Banner Ukraine 8 juin [Keystone]
Publié

Vladimir Poutine affirme que la contre-offensive ukrainienne "a commencé"

- La Russie a affirmé avoir repoussé plusieurs attaques ukrainiennes dans le sud de l'Ukraine, notamment dans la région de Zaporijjia. Plus tôt, des "combats actifs" ont eu lieu entre Orekhovo et Tokmak, au niveau de la ligne de front actuelle.

- Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la grande contre-offensive que l'Ukraine prépare depuis des mois avait "commencé" sur le front, mais que les forces de Kiev n'étaient pas parvenues à "atteindre leurs objectifs".

- Les inondations qui ont suivi la destruction du barrage de Kakhovka ont fait treize morts et treize disparus, selon des bilans distincts communiqués par Kiev et les autorités d'occupation russe, soit cinq morts et treize disparus côté ukrainien et huit morts côté russe.

- A Kherson, les évacuations se poursuivent, mais elles sont freinées par les tirs d'artillerie russe. Ceux-ci ont fait un mort et 18 blessés côté ukrainien jeudi. De son côté, la Russie accuse l'armée ukrainienne de tirs meurtriers responsables d'au moins deux morts dans un point d'évacuation sous contrôle russe.

- Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell a jugé que "tout paraît indiquer" que la Russie était derrière la destruction du barrage de Kakhovka, dont Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité. Les services de sécurité intérieurs ukrainiens ont eux annoncé avoir intercepté un appel téléphonique prouvant qu'un "groupe de sabotage" russe avaient détruit le barrage.

- La destruction du barrage a inondé une zone de plus de 600 km2 dans le sud de l'Ukraine, sur la rive droite du fleuve Dniepr contrôlée par les Ukrainiens comme sur la rive gauche occupée par les Russes, causant d'importants dégâts sur les cultures et bouleversant durablement les écosystèmes.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

Notre suivi continue

19h45

Volodymyr Zelensky salue l'héroïsme de son armée

Le président ukrainien a salué vendredi son armée, alors que d'intenses combats font rage dans le sud du pays.

"A nos soldats, à tous ceux qui sont engagés dans des combats particulièrement durs ces jours-ci. Nous sommes témoins de votre héroïsme, et nous sommes reconnaissants pour chaque minute de votre vie", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son message quotidien.

17h15

La contre-offensive ukrainienne aurait débuté...et échoué, selon Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé que la grande contre-offensive que l'Ukraine prépare depuis des mois avait "commencé" sur le front, mais que les forces de Kiev n'étaient pas parvenues à "atteindre leurs objectifs".

"Nous pouvons totalement affirmer que cette offensive a commencé, pour preuve l'utilisation des réserves stratégiques" ukrainiennes, a déclaré Vladimir Poutine dans une vidéo diffusée sur Telegram par un reporter de la télévision publique russe.

Selon lui, les combats durent depuis cinq jours mais "les troupes ukrainiennes n'ont atteint leur objectif sur aucun des champs de bataille".

"Toutes les tentatives de contre-offensive menées jusqu'à présent ont échoué, mais le régime de Kiev dispose encore d'un potentiel offensif", a ajouté Vladimir Poutine, assurant que la réplique russe "sera basée sur ce constat".

17h00

Nouvelle aide militaire américaine à Kiev

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi une nouvelle tranche d'aide militaire à l'Ukraine, qui concerne principalement des équipements de défense antiaérienne et des munitions, d'environ 2 milliards de dollars.

Cela "illustre l'engagement continu en faveur des capacités critiques à court terme de l'Ukraine et des capacités durables des forces armées ukrainiennes pour défendre leur territoire et lutter contre l'agression russe sur le long terme", a précisé le Pentagone dans un communiqué.

15h05

Une explosion avant la destruction du barrage

L'institut de sismologie norvégien Norsar a détecté "une explosion" provenant de la région du barrage ukrainien de Kakhovka au moment de sa destruction mardi, a indiqué un de ses hauts responsables vendredi.

Cette annonce, qui n'attribue pas d'origine à l'explosion, conforte l'idée selon laquelle le barrage hydroélectrique situé dans une zone sous contrôle russe n'a pas cédé du fait de dommages subis lors de bombardements au cours des mois précédents.

"Nous sommes certains qu'il y a eu une explosion", a déclaré à l'AFP Ben Dando, un chef de section de Norsar. Selon cet institut indépendant de recherche sismologique, la déflagration s'est produite à 02H54 heure locale, sur un site dont les coordonnées correspondent à celle du barrage de Kakhovka, sur le fleuve Dniepr.

