Modifié

Pourquoi Vladimir Poutine a-t-il limogé Sergueï Choïgou, son ministre de la Défense et ami?

Le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou se reposent pendant le voyage de chasse et de pêche qui a eu lieu du 1er au 3 août 2017 dans la république de Touva, dans le sud de la Sibérie. [REUTERS via Spoutnik - Alex Nikolsky]
Le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou se reposent pendant le voyage de chasse et de pêche qui a eu lieu du 1er au 3 août 2017 dans la république de Touva, dans le sud de la Sibérie. - [REUTERS via Spoutnik - Alex Nikolsky]
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, en poste depuis 2012, a été limogé dimanche soir par Vladimir Poutine. Une décision qui a surpris les experts par sa temporalité, car les forces russes sont actuellement à l'offensive en Ukraine.

Dès les premières semaines du conflit, la place de Sergueï Choïgou à la tête du département russe de la Défense semble compromise. Alors que l'objectif du Kremlin est de s'emparer de Kiev dans une opération éclair et de renverser Volodymyr Zelensky, les troupes russes sont confrontées à une résistance acharnée, jusqu'à être totalement repoussées des abords de la capitale.

Un échec cuisant qui est suivi aux mois d'août et de septembre 2022 par des contre-offensives ukrainiennes fulgurantes en direction de Kherson (sud) et dans l'Oblast de Kharkiv (nord-est).

Un an plus tard, à l'été 2023, et alors que l'armée russe n'arrive plus à avancer sur le front, une nouvelle crise éclate avec la mutinerie d'Evguéni Prigojine. Le patron du groupe paramilitaire Wagner, qui s'en prend publiquement depuis des mois à Sergueï Choïgou, l'insultant en permanence sur les réseaux sociaux tout en soulignant son "incompétence", décide de lancer ses troupes en direction de Moscou, avant de finalement faire machine arrière.

>> Réécouter ce reportage de La Matinale de mai 2023 sur les tensions entre l'état-major et le groupe Wagner :

Dans une vidéo, Evgueni Prigojine montre des corps morts de combattants et accuse l’état-major russe de n’avoir pas livré le matériel nécessaire. [Keystone - Prigozhin Press Service via AP]Keystone - Prigozhin Press Service via AP
L'armée russe apparaît affaiblie par les pertes, les revers et les tensions entre l'état-major et Wagner / La Matinale / 2 min. / le 9 mai 2023

Au-delà de ces crises, graves mais toutefois ponctuelles, Sergueï Choïgou est aussi très contesté par les corps de l'armée depuis le début de l'invasion. On lui reproche notamment de ne pas faire partie du sérail. Sergueï Choïgou n'a en effet jamais fait de carrière militaire et doit son grade de général à son précédent rôle de ministre des Situations d'urgence, entre 1991 et 2012.

Enfin, le ministre de la Défense est aussi la proie constante des critiques des commentateurs et autres blogueurs militaires nationalistes, qui dénoncent sa mollesse et son manque d'audace dans la guerre d'Ukraine.

Malgré ces nuages noirs qui s'amoncellent au-dessus de Sergueï Choïgou, Vladimir Poutine continuera à lui accorder sa confiance pendant plus de deux ans, jusqu'à sa décision de dimanche.

>> Revoir le reportage du 19h30 sur le limogeage de Sergueï Choïgou :

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, en poste depuis 2012, a été limogé dimanche par Vladimir Poutine
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, en poste depuis 2012, a été limogé dimanche par Vladimir Poutine / 19h30 / 2 min. / lundi à 19:30

Une longue amitié

Pour les spécialistes du Kremlin, la longévité de Sergueï Choïgu au ministère de la Défense est due avant tout aux liens spéciaux qu'il entretient avec Vladimir Poutine. Le ministre a longtemps été considéré non seulement comme un allié politique du président, mais aussi comme l'un de ses rares amis au sein de l'élite russe.

Une amitié mise en scène à de nombreuses reprises dans des opérations de communication, les deux hommes se faisant photographier ensemble torses nus, prenant des bains de soleil en Sibérie, à la chasse, à la pêche ou encore en train de jouer pour la même équipe de hockey sur glace.

