Modifié

Au moins six morts dans un attentat contre une école hazara à Kaboul

Un blessé évacué après l'attentat contre une école à Kaboul, 19.04.2022. [Wakil Kohsar - AFP]
Au moins six morts dans un attentat contre une école hazara à Kaboul / Le Journal horaire / 18 sec. / le 19 avril 2022
Plusieurs explosions ont fait au moins six morts et 24 blessés mardi dans une école de Kaboul, en Afghanistan, selon un bilan "préliminaire" de la police. L'attentat a été mené dans un quartier peuplé de membres de la minorité chiite hazara.

Deux explosions sont survenues à l'école Abdul Rahim Shahid du quartier de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de la capitale de l'Afghanistan. Elles "ont causé des victimes parmi nos frères chiites", a indiqué sur Twitter le porte-parole de la police de Kaboul, Khalid Zadran, sans donner plus de détails.

L'agence afghane Aamak News, citée par l'agence russe Tass, a fait état d'au moins 25 morts, un bilan non confirmé. Deux hôpitaux de Kaboul ont indiqué avoir reçu 24 personnes blessées dans l'attentat.

La première déflagration a eu lieu au moment où les élèves sortaient de classe en milieu de matinée, a raconté à l'AFP un témoin qui a requis l'anonymat. La deuxième explosion s'est produite alors que les premiers secouristes étaient arrivés pour venir en aide aux victimes.

Les attentats ont clairement diminué depuis la prise de pouvoir des talibans en août et le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, après 20 ans d'une guerre d'usure contre leur présence militaire. Mais des attaques, essentiellement revendiquées par l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale du groupe Etat islamique, surviennent toutefois encore régulièrement dans le pays.

Un quartier régulièrement visé

Dasht-e-Barchi abrite de nombreux membres de la minorité hazara, marginalisée depuis des siècles et régulièrement persécutée dans ce pays à majorité sunnite. Ce quartier a été frappé ces dernières années et ces derniers mois par plusieurs attaques revendiquées par l'EI-K, qui considère les hazaras comme hérétiques.

Les talibans assurent avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan.

afp/oang

Publié Modifié