Sa magnitude est comprise "entre 1 et 2", a précisé Norsar, qui n'a pas encore calculé son équivalent en tonnes TNT, laquelle nécessite d'intégrer de nombreux facteurs. "Ce n'est pas une faible explosion", a précisé Ben Dando. Elle a été relevée par la station de mesure de Bukovina en Roumanie, à quelque 620 km de l'endroit où elle s'est produite.

14h40

L'Islande ferme son ambassade à Moscou, une première

L'Islande a annoncé la fermeture sine die de son ambassade à Moscou en raison de la situation actuelle liée au conflit en Ukraine, devenant le premier pays à prendre une telle décision.

"La situation actuelle ne permet tout simplement pas à la petite représentation diplomatique de notre pays d'opérer en Russie", a affirmé la ministre des Affaires étrangères islandaise Thórdís Gylfadóttir dans un communiqué.

14h25

La Russie va déployer des armes nucléaires tactiques en Biélorussie

La Russie commencera à déployer des armes nucléaires tactiques en Biélorussie dès que les installations seront prêtes, les 7 et 8 juillet, a déclaré Vladimir Poutine à son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko, lors d'une réunion à Sotchi.

"Tout est donc conforme au plan, tout est stable", a dit le président russe, selon un communiqué du Kremlin.

Les deux hommes s'étaient précédemment mis d'accord sur le déploiement de missiles nucléaires terrestres russes à courte portée sur le territoire du proche allié de Moscou, où ils resteront sous commandement russe.

14h10

Barrage détruit: quelles conséquences militaires?

La destruction partielle du barrage de Khakovka continue d'alimenter le débat des analystes sur les conséquences de cette action sur le conflit en Ukraine. A qui profite le crime, alors que Kiev et Moscou se rejettent la faute? Est-ce que la contre-offensive ukrainienne va être entravée et celle-ci a-t-elle vraiment commencé?

>> Le débat du 12h45 avec Serge Michel, rédacteur en chef du site Heidi.news, et Antoine Silacci, chef de la rubrique internationale à la RTS TV :

Le rendez-vous de la presse est consacré au sabotage du barrage de Kakhovka cette semaine en Ukraine.
Le rendez-vous de la presse est consacré au sabotage du barrage de Kakhovka cette semaine en Ukraine. / 12h45 / 8 min. / le 9 juin 2023

13h55

La Russie affirme avoir repoussé plusieurs attaques ukrainiennes au sud

La Russie a affirmé avoir repoussé plusieurs attaques ukrainiennes dans le sud de l'Ukraine, notamment dans la région de Zaporijjia. "Au cours des dernières 24 heures, les forces ukrainiennes ont poursuivi leurs tentatives de mener des offensives dans les régions d'Ioujno-Donetsk et de Zaporijjia", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Celles-ci ont été repoussées grâce aux "actions décisives (...) des unités des forces russes, de l'aviation et de l'artillerie", selon la même source.

Jusqu'à deux bataillons et des chars ukrainiens ont participé à ces offensives, a affirmé le ministère russe.

Les forces russes ont également effectué des frappes avec des "armes de haute précision" sur des dépôts de munitions, d'armements et de matériel militaire de conception étrangère, notamment des drones en Ukraine. "Toutes les cibles fixées ont été atteintes", assure-t-il.

13h35

Des trésors archéologiques prêtés par la Crimée iront en Ukraine libre

La Cour suprême des Pays-Bas a jugé vendredi qu'une collection de trésors archéologiques prêtée par la Crimée à un musée d'Amsterdam, peu avant l'annexion par Moscou de cette péninsule, devait être remise à l'Ukraine. Il s'agit de la dernière décision juridique néerlandaise sur ces pièces d'"or des Scythes" d'une valeur inestimable, après un bras de fer juridique qui a duré près d'une décennie.

L'Ukraine, de même que quatre musées de la péninsule occupée, avaient réclamé la restitution des pièces prêtées pour l'exposition "La Crimée: Or et secrets de la mer Noire". Mais le musée archéologique de l'Université d'Amsterdam Allard Pierson avait déclaré qu'il ne le ferait pas tant qu'un juge n'aurait pas décidé à quelle partie les pièces devaient être restituées.

