Le suivi de la situation en Ukraine le 7 avril. [Keystone/Reuters]
Publié Modifié

Nouvelles sanctions du G7 et des Etats-Unis, suspension à l'ONU: la pression s'accentue sur la Russie

- L'Assemblée générale de l'ONU a décidé jeudi de suspendre la Russie du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. Cette décision a été prise par 93 voix contre 24 et 58 abstentions.

- Les représentants des Vingt-Sept ont décidé jeudi un embargo sur le charbon russe et la fermeture des ports européens aux navires russes, dans le cadre d'une cinquième salve de sanctions contre Moscou.

- La situation à Borodianka, une localité au nord-ouest de Kiev récemment reprise par les Ukrainiens aux Russes, est "bien plus horrible" qu'à Boutcha, où des massacres de civils ont été commis, a déclaré jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

- La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell ont annoncé vendredi être en route pour Kiev, signe de soutien à l'Ukraine face à l'invasion russe.

- La Suisse a bloqué 7,5 milliards de francs de fonds russes, a indiqué jeudi l'ambassadeur Erwin Bollinger. Et de préciser que les sanctions ne concernent qu'une partie des Russes et des entreprises liées à Moscou.

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

00h00

La suite des évènements

21h50

"Environ 5000" civils tués" à Marioupol, selon les autorités pro-russes

Le "nouveau maire" proclamé par les forces prorusses à Marioupol a annoncé jeudi qu'"environ 5000 personnes" étaient mortes parmi la population civile de cette ville ukrainienne, assiégée depuis des semaines par l'armée russe et ses alliés séparatistes.

"Environ 60 à 70% du parc de logements a été détruit ou partiellement détruit", a ajouté, cité par l'agence russe TASS, Konstantin Ivachtchenko, nommé à la tête de la ville mercredi par Denis Pouchiline, dirigeant des séparatistes de Donetsk.

Il a également estimé que 250'000 personnes avaient quitté la ville mais qu'au moins autant, voire 300'000 restaient sur place.

Ces citations sont des extraits d'une interview dont TASS a annoncé la publication vendredi.

21h30

L'UE décide un embargo sur le charbon russe

Les représentants des Vingt-Sept ont décidé jeudi un embargo sur le charbon russe et la fermeture des ports européens aux navires russes, dans le cadre d'une cinquième salve de sanctions contre Moscou, a annoncé la présidence française du Conseil de l'UE.

Ce paquet "très substantiel" prévoit également l'interdiction d'exportations vers la Russie, notamment de biens de haute technologie, à hauteur de 10 milliards d'euros, et de nouvelles sanctions contre des banques russes, selon la même source. Il avait été proposé par la Commission après la découverte de dizaines de cadavres de civils le weekend dernier à Boutcha, près de Kiev.

21h20

Vingt-six corps découverts dans les décombres à Borodianka

Vingt-six corps ont été extraits par les secouristes ukrainiens des décombres de deux immeubles d'habitation bombardés à Borodianka, au nord-ouest de Kiev, a annoncé jeudi la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

C'est "la ville la plus détruite de la région" de la capitale, a-t-elle souligné sur Facebook, ajoutant qu'"il est difficile de prévoir combien il va y avoir de morts" au total à Borodianka, où "seule la population civile a été visée".

21h15

Ces armes livrées à l'Ukraine qui changent la donne face à l’armée russe

Pour défaire les longues colonnes de chars de l’armée russe, les Ukrainiens disposent de plusieurs modèles de lance-missiles antichar, notamment le NLAW fourni par le Royaume-Uni et des Javelin américains. Capables de transpercer les blindages les plus sophistiqués, ils sont devenus les armes de prédilection des soldats ukrainiens.

Autre arme-clé, les lance-missiles anti-aérien Stinger, d'origine américaine, qui ont aussi été livrés en masse à l’Ukraine. Légers, les Stinger sont d'une efficacité redoutable contre l'aviation russe qui vole à basse altitude.

Parmi les grands symboles de la résistance ukrainienne, il y a aussi le drone turc Bayraktar. Peu cher par rapport à des avions de chasse, le Bayraktar peut voler pendant une journée d'affilée. A ses côtés, il aura bientôt le soutien des drones américains Switchblade.

Cependant, Kiev réclame aussi aux Occidentaux des avions de chasse et des systèmes de défense anti-aérienne de plus longue portée, alors que la guerre entre dans une nouvelle phase.

>> Le sujet du 19h30:

Ces armes livrées à l'Ukraine qui ont changé la donne face à l'armée russe [RTS]
Ces armes livrées à l'Ukraine qui ont changé la donne face à l'armée russe / 19h30 / 1 min. / le 7 avril 2022

21h10

Ignazio Cassis: "Des indices de crimes de guerre"

Ignazio Cassis appelle à faire attention à l'expression "crimes de guerre" avant d'avoir pu établir les faits en Ukraine. Invité jeudi dans le 19h30 de la RTS, il estime qu'il faut rester prudent, mettant en garde contre une justice des réseaux sociaux.

