Modifié

Vladimir Poutine en visite à Pékin pour renforcer le partenariat sino-russe

Vladimir Poutine a choisi la Chine pour son premier déplacement à l'étranger depuis sa réelection. [afp]
Vladimir Poutine rend visite à Xi Jinping en Chine / Le 12h30 / 1 min. / jeudi à 12:34
Le président chinois Xi Jinping a salué jeudi la relation Pékin-Moscou comme "propice à la paix" lors d'une rencontre à Pékin avec son homologue russe Vladimir Poutine, mis au ban par les pays occidentaux depuis son invasion de l'Ukraine.

La relation Chine-Russie "est non seulement dans l'intérêt fondamental des deux pays et des deux peuples, mais elle est également propice à la paix", a estimé Xi Jinping, se disant prêt à renforcer ces liens selon des propos rapportés par le ministère chinois des Affaires étrangères. Pour Vladimir Poutine, cette relation est un facteur de stabilité et n'est dirigée contre personne, selon des médias russes.

Un partenariat "sans limites"

Cette visite de deux jours constitue le premier voyage à l'étranger de Vladimir Poutine depuis sa réélection en mars et son deuxième en Chine en un peu plus de six mois. Pour l'analyste russe indépendant Konstantin Kalachev, cette rencontre est "destinée à montrer que les relations sino-russes montent encore d'un niveau".

Les deux pays avaient célébré début 2022 un partenariat bilatéral décrit comme "sans limites". La Chine est un partenaire économique crucial pour la Russie, en proie à de lourdes sanctions occidentales depuis son offensive militaire en Ukraine. En échange, Pékin bénéficie notamment d'énergie russe bon marché.

"Solution politique"

Les deux hommes ont notamment abordé la guerre en Ukraine jeudi, se disant favorables à une "solution politique au conflit". Dans un communiqué commun publié par le Kremlin après la rencontre, Pékin et Moscou jugent notamment "nécessaire" d'éviter toute décision à même de "contribuer à la prolongation des hostilités et à une nouvelle escalade du conflit", une formulation semblant viser Européens et Américains, le Kremlin disant sans cesse que ce sont les livraisons d'armes de l'Occident à l'Ukraine qui font durer la guerre.

Le communiqué commun estime aussi qu'un "règlement durable de la crise ukrainienne" passe par le respect du "principe de l'indivisibilité de la sécurité", concept utilisé par le Kremlin pour justifier son invasion en affirmant que le rapprochement entre Kiev et l'Occident représentait une menace pour Moscou et que la sécurité de l'Ukraine ne pouvait se faire aux dépens de celle de la Russie.

Pékin et Moscou ont aussi souligné l'importance du "dialogue", s'agissant du règlement de cette guerre. La Russie a dit être prête à des pourparlers uniquement si l'Ukraine lui cédait les cinq régions qu'elle revendique et occupe. Il parait cependant illusoire d'espérer une médiation de la part de la Chine. A l’heure où les Chinois ont très peu d’alliés sur la scène internationale, Pékin n’a pas intérêt à voir Moscou affaibli.

Ligne rouge fixée par Washington

Pékin n’a jamais condamné l’agression russe de l’Ukraine. Officiellement neutre, la Chine soutient économiquement, technologiquement et diplomatiquement la Russie et critique les Etats-Unis et l’Otan, responsables selon elle de la crise. Washington a toutefois fixé une ligne rouge à Pékin - ne pas fournir directement d'armes à la Russie - et dit n'avoir à ce jour pas eu la preuve du contraire.

Mais les Etats-Unis estiment que le soutien économique chinois à la Russie permet de renforcer sa production d'armes de guerre. Les échanges commerciaux sino-russes ont explosé depuis l'invasion de l'Ukraine et ont atteint 240 milliards de dollars (222 milliards d'euros) en 2023, selon les douanes chinoises.

>> Ecouter les précisions de Michael Peuker, correspondant en Chine, dans Forum :

Xi Jinping reçoit Vladimir Poutine et soutient une "solution politique au conflit" en Ukraine
Xi Jinping reçoit Vladimir Poutine et soutient une "solution politique au conflit" en Ukraine / Forum / 2 min. / jeudi à 18:00

Menaces de sanctions américaines

Mais les exportations chinoises vers le voisin russe ont baissé en mars et en avril, après que Washington a menacé de sanctionner les institutions financières soutenant l'effort de guerre russe. En effet, un décret signé en décembre par le président américain permet au Trésor d'exclure du système mondial les banques étrangères liées à l'effort de guerre russe .

La Chine cherchant à renouer ses liens avec les Etats-Unis, elle pourrait ne pas vouloir renforcer sa coopération avec la Russie, malgré les attentes de cette dernière, selon des analystes. Plusieurs banques chinoises ont ainsi interrompu ou réduit leurs transactions avec leurs clients russes, selon huit ressortissants des deux pays impliqués dans le commerce bilatéral.

>> Voir aussi:  : Le président chinois Xi Jinping appelle les Etats-Unis à être "des partenaires, pas des rivaux"

De nouveaux accords commerciaux

Pendant cette visite, des experts s'attendent toutefois à ce que Moscou et Pékin célèbrent leur partenariat et signent plusieurs accords commerciaux.

Les deux dirigeants devraient par ailleurs publier une déclaration commune et assister à une soirée marquant les 75 ans de relations diplomatiques entre leurs pays.

Vladimir Poutine doit également rencontrer le Premier ministre Li Qiang puis se rendre vendredi à Harbin pour visiter une foire dédiée au commerce et aux investissements.

ats/mayju

Publié Modifié