"En attendant la stabilisation en Crimée"

Cette décision de la Cour suprême des Pays-Bas a également confirmé les jugements de cours néerlandaises inférieures selon lesquels les trésors devraient être restitués à Kiev - et non aux musées - pour leur protection, "en attendant la stabilisation en Crimée". Les juges ont souligné que l'Ukraine avait "un intérêt légitime à protéger son patrimoine culturel".

La date de restitution des oeuvres n'est pas encore connue et sera décidée "en coopération avec l'Ukraine", a précisé un responsable.

>> Lire aussi : En Ukraine, l'armée russe emporte les oeuvres d'art comme butin de guerre

En 2014, un musée d'Amsterdam expose "l'or des Scythes", un fabuleux trésor d'orfèvrerie du 4ème siècle avant Jésus-Christ, conservé en Crimée. [Keystone - AP Photo/Peter Dejong]
En 2014, un musée d'Amsterdam expose "l'or des Scythes", un fabuleux trésor d'orfèvrerie du 4ème siècle avant Jésus-Christ, conservé en Crimée. [Keystone - AP Photo/Peter Dejong]

13h15

Kiev dit avoir des preuves de la culpabilité de la Russie dans la destruction du barrage

Les services de sécurité intérieurs ukrainiens (SBU) ont annoncé avoir intercepté un appel téléphonique prouvant qu'un "groupe de sabotage" russe avait détruit le barrage de Kakhovka. Il a publié sur Telegram un clip audio d'une minute et demi de la supposée conversation téléphonique. L'enregistrement n'a pour l'heure pas pu être authentifié de manière indépendante.

"Ils [les Ukrainiens] ne l'ont pas détruit. C'était notre groupe de sabotage", dit l'un des hommes sur l'enregistrement, décrit par le SBU comme un soldat russe. L'autre interlocuteur s'est étonné de l'affirmation du soldat selon laquelle les forces russes, qui occupaient le barrage depuis l'invasion en février 2022, l'avaient détruit.

Le SBU n'a pas donné d'autres détails sur la conversation ni sur ses participants. Il a indiqué qu'il avait ouvert une enquête pour crimes de guerre et "écocide".

12h35

Treize morts et des disparus dans les inondations du Dniepr

Le ministre ukrainien de l'Intérieur a donné un nouveau bilan des inondations qui ont suivi la destruction du barrage de Kakhovka, évoquant cinq morts et treize disparus.

Au total, 48 localités sont inondées dont 14 dans les zones sous occupation russe et 2412 personnes ont été évacuées côté ukrainien, a précisé Igor Klymenko sur Telegram.

Un responsable de l'occupation russe a pour sa part fait état de huit morts sur la rive sud et de 22'273 maisons inondées dans 17 localités.

Selon lui, 5800 personnes ont été évacuées depuis mardi des zones inondées sous occupation russe et 4000 personnes sont menacées de coupures d'eau potable. Selon les prévisions, la montée des eaux pourrait durer encore 10 jours.

12h25

Les Russes sur la défensive dans le sud, selon Kiev

L'Ukraine a affirmé que l'épicentre des combats restait l'est du pays, au moment où des affrontements dans le sud ont relancé les spéculations sur le début de la grande contre-offensive promise par Kiev depuis des mois.

"La situation reste tendue sur toute la ligne de front. L'épicentre est à l'est", a indiqué sur Telegram Ganna Maliar, la vice-ministre ukrainienne de la Défense. "L'ennemi continue de concentrer ses efforts en direction de Lyman, Bakhmout, Avdiïvka et Manrïnka", a-t-elle ajouté, citant les noms de villes où les combats font rages depuis des mois.

Concernant le sud de l'Ukraine, elle est restée évasive, alors que depuis jeudi les combats ont gagné en intensité dans la région de Zaporijjia, selon Moscou, particulièrement autour d'Orikhiv en direction de Tokmak, une ville à 40 km au sud du territoire occupé par la Russie.

"L'ennemi mène des actions défensives dans le secteur de Zaporijjia. Des combats de position s'y poursuivent", a simplement commenté la vice-ministre.

Depuis des mois l'Ukraine dit préparer une contre-offensive d'ampleur pour reprendre les territoires occupés par la Russie dans le sud et l'est. La reprise des combats dans le sud est pour de nombreux observateurs un indicateur que celle-ci est en cours ou alors imminente.

12h10

Barrage ukrainien: l'UE accuse la Russie

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell a jugé que "tout paraît indiquer" que la Russie était derrière la destruction du barrage de Kakhovka, dont Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité.

