Modifié

Inculpé au pénal, Donald Trump va comparaître en justice, une première pour un président américain

Donald Trump sera le premier ancien président américain à comparaître devant la justice
Donald Trump sera le premier ancien président américain à comparaître devant la justice / 19h30 / 2 min. / le 31 mars 2023
L'ancien président américain Donald Trump a été appelé à comparaître mardi, a indiqué son avocate vendredi. Un grand jury a inculpé le républicain pour avoir acheté le silence d'une actrice de films X en 2016. Le milliardaire plaidera non coupable.

Donald Trump, qui rêve de la reconquérir en 2024, est officiellement inculpé par le procureur de Manhattan Alvin Bragg, dépendant de la justice de l'Etat de New York, pour une affaire de versement et de remboursement, juste avant la présidentielle de novembre 2016, de 130'000 dollars à l'actrice et réalisatrice de films X Stormy Daniels.

"Nous nous attendons à ce que la lecture de l'acte d'accusation ait lieu mardi", a déclaré l'avocate de l'ex-président dans un courriel, sans donner plus de détails. Il s'agit d'un fait historique sans précédent pour un ancien président américain.

L'ancien locataire de la Maison Blanche, qui rêve de la reconquérir en 2024, "a été choqué" quand il a appris sa mise en accusation par la justice de l'Etat New York, a déclaré vendredi son avocat Joe Tacopina.

"Mais il a retroussé ses manches et décidé de se battre", a ajouté Me Tacopina sur la chaîne NBC, en annonçant son intention de déposer "immédiatement" des recours mettant en cause la légalité des poursuites, dont la nature exacte n'a pas encore été rendue publique.

Donald Trump dénonce une chasse aux sorcières

En réaction, le 45e président des Etats-Unis a brocardé dans un communiqué une "persécution politique et une ingérence dans l'élection" présidentielle de 2024. Il a dénoncé une "chasse aux sorcières" qui "se retournera contre Biden", le président démocrate élu en novembre 2020 et que Donald Trump accuse depuis plus de deux ans d'avoir "volé" sa victoire.

Sur son réseau social Truth Social, le milliardaire a torpillé des adversaires qu'il n'a pas nommés: "Ils me poursuivent de manière bidon et honteuse parce qu'ils savent que je suis aux côtés du peuple américain et que je ne peux pas bénéficier d'un procès équitable à New York!", sa ville natale majoritairement démocrate.

Le contenu des poursuites encore inconnu

Un porte-parole du parquet local avait indiqué auparavant avoir organisé avec la défense de Donald Trump "sa reddition devant le procureur du district de Manhattan pour une audience d'inculpation devant une cour suprême", selon un communiqué publié après le vote d'un grand jury, à savoir un panel de citoyens aux pouvoirs d'enquête qui travaille de concert avec des procureurs, en faveur de cette inculpation.

Cet acte et les poursuites restent pour l'instant "sous scellés". CNN évoque une trentaine de chefs d'inculpation tournant autour de fraudes pour dissimuler la circulation et la comptabilité fin 2016 des 130'000 dollars.

Coupable ou non coupable

Depuis des années, la justice new-yorkaise cherche à déterminer si l'ex-président républicain de 76 ans s'est rendu coupable de fausses déclarations, une infraction mineure, ou de manquement aux lois sur le financement électoral, un délit pénal, en ayant versé de l'argent à Stormy Daniels, juste avant sa victoire à la présidentielle de novembre 2016. Et ce afin qu'elle taise une supposée relation extraconjugale datant de 2006.

Donald Trump devra donc se "rendre" au tribunal de Manhattan pour la lecture de l'acte d'accusation par un juge, être brièvement et symboliquement placé "en état d'arrestation", photographié et ses empreintes digitales relevées. Il devra plaider coupable ou non coupable.

>> Lire aussi : Après avoir été inculpé pénalement, un long chemin judiciaire attend Donald Trump

L'homme clé du dossier s'appelle Michael Cohen: ancien avocat de Donald Trump devenu son ennemi, il avait payé Stormy Daniels en 2016 et s'était fait rembourser. Après une peine de prison, il collabore à l'enquête à partir de fin 2018 et a témoigné plusieurs fois devant le grand jury.

>> La réaction de Laurence Nardon, directrice des programmes Amérique du Nord à l'IFRI, dans La Matinale :

Laurence Nardon, directrice du programme Amérique du Nord à l'IFRI, spécialiste des Etats-Unis. [ifri.org]ifri.org
Inculpé au pénal, Donald Trump va comparaître en justice: interview de Laurence Nardon / La Matinale / 5 min. / le 31 mars 2023

ther/boi avec afp

Publié Modifié

Colère des républicains

Le camp républicain n'a pas tardé à réagir de façon unanime pour dénoncer cette inculpation. Le fils de Donald Trump, Eric, a tonné sur Twitter contre un acte opportuniste visant un opposant politique en pleine campagne électorale.

L'un des rivaux républicains de Trump pour 2024, le gouverneur de Floride Ron DeSantis a jugé cette inculpation contraire aux valeurs de l'Amérique et assuré que son Etat, où réside l'ancien président, ne répondrait pas favorablement à une demande d'extradition de l'Etat de New York.

Même soutien sans faille du président républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, pour qui le peuple ne tolérera pas cette injustice et un abus de pouvoir sans précédent de la part du procureur Bragg, issu du parti démocrate.

Du côté des démocrates, le parlementaire Adam Schiff, a jugé que "l'inculpation et l'arrestation d'un ancien président étaient uniques dans toute l'histoire américaine".

>> Les réactions à New York après cette inculpation dans La Matinale :

Inculpation de Donald Trump: une nouvelle saluée à New York. [Keystone - Justin Lane]Keystone - Justin Lane
Inculpation de Donald Trump: une nouvelle saluée à New York / La Matinale / 1 min. / le 31 mars 2023

L'inculpation de Donald Trump dans la presse américaine

La Une du New York Times. [DR]

Deux mots en très gros caractères barrent la Une du New York Times, du Washington Post et du Los Angeles Times: "TRUMP INDICTED" (Trump inculpé). Le Boston Globe, lui, ajoute juste le prénom de l’ancien président.

Dans son édito, le New York Times relève que la décision de poursuivre l'ancien président va inévitablement exacerber les profondes fissures du pays. Mais l'absence de justice à l'encontre d'un dirigeant susceptible d'avoir commis ces crimes aurait un prix encore plus élevé, relève le quotidien.

Pour le Los Angeles Times, Donald Trump ne doit pas retourner à la Maison Blanche quelle que soit l'issue de cette affaire. Le Parti républicain, et si nécessaire les électeurs, peuvent empêcher cette "calamité", écrit-il.

Le Washington Post, lui, se montre plutôt sceptique face à cette inculpation. Donald Trump mérite certes toute l’attention de la justice, mais dans la longue liste de ses violations présumées de la loi. Ce cas particulier est peut-être le moins convaincant, estime le journal.

>> La revue de presse de Tout un monde :

L'ancien président américain Donald Trump à East Palestine (Ohio), 22.02.2023. [AP/Keystone - Matt Freed]AP/Keystone - Matt Freed
Donald Trump inculpé: revue de presse et réactions / Tout un monde / 7 min. / le 31 mars 2023