>> Relire à ce propos : En vacances en Sibérie, Vladimir Poutine soigne sa communication

Le président russe Vladimir Poutine s'entretient avec Sergueï Choïgou après un match d'exhibition de la Ligue de hockey de nuit, sur la place Rouge, à Moscou, le 29 décembre 2018. [REUTERS via Spoutnik - Alexei Nikolsky]
Le président russe Vladimir Poutine s'entretient avec Sergueï Choïgou après un match d'exhibition de la Ligue de hockey de nuit, sur la place Rouge, à Moscou, le 29 décembre 2018.  [REUTERS via Spoutnik - Alexei Nikolsky]

Sergueï Choïgou a acquis la confiance de Vladimir Poutine depuis de très nombreuses années. Il est en effet le ministre le plus ancien de l'histoire de la Fédération de Russie. Nommé pour la première fois en 1991 par Boris Eltsine à la tête du ministère des Situations d'urgence, il acquiert une popularité nationale, en se déplaçant souvent sur les lieux de catastrophes naturelles.

Dès l'arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000, Sergueï Choïgou est donc dans le premier cercle des fidèles. Il cofondera d'ailleurs en 2003 le parti du président, Russie Unie.

Fautes et corruption

Malgré ces liens forts, le président russe a donc pris la décision de démettre Sergueï Choïgou de ses fonctions à la tête de la Défense. Pour Alexandre Baunov, expert de la Russie au centre Carnegie, les fautes et les errements en Ukraine ont été trop graves pour être pardonnés.

"Les kremlinologues classiques pensaient que les nuages ​​au-dessus de Choïgou s'étaient dissipés. Qu'après les échecs de 2022 et le coup d’État de 2023, la situation s'était améliorée. Mais rien n'a été oublié; le coup d’État de Prigojine n’est pas effacé de la mémoire", explique-t-il dans une publication sur Telegram.

"C'est le signe que Poutine écoute ce qui se dit et comprend que Choïgou devait quitter le ministère de la Défense, où il était simplement toléré", explique de son côté sur X Dara Massicot, experte au centre de recherche Carnegie Russia Eurasia.

Le choix de Vladimir Poutine pourrait aussi avoir été dicté par la volonté de s'attaquer à la corruption dans le ministère de la Défense. Au mois d'avril, Timur Ivanov, l'un des 12 vice-ministres russes de la Défense, a en effet été arrêté par les autorités et inculpé pour "prise de pots-de-vin à grande échelle", un crime passible de 15 ans de prison.

En charge depuis longtemps de projets de constructions militaires, Timur Ivanov avait déjà été épinglé en 2022 pour son train de vie dispendieux dans une enquête d'une organisation de l'opposant Alexeï Navalny.

Mardi, le Kremlin a par ailleurs également annoncé l'arrestation du général Iouri Kouznetsov, en charges des ressources humaines. Il serait suspecté "d'activités criminelles", selon l'agence de presse TASS.

Une photo mise à disposition par le service de presse du Tribunal municipal de Moscou montre le vice-ministre russe de la Défense, Timur Ivanov, lors d'une audience le 8 mai 2024. [KEYSTONE - Tribunal municipal de Moscou]
Une photo mise à disposition par le service de presse du Tribunal municipal de Moscou montre le vice-ministre russe de la Défense, Timur Ivanov, lors d'une audience le 8 mai 2024.  [KEYSTONE - Tribunal municipal de Moscou]

Limogé du ministère de la Défense, Sergueï Choïgou a quant à lui été nommé dans la foulée secrétaire du Conseil de Sécurité, poste occupé jusque-là par Nikolaï Patrouchev (Voir encadré). Une fonction très honorable qui laissera à Sergueï Choïgou un accès direct au président, mais qui comporte toutefois beaucoup moins de prérogatives.

Pour Dara Massicot, le départ de Sergueï Choïgou s'est fait d'une manière très douce. "On lui donne une position très respectable. Et ça a été fait après la parade du Jour de la Victoire. Je pense même que le licenciement a été retardé pour ça", juge-t-elle.

