Modifié

L'Italie bannit les sacs plastiques de ses magasins

Chaque Italien utilise 300 sacs plastiques par an en moyenne. [Andrew Medichini - Keystone]
Chaque Italien utilise 300 sacs plastiques par an en moyenne. [Andrew Medichini - Keystone]
Les sacs plastiques seront bannis des magasins et supermarchés italiens à compter du 1er janvier. Il s'agit d'une grande première pour un pays qui consomme à lui seul un quart des 100 milliards de sacs utilisés annuellement en Europe.

Les sacs plastiques devront être remplacés par des équivalents en matière biodégradable ou en papier.Actuellement, ils sont importés pour la plupart de pays asiatiques comme la Chine, la Thaïlande et la Malaisie.

"A la mode"

Les Italiens figurent parmi leurs plus gros consommateurs en Europe, avec 300 unités par habitant chaque année. "C'est une grande innovation qui marque un pas en avant fondamental dans la lutte contre la pollution et qui nous rend tous plus responsables en matière de recyclage", a commenté la ministre de l'Environnement Stefania Prestigiacomo.

Le gouvernement a préparé, en coordination avec la grande distribution, une campagne de sensibilisation auprès du public. L'idée consiste à promouvoir l'utilisation de sacs en matières naturelles et réutilisables "qui peuvent non seulement être pratiques et bons pour l'environnement mais aussi à la mode", selon la ministre.

Ecologistes satisfaits

Toutes les organisations de défense de l'environnement, qui craignaient un report de l'application de cette interdiction, ont salué la décision gouvernementale. Le lobby de l'industrie du plastique a en vain fait pression pour retarder l'entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation.

Selon les associations de défense de l'environnement, 28% des sacs se transforment en déchets qui finissent dans la nature, alors qu'au moins 200 ans sont nécessaires pour leur décomposition. L'Italie est confrontée à un grave problème de déchets. Naples est envahie depuis des semaines par des centaines de tonnes d'ordures, en raison notamment d'un manque d'incinérateurs.

ats/cer

Publié Modifié