Modifié

Opéré d'une blessure par balle, le Premier ministre slovaque Robert Fico dans un "état critique"

Blessé par balles, le Premier ministre slovaque Robert Fico est entre la vie et la mort. Le tireur présumé a été arrêté
Blessé par balles, le Premier ministre slovaque Robert Fico est entre la vie et la mort. Le tireur présumé a été arrêté / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30
Le Premier ministre slovaque Robert Fico a été blessé mercredi après-midi par balle et hospitalisé après une réunion de cabinet à Handlova, dans le centre de la Slovaquie. "Toujours au bloc opératoire" le soir, "il est dans un état critique", affirme le ministre de l'Intérieur. Le tireur présumé a été arrêté par la police, selon la présidente du pays.

"Nous avons été informés par les médecins que le Premier ministre est dans un état critique, que sa vie est en danger et qu'il est toujours au bloc opératoire", a déclaré Matus Sutaj Estok lors d'une conférence de presse tenue à l'hôpital où Robert Fico est opéré.

Auteur présumé identifié

Selon la chaîne d'informations slovaque TA3, l'assaillant a tiré à quatre reprises sur le dirigeant pro-russe, précisant qu'il avait 71 ans et qu'il détenait l'arme légalement. Cet homme originaire du centre du pays a été identifié par les médias slovaques comme un écrivain local.

"Je pense pouvoir le confirmer", a répondu le ministre de l'Intérieur Matus Sutaj Estok à des journalistes qui l'interrogeaient sur l'identité du tireur, qui est selon des médias l'un des fondateurs du club littéraire Duha (arc-en-ciel), dans la ville de Levice.

La presse ajoute qu'il est l'auteur de plusieurs recueils de poésie et qu'il est membre de l'association officielle des écrivains slovaques. Le fils du suspect a pour sa part déclaré au site d'information aktuality.sk que son père avait une arme à feu légalement enregistrée. Interrogé sur les sentiments de son père à l'égard de Robert Fico, il a répondu : "Je vais vous dire une chose : il n'a pas voté pour lui. C'est tout ce que je peux dire".

Un assaillant présumé a été interpellé après le tir ayant touché le Premier ministre slovaque Robert Fico. [REUTERS - Radovan Stoklasa]
Un assaillant présumé a été interpellé après le tir ayant touché le Premier ministre slovaque Robert Fico. [REUTERS - Radovan Stoklasa]

"La police a arrêté l'assaillant et donnera davantage d'informations le plus vite possible", a déclaré la présidente slovaque Zuzana Caputova dans un communiqué, qualifiant l'agression de son opposant politique d'"attaque contre la démocratie". La télévision slovaque a diffusé des images d'un homme en jeans menotté au sol.

Les raisons exactes de cette attaque ne sont pour l'heure pas claires.

Le journal Dennik N, dont un reporter a vu le chef de gouvernement emmené dans une voiture par des gardes du corps, avait dans un premier temps indiqué que des sources lui avaient affirmé que le Premier ministre slovaque était "hors de danger". Le média local avait précisé que Robert Fico est "blessé à l'abdomen et apparemment aux bras et aux jambes".

>> Les premières images du Premier ministre slovaque après s'être fait tirer dessus :

Le Premier ministre slovaque Robert Fico se trouve "entre la vie et la mort"
Le Premier ministre slovaque Robert Fico se trouve "entre la vie et la mort" / L'actu en vidéo / 50 sec. / mercredi à 18:43

Le chef du gouvernement, âgé de 59 ans, avait tout d'abord été transporté à l'hôpital de Handlova, dans "l'unité de chirurgie vasculaire", a indiqué la directrice de l'établissement Marta Eckhardtova. Puis il a été évacué en hélicoptère à Banska Bystrica, une ville du centre de la Slovaquie, a précisé le gouvernement dans un communiqué.

"Tentative d'assassinat"

Peter Pellegrini, qui doit succéder à Robert Fico en juin, a également condamné "la tentative d'assassinat" de ce proche. "Je suis horrifié de voir où peut conduire la haine envers une autre opinion politique", a-t-il écrit sur X, alors que le Premier ministre slovaque a mis fin à l'aide militaire à l'Ukraine et plaidé en faveur de pourparlers de paix avec la Russie.