"Le barrage n'a pas été bombardé. Il a été détruit par des explosifs installés dans les zones où se trouvent les turbines. Cette zone est sous contrôle russe", a-t-il dit sur la télévision publique espagnole.

"Je n'étais pas sur place pour savoir qui l'a fait. Mais tout paraît indiquer que, si cela a eu lieu dans une zone sous contrôle russe, il est difficile que cela ait pu être quelqu'un d'autre", a-t-il poursuivi.

"Dans tous les cas, les conséquences pour l'Ukraine sont terribles, de tous les points de vue: du point de vue humanitaire pour les personnes déplacées, du point de vue environnemental, car la destruction (du barrage) va provoquer une catastrophe écologique", a encore dit Josep Borrell.

Cette image satellite montre le barrage et la centrale hydroélectrique de Nova Kakhovka après sa destruction le 7 juin 2023. [AFP - Satellite image ©2023 Maxar Technologies]
Cette image satellite montre le barrage et la centrale hydroélectrique de Nova Kakhovka après sa destruction le 7 juin 2023. [AFP - Satellite image ©2023 Maxar Technologies]

11h55

L'offensive ukrainienne semble être entrée dans une phase dynamique

Après des semaines de préparation, l'armée ukrainienne pourrait avoir finalement lancé le gros de son offensive pour tenter de percer les défenses russes. Conformément à leur ligne depuis plusieurs jours, les autorités ukrainiennes restent elles très vagues sur leurs actions.

"Le contre-offensive ukrainienne a commencé", estiment de nombreux observateurs dont le centre d'analyse américain Institute for the Study of War (ISW), qui précise toutefois ne pas s'attendre à "une seule grande opération" mais à une série de différentes actions coordonnées, comme c'est le cas actuellement.

"Vu l'emploi des matériels occidentaux, il semble que l'offensive ukrainienne est en cours", estime l'analyste américain Michael Kofman, cité dans le quotidien britannique The Financial Times.

"La pression est très forte sur les Ukrainiens et nous sommes peut être à un tournant de la guerre", analysait mercredi un haut gradé français en commentant les différentes actions préparatoires ukrainiennes, qui font selon lui partie de l'offensive.

"J'ai le sentiment qu'ils vont jouer leur va-tout. Si ça passe, ils vont négocier en position de force. Si ça ne passe pas... Eh bien... Dans moins de deux ans il y a des élections américaines, certains stocks (d'armes occidentales) ont atteint des niveaux critiques, ils savent que la corde est tendue", selon cet officier. "Si ça ne passe pas, la négociation se fera dans des conditions moins favorables. Les Ukrainiens le savent bien et mettent le paquet."

11h10

La Suède pourrait accueillir des troupes de l'Otan avant son adhésion

La Suède pourrait autoriser l'Otan à installer des troupes sur son territoire avant même que le pays ne rejoigne officiellement l'alliance, ont annoncé le Premier ministre Ulf Kristersson et le ministre de la Défense Pal Jonson.

"Le gouvernement a décidé que les forces armées suédoises pourraient entreprendre des préparatifs avec l'Otan et des pays membres de l'Otan pour la mise en place future d'opérations conjointes", ont-ils déclaré dans un éditorial publié dans le quotidien Dagens Nyheter.

"Les préparatifs pourraient inclure l'installation temporaire d'équipements et de personnels étrangers sur le territoire suédois. La décision envoie un message clair à la Russie et renforce la défense de la Suède", ont-ils ajouté.

La candidature de la Suède à l'Otan, accélérée avec l'invasion russe en Ukraine, a été retardée par la Turquie et la Hongrie et Stockholm espère maintenant rejoindre l'alliance lors du sommet de l'Otan le mois prochain en Lituanie.

10h00

Un drone touche un immeuble résidentiel russe

Deux personnes ont été blessées lorsqu'un drone s'est écrasé sur un immeuble résidentiel dans la ville de Voronej, située dans le sud de la Russie, non loin de l'Ukraine, ont indiqué les autorités locales.

Des médias russes ont publié des photos et une vidéo montrant un immeuble d'habitation à la façade éventrée et noircie, et dont plusieurs vitres étaient brisées.

La Russie est la cible depuis des semaines d'un nombre croissant d'attaques de drones et de bombardements d'artillerie que Moscou impute aux forces ukrainiennes.

La ville de Voronej est située à quelque 200 km de la frontière avec l'Ukraine. Sa région, également appelée Voronej et frontalière de l'Ukraine, a été plusieurs fois touchée par des drones.

