Modifié

Martina Avanza: "Aux Etats-Unis, une femme sur quatre va avorter"

Martina Avanza, sociologue à l'Université de Lausanne. [RTS]
Martina Avanza, professeure de Science politique, s'inquiète du recul des droits des femmes dans le monde / La Matinale / 8 min. / le 4 mai 2022
La Cour Suprême des Etats-Unis envisage d'annuler le droit à l'avortement, pourtant inscrit dans la Constitution depuis 1973. L'avant-projet qui a fuité pourrait avoir des conséquences sur les prochaines élections de mi-mandat, d'autant que de nombreuses femmes avortent au cours de leur vie.

Selon cet avant-projet, rédigé par la Cour Suprême des Etats-Unis à majorité républicaine, chaque Etat américain serait libre d'autoriser ou d'interdire l'avortement, avec le risque qu'une moitié d'entre eux (ceux du sud et du centre, plus conservateurs) le prohibent entièrement ou partiellement.

>> Lire aussi: La Cour suprême américaine serait prête à annuler le droit à l'avortement

Un tel recul du droit des femmes est donc désormais possible aux Etats-Unis. "Depuis la présidence Trump, des pions ont été mis en place pour arriver à ce résultat", rappelle Martina Avanza, sociologue à l'Université de Lausanne, invitée mercredi de La Matinale de la RTS.

"Il y a une accélération", poursuit-elle. "Je pense que même les républicains ne s'attendaient pas à ce que ça arrive aussi vite." Cette spécialiste des mouvements conservateurs et des droits des femmes relève au passage que la fuite d'un projet de la Cour Suprême dans les médias est un événement assez inédit aux Etats-Unis. "C'est une bombe politique, ce qui est en train de se passer."

>> Ecouter aussi le débat entre représentants des média sur cette question dans Forum:

Forum des médias (vidéo) - L’avortement bientôt interdit aux Etats-Unis? [RTS]
Forum des médias (vidéo) - L’avortement bientôt interdit aux Etats-Unis? / Forum / 18 min. / le 8 mai 2022

Possible remobilisation côté démocrate

Reste à savoir à qui profitera la publication de cette information. "Il semblerait que ça penche plutôt du côté démocrate", souligne Martina Avanza. "Ils ont un avantage dans le sens où les midterms [élections de mi-mandat] vont arriver en novembre. Le parti démocrate a un président qui n'est pas très populaire, ses soutiens ne sont pas très mobilisés, donc ça pourrait remobiliser les troupes au niveau électoral", analyse-t-elle.

"Des gens qui ne comptaient pas aller voter vont certainement davantage le faire et ça pourrait aussi faire basculer ce qu'on appelle des 'swinging groups', donc des 'groupes bascule' au niveau électoral", poursuit la sociologue. Elle cite en exemple les femmes qui vivent dans les banlieues, qui sont plutôt conservatrices mais qui peuvent basculer du côté démocrate du fait de cette radicalisation des positions sur l'avortement.

"Une majorité reste favorable au droit fédéral"

Le président Joe Biden a du reste déjà récupéré cette fuite mardi, en appelant tous ceux qui sont contre cette interdiction de l'avortement à voter démocrate. Et cela pourrait effectivement devenir un argument de poids pour faire basculer le vote.

"Ce que disent les sondages", relève Martina Avanza, "c'est qu'une majorité des Américains restent favorables au droit fédéral tel qu'il existe". Mais cela pourrait être différent si un compromis se dessinait au sein de la cour avec l'introduction plutôt d'un régime des délais.

"Une majorité de femmes sont, comme une majorité d'Américains, favorables à la liberté recourir à l'IVG", rappelle la professeure de l'Unil. "Mais auprès de l'électorat républicain, c'est plus partagé", précise-t-elle.

"Néanmoins, les femmes républicaines seraient davantage favorables à une restriction qu'à une interdiction. Donc, si on va vers une restriction, ça pourrait jouer en faveur du parti républicain, devenir une victoire politique. Si ça devient une interdiction totale, ça pourrait éloigner des femmes du vote républicain, sachant que les femmes y sont déjà minoritaires."

Des conséquences très directes pour les Américaines

Concrètement, les conséquences seraient très directes pour les femmes dans les Etats qui décideraient d'interdire l'IVG. "Il faut avoir en tête que c'est une expérience courante dans la vie des femmes, une femme sur quatre va avoir un avortement aux Etats-Unis avant ses 45 ans", note Martina Avanza.

"Et je doute que ces femmes-là soient toutes démocrates", ajoute-t-elle. "Il y aura évidemment celles qui pourront voyager dans un Etat voisin où l'avortement serait encore légal. Et il y aura celles qui ne pourront pas, parce qu'elles n'en ont pas les moyens. Cela créerait d'énormes disparités sur la vie des femmes dans la maîtrise de leur reproduction, de leur sexualité."

>> L'analyse de Gaspard Kühn dans le 19h30:

Gaspard Kühn, correspondant aux États-Unis, commente la possible annulation de l’arrêt "Roe vs Wade", assurant le droit à l'avortement [RTS]
Gaspard Kühn, correspondant aux États-Unis, commente la possible annulation de l’arrêt "Roe vs Wade", assurant le droit à l'avortement / 19h30 / 1 min. / le 3 mai 2022

Propos recueillis par Valérie Hauert/oang

Publié Modifié

Impasse pour les démocrates au Parlement

Les Etats-Unis sont sous le choc après la fuite de l'avant-projet de la Cour Suprême. Au Capitole, siège du Parlement américain, les démocrates réactivent leurs efforts pour protéger le droit à l'avortement sur le plan législatif.

Mardi soir, leurs sénateurs ont déposé un projet de loi pour ancrer l’accès à l’IVG dans le droit fédéral. Cela aurait pour effet de bloquer des interdictions au niveau des Etats, mais cette stratégie législative semble déjà vouée à l’échec.

>> L'analyse de Jordan Davis dans La Matinale:

Le Capitole, siège du parlement américain à Washington. [Manuel Balce Ceneta - AP/Keystone]Manuel Balce Ceneta - AP/Keystone
Les démocrates américains veulent progéter le droit à l'avortement, mais sont dans l'impasse / La Matinale / 1 min. / le 4 mai 2022

Manifestations partout aux Etats-Unis

Des centaines de manifestations ont eu lieu mardi, un peu partout aux Etats-Unis, pour protester contre cette possible annulation du droit à l'avortement.

A New York, des milliers de protestataires se sont réunis devant la Cour Suprême locale et les bâtiments fédéraux, rejoints par des élus et des célébrités.

Devant ces milliers de manifestants rassemblés dans le sud de Manhattan, la comédienne Amy Schumer, notamment, s'est dit scandalisée par le projet.

>> Le reportage de Loubna Anaki dans La Matinale:

Manifestation contre l'interdiction de l'avortement à New York, 03.05.2022. [Jason DeCrow - AP/Keystone]Jason DeCrow - AP/Keystone
Des centaines de manifestations aux Etats-Unis en faveur du droit à l'avortement / La Matinale / 1 min. / le 4 mai 2022