York.

"Le dioxyde de carbone demeure pendant des centaines d'années dans l'atmosphère et encore plus longtemps dans l'océan. L'effet cumulé des émissions passées, présentes et futures de ce gaz se répercutera à la fois sur le réchauffement du climat et sur l'acidification des océans", a souligné le secrétaire général de l'OMM Michel Jarraud.