09h45

A Kherson, des évacuations sous les bombes

En Ukraine, les évacuations se poursuivent dans le sud du pays après l’explosion du barrage de Kakhovka et les milliers de tonnes d'eau qui se sont répandues en aval. La correspondante de la RTS en Ukraine Maurine Mercier s'est rendue à Kherson et a constaté que malgré ces opérations, le bruit des bombes continue de retentir très régulièrement.

Et les habitantes et habitants craignent davantage les explosions que les inondations, se disant qu'ils ne peuvent rien contre les bombes, alors qu'ils peuvent quitter les habitations inondées. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir une bombe exploser non loin de l'un des canots de secours qui transportent les rescapés en lieu sûr.

Ces bombardements freinent aussi les évacuations, ce qui explique que peu de personnes ont à l'heure actuelle été évacuées de la région de Kherson, du côté ukrainien. Il y a d'ailleurs peu de gens qui vivent aujourd'hui à Kherson à cause de ces raids et ce sont surtout des personnes âgées qui refusent de quitter leurs maisons.

>> Le reportage de Maurine Mercier à Kherson :

Les images des évacuations à Kherson. [Keystone - EPA/Mykola Tymchenko]Keystone - EPA/Mykola Tymchenko
Maurine Mercier dans les zones inondées et bombardées du sud de l’Ukraine / Tout un monde / 4 min. / le 9 juin 2023

09h10

Les conséquences humaines et environnementales de la destruction du barrage

Une "catastrophe humanitaire, économique et écologique monumentale", a commenté le secrétaire général de l'ONU après la destruction partielle du barrage de Kakhovka, dans le sud de l'Ukraine. De nombreux villages sont inondés, laissant leurs habitants sans logis, alors que les écosystèmes et les cultures ont été ravagés.

Militairement, il est difficile de prédire les conséquences concrètes de cet événement, mais il est sûr qu'il neutralise la ligne de front durablement sur quelque 200 kilomètres inondés par le fleuve.

>> Le point sur les conséquences humaines, environnementales et militaires : Les conséquences humaines et environnementales de la destruction du barrage de Kakhovka

08h40

Nouvelle attaque aérienne

La Russie a lancé une nouvelle attaque aérienne sur l'Ukraine dans la nuit de jeudi à vendredi, tuant une personne et faisant trois blessés, selon les autorités ukrainiennes. Quatre immeubles ont été détruits.

L'armée ukrainienne a affirmé avoir abattu quatre des six missiles et dix des seize drones lancés durant l'attaque qui a duré environ six heures.

Deux missiles ont également frappé un bâtiment civil dans la région centrale de Tcherkassy, a affirmé l'aviation ukrainienne. Le gouverneur de la région a indiqué que huit personnes avaient été blessées dans cette attaque.

Moscou multiplie ces dernières semaines les attaques aériennes contre l'Ukraine alors que Kiev se prépare à lancer une contre-offensive pour tenter de reprendre des territoires occupés par la Russie.

08h10

Des combats dans région de Zaporijjia

Des "combats actifs" sont en cours dans la région de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, a rapporté un responsable de l'occupation russe. Ils se déroulent entre Orekhovo et Tokmak, au niveau de la ligne de front actuelle.

Le responsable n'a pas donné plus de détails, mais selon un correspondant de la télévision publique russe, qui tient une chaîne Telegram suivie par plus d'un million de personnes, "les artilleries" russe et ukrainienne sont à l'oeuvre, les troupes de Kiev étant à l'offensive selon lui.

Dans son bulletin quotidien publié vendredi matin, l'armée ukrainienne n'a elle pas fait état de ces combats. "L'adversaire reste sur la défensive", a simplement écrit le commandement ukrainien sur Facebook au sujet du front dans la région de Zaporijjia.

05h00

Des "résultats" obtenus dans la région de Donetsk

Volodymyr Zelensky a salué ce qu'il a décrit comme des "résultats" obtenus dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

"Les combats sont très rudes dans la région de Donetsk", a déclaré le président ukrainien lors de son allocution quotidienne, prononcée alors qu'il se trouvait à bord d'un train après s'être rendu dans la région de Kherson.

"Nous obtenons toutefois des résultats et je suis reconnaissant envers ceux qui les accomplissent. Bien joué à Bakhmout. Etape par étape", a conclu Volodymyr Zelensky.

02h30

Des bombardements visent des civils évacués des régions inondées

Des tirs d'artillerie russe ont fait un mort et 18 blessés jeudi, dont des membres des services d'urgences selon Kiev, en pleine opération de secours à Kherson, dans le sud de l'Ukraine inondé.