Le 9 mai 2024, Sergueï Choïgu a pu être présent pour une dernière fois en tant que ministre de la Défense au défilé militaire du jour de la Victoire, qui marque à Moscou la victoire soviétique face aux Nazis en 1945 [REUTERS - Maxim Shemetov]
Le 9 mai 2024, Sergueï Choïgu a pu participer pour une dernière fois en tant que ministre de la Défense au défilé militaire du jour de la Victoire, qui marque à Moscou la victoire soviétique face aux Nazis en 1945  [REUTERS - Maxim Shemetov]

Un économiste pour une économie de guerre?

Pour remplacer Sergueï Choïgou à la tête de la Défense, Vladimir Poutine a nommé l'économiste Andreï Belousov. Dans un communiqué, le Kremlin a expliqué que "l'explosion du budget de la défense de la Russie" justifiait de nommer un économiste à sa tête et qu'Andreï Belousov contribuerait à rendre l'armée russe "plus ouverte à l'innovation".

Andreï Belousov, 65 ans, a longtemps été conseiller économique de Vladimir Poutine. Avant sa nomination, il occupait le poste de premier vice-Premier ministre russe. Réputé travailleur, le nouveau ministre de la Défense est connu pour être favorable à la planification économique et à un certain interventionnisme d'Etat.

>> Revoir à ce propos l'analyse d'Antoine Silacci dans le 19h30 :

Ministre russe de la Défense limogé : l'analyse d'Antoine Silacci, chef de la rubrique internationale
Ministre russe de la Défense limogé : l'analyse d'Antoine Silacci, chef de la rubrique internationale / 19h30 / 1 min. / lundi à 19:30

Au cours d'une conférence de presse, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a expliqué que "Vladimir Poutine souhaitait que le ministère de la Défense soit sous la direction d'un civil, en raison de la nécessité de moderniser l'armée".

D'après les experts, cette nomination est le signe qu'on envisage une guerre longue à Moscou. Pour Vladimir Poutine, il devient donc essentiel d'accélérer l'adaptation de l'économie à une économie de guerre. Cela signifiera pour Andreï Belousov d'être capable de mettre en place des politiques à même d'assurer l'augmentation et l'amélioration de la production du complexe militaro-industriel.

Tristan Hertig

Publié Modifié

Quid de Nikolaï Patrouchev?

Secrétaire du Conseil de Sécurité jusqu'à dimanche, Nikolaï Patrouchev a donc été évincé de son poste au profit de Sergueï Choïgou.

Celui qui a été longtemps directeur du FSB, l'agence de renseignement russe interne, est réputé proche de Vladimir Poutine, qui a occupé ce même poste avant lui. Dimanche, beaucoup de commentateurs se demandaient donc où il serait nommé.

Nikolaï Patrouchev assiste à une réunion en présence de Vladimir Poutine, le 30 octobre 2023 à Novo-Ogaryovo, à l'extérieur de Moscou (image d'illustration). [REUTERS via Spoutnik - Gavriil Grigorov]
Nikolaï Patrouchev assiste à une réunion en présence de Vladimir Poutine, le 30 octobre 2023 à Novo-Ogaryovo, à l'extérieur de Moscou (image d'illustration).  [REUTERS via Spoutnik - Gavriil Grigorov]

Position de conseiller

La réponse est tombée mardi. Nikolaï Patrouchev a été nommé conseiller de Vladimir Poutine. Pour Mark Galeotti, historien spécialiste de la Russie, ce poste peut être important ou non, selon le bon vouloir de Vladimir Poutine.

"L'ancien ministre de l'Education Andreï Foursenko, qui a désormais ce poste, semble passer la plupart de son temps à remplacer Vladimir Poutine lors d'événements universitaires, de festivals ou d'autres rasssemblents. Il s'agit plus d'un factotum téléopéré que d'un rôle important (...) A l'inverse, Vladimir Medinsky (lui aussi conseiller, ndlr) a joué un rôle véritablement sérieux dans les premiers pourparlers avec l'Ukraine", analyse-t-il sur X.