L'attaque par balles contre le chef du gouvernement slovaque Robert Fico a été motivée politiquement, a déclaré à la presse le ministre de la Défense slovaque. "Ce qui s'est passé est une attaque politique. C'est absolument clair, et nous devons réagir en conséquence", a déclaré Robert Kaliniak lors d'une conférence de presse tenue à l'hôpital où le Premier ministre est opéré.

Suite à cette attaque, la session parlementaire dans la capitale Bratislava a été suspendue et les mesures de sécurités renforcées dans la capitale.

Evolution de ses positions politiques

Le Premier ministre slovaque Robert Fico (image d'archive). [AFP - JOHN MACDOUGALL]
Le Premier ministre slovaque Robert Fico (image d'archive). [AFP - JOHN MACDOUGALL]

Robert Fico est redevenu Premier ministre l'an dernier après avoir déjà occupé cette fonction entre 2012 et 2018.

Il a réuni son gouvernement à Handlova, à un peu moins de 200 km de Bratislava, dans le cadre de réunions délocalisées à travers le pays depuis son retour au pouvoir.

Ses positions politiques ont évolué durant sa carrière au gré des opinions dominantes dans l'électorat. Il défendait autrefois l'intégration européenne et exprime désormais une forme d'hostilité à l'égard de l'UE et des Etats-Unis. Le Premier ministre slovaque affiche maintenant des opinions populistes et nationalistes.

juma avec agences

Publié Modifié

L'UE condamne une "attaque ignoble"

Les dirigeants des institutions de l'Union européenne ont condamné l'attaque contre le Premier ministre slovaque.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dénoncé une "attaque ignoble". "De tels actes de violence n'ont pas leur place dans notre société et sapent la démocratie, notre bien commun le plus précieux. Mes pensées vont vers le Premier ministre Fico et sa famille", a écrit sur X la responsable allemande.

"Rien ne peut jamais justifier la violence ni de telles attaques", a aussi souligné le président du Conseil européen Charles Michel.

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola s'est également dite "choquée par l'horrible attaque" contre le dirigeant slovaque. "Au nom du Parlement européen, je condamne cet acte de violence", a ajouté la responsable maltaise.

Réactions internationales

La Présidente de la Confédération s'est dite profondément choquée. La Suisse condamne tous les actes de violence, a écrit Viola Amherd sur X. "En ces temps troublés, nous devons faire de notre mieux pour protéger la démocratie", a-t-elle poursuivi en anglais. La Suisse exprime son soutien au Premier ministre, à sa famille et au peuple slovaque.

Le président français Emmanuel Macron s'est dit "choqué". "Je condamne fermement cette attaque. Mes pensées et ma solidarité vont vers lui, sa famille et le peuple slovaque", a ajouté le chef de l'Etat français dans un message publié sur X.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est dit "bouleversé par le lâche attentat". "La violence ne peut avoir sa place dans la politique européenne. En ces heures, mes pensées vont à Robert Fico, à la famille et aux citoyens slovaques", a-t-il ajouté sur X.

La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a "fermement condamné" ce "vil attentat" et a exprimé dans un communiqué "la plus ferme condamnation de toute forme de violence et d'attaque aux principes de base de la démocratie et de la liberté".

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a lui aussi condamné "l'attentat odieux". "J'ai été profondément choqué par l'attentat odieux perpétré contre mon ami, le Premier ministre Robert Fico", a écrit le dirigeant nationaliste sur X, disant "prier pour sa santé et son prompt rétablissement".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé une attaque "épouvantable". "L'attaque contre le Premier ministre slovaque Robert Fico est épouvantable", a-t-il réagi sur X. "Nous condamnons fermement cet acte de violence à l'encontre du chef de gouvernement d'un État partenaire voisin", a ajouté le président ukrainien.

"C'est avec indignation que j'ai appris la tentative d'assassinat contre Robert Fico, Premier ministre de la République slovaque. Rien ne peut justifier ce crime odieux. Je connais Robert Fico comme un homme courageux et déterminé. J'espère que ces qualités l'aideront à surmonter cette situation difficile", a écrit le président russe Vladimir Poutine.

Le président américain Joe Biden a condamné dans un communiqué l'"ignoble acte de violence". Il a ajouté que son épouse Jill et lui "étaient en pensée avec sa famille et le peuple de Slovaquie".

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg s'est dit "choqué et consterné". "Je lui souhaite la force nécessaire pour un prompt rétablissement", a-t-il écrit sur X.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres "condamne fermement l'attaque choquante".