Les Ukrainiens accusent ces derniers jours l'armée russe de frapper Kherson au moment où des milliers de civils sont évacués des zones inondées à la suite de la destruction du barrage de Kakhovka situé en amont sur le fleuve Dniepr.

La Russie accuse elle aussi l'armée ukrainienne de tirs meurtriers, affirmant avoir repoussé plus au nord une offensive de troupes et blindés. Les autorités d'occupation russe en Ukraine ont déclaré que deux personnes ont été tuées dans des bombardements, dont une femme enceinte, dans un point d'évacuation à Golan Pristan, dans la zone sous contrôle russe.

A ce stade, les autorités ukrainiennes et d'occupation russe recensent six morts dans les inondations.

02h00

L'eau du barrage continue à refroidir la centrale de Zaporijjia

La centrale nucléaire de Zaporijjia continue à pomper de l'eau du réservoir d'eau du barrage de Kakhovka pour refroidir le combustible et éviter un accident, a déclaré jeudi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Après examen, il s'est avéré que les opérations de pompage devraient "pouvoir se poursuivre même si le niveau descendait au-dessous du seuil actuel de 12,7 mètres", précédemment jugé critique, a expliqué l'instance onusienne dans un communiqué, qui fixe désormais la limite à "11 mètres, voire plus bas".

"Dans ces circonstances difficiles, cela nous laisse un peu plus de temps avant d'éventuellement passer à d'autres sources d'approvisionnement", a souligné le chef de l'AIEA Rafael Grossi, attendu sur les lieux la semaine prochaine.

Quand le barrage ne pourra plus être utilisé, la centrale pourra avoir recours à "un grand bassin de rétention situé à proximité ainsi qu'à des réserves plus petites et à des puits sur place qui peuvent fournir de l'eau de refroidissement pour plusieurs mois".

Plus tôt dans la soirée, l'opérateur ukrainien du barrage avait estimé que l'eau du barrage ne permettait plus d'assurer le refroidissement des réacteurs.

12h00

Zelensky dans la région de Kherson, touchée par les inondations

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu dans la région de Kherson, touchée depuis mardi par des inondations qui ont poussé des milliers de civils à être évacués, après la destruction du barrage de Kakhovka sur le fleuve Dniepr.

Zelensky dans la région touchée par les inondations. [KEYSTONE - MYKOLA TYMCHENKO]
Zelensky dans la région touchée par les inondations. [KEYSTONE - MYKOLA TYMCHENKO]

Sur place, il est arrivé à un point d'évacuation pour les civils, échangeant avec des responsables. "Notre tâche est de protéger des vies et d'aider les gens autant que possible. Je remercie les sauveteurs et les bénévoles !", a salué le président ukrainien dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Il a également dit avoir tenu, dans la région de Kherson, une "réunion de coordination" sur "la situation opérationnelle de la région à la suite de la catastrophe (et) l'évacuation de la population des zones potentiellement inondables".

Indemnisations

Il a aussi promis "des indemnisations" pour "les habitants touchés par la catastrophe" et "un programme pour compenser les pertes ou relocaliser les entreprises dans la région".

Selon les services d'urgence de l'État ukrainien, 1995 personnes ont été évacuées, dont 103 enfants. De nombreuses autres personnes ont fui par leurs propres moyens.

Les services d'urgence ont expliqué que, du côté ukrainien de la rivière, "20 localités et 2629 maisons" avaient été inondées. Les inondations ont submergé une partie de la capitale régionale Kherson.

Barrage détruit en Ukraine, 600 km2 sont inondés. [KEYSTONE - AP Photo]
Barrage détruit en Ukraine, 600 km2 sont inondés. [KEYSTONE - AP Photo]

Boucliers humains

Volodymyr Zelensky a par ailleurs accusé les forces russes de prendre pour cible les sauveteurs tentant d'apporter de l'aide dans la zone sinistrée. "Dès que nos forces tentent de sortir quelqu'un de là, les occupants leur tirent dessus à distance".

Selon son état-major, les Russes "n'étaient pas préparés aux conséquences de l'explosion" et "ont subi des pertes en hommes, en armes et en équipements militaires".

SAMEDI 12 MAI

Retour sur les événements de vendredi

>> Retrouvez dans le détail le suivi des événements de vendredi : "Les Russes ne prendront pas la parole dans une société où l'on risque la prison pour une publication"