>> Plus d'informations dans notre article: Ignazio Cassis: "Ce ne sont pas des crimes de guerre tant qu'un tribunal ne l'a pas décrété"

Le président de la Confédération répète que la Suisse souhaite une investigation internationale indépendante pour "vérifier s'il y a des crimes de guerre".

"Il s'agit d'indices de crimes de guerre", précise-t-il. "Ce ne sont pas des crimes de guerre tant qu'un tribunal ne l'a pas décrété." Le Tessinois a par ailleurs indiqué que la Suisse n'expulsera pas de diplomates russes.

>> L'interview d'Ignazio Cassis dans le 19h30:

Le président de la Confédération Ignazio Cassis revient sur le défi posé à la Suisse par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. [RTS]
Le président de la Confédération Ignazio Cassis revient sur le défi posé à la Suisse par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. / 19h30 / 4 min. / le 7 avril 2022

20h45

Point de situation dans l'est de l'Ukraine, appelé à évacuer

L'Ukraine appelle ses habitants et habitantes à fuir rapidement l'est du pays, où les forces de l'invasion russe concentrent leurs efforts. Kiev s'attend à une offensive majeure de l'armée russe pour encercler l'armée ukrainienne qui défend la région du Donbass.

>> Le point de situation en fin de journée dans le 19h30:

Moscou concentre ses troupes dans l'est de l'Ukraine. [RTS]
Moscou concentre ses troupes dans l'est de l'Ukraine. / 19h30 / 1 min. / le 7 avril 2022

20h35

Le festival Visions du Réel marqué par la guerre en Ukraine

Le festival international du cinéma documentaire Visions du Réel se tient à Nyon du 7 au 17 avril. Après deux ans en ligne, le festival opère son retour en salle, avec 160 films venus des quatre coins du monde.

Cette année sera forcément marquée par la guerre en Ukraine et la mort samedi à Marioupol du réalisateur lithuanien Mantas Kvedaravicius. Pour lui rendre hommage, le festival va projeter vendredi soir "Mariupolis", son film choc sorti en février 2016. Le long-métrage dresse un portrait poignant d'une ville sinistrée et de ses habitants qui tentent de continuer à vivre alors qu'ils sont exposés à la menace de la guerre.

Si comme Cannes et Venise notamment, les Visions du Réel n’ont pas souhaité boycotter les films russes des réalisateurs en résistance contre le Kremlin, le festival a cette année surtout mis un accent particulier sur les films ukrainiens.

>> Les précisions dans le 19h30:

Après deux ans d'absence, le Festival Visions du réel fait la part belle à l'Ukraine [RTS]
Après deux ans d'absence, le Festival Visions du réel fait la part belle à l'Ukraine / 19h30 / 2 min. / le 7 avril 2022

20h15

La Russie annonce des sanctions contre des dirigeants australiens et néozélandais

Moscou a annoncé des sanctions personnelles jeudi contre les dirigeants d'Australie et de Nouvelle-Zélande, leur interdisant l'entrée en Russie, des mesures réciproques à celles prises par ces pays suite à l'offensive russe en Ukraine.

Dans deux communiqués, le ministère des Affaires étrangères a accusé les deux pays d'"actions hostiles" envers la Russie.

Sur les listes de personnes sanctionnées figurent notamment les chefs d'Etat des deux pays, le Premier ministre australien Scott Morrison et son homologue néo-zélandaise Jacinda Ardern, ainsi que de nombreux ministres et parlementaires.

20h05

La Russie parle de "pertes importantes" en Ukraine

La Russie a subi des "pertes importantes" en Ukraine, a déclaré jeudi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sans fournir de chiffres.

Daté du 25 mars, le dernier bilan officiel de ce que la Russie qualifie d'"opération militaire spéciale" en Ukraine est de 1351 soldats russes tués et 3825 blessés.

"Nous avons des pertes importantes de troupes", a dit Dmitri Peskov dans une interview à Sky News, "et c'est un immense drame pour nous".

Certains responsables occidentaux évoquent un bilan dépassant les 10'000 morts côté russe.

19h35

Les Etats-Unis révoquent officiellement le statut commercial de la Russie

Par un vote au Congrès, les Etats-Unis ont officiellement révoqué jeudi le statut commercial de la Russie et du Bélarus en réponse à la guerre en Ukraine, ouvrant la voie à des tarifs douaniers punitifs contre ces deux pays.

En coordination avec ses alliés européens, le président américain Joe Biden avait annoncé cette mesure le mois dernier afin "d'isoler davantage la Russie sur la scène mondiale", mais cette nouvelle sanction devait être validée par les élus de la Chambre et du Sénat. La mesure a bénéficié d'un fort soutien transpartisan dans les deux chambres.

Avec Cuba et la Corée du Nord

En privant la Russie de sa "clause de la nation la plus favorisée", un principe de réciprocité de base dans le libre-échange, les Occidentaux la couperaient de facto du jeu mondial du libre-échange, et se donneraient le droit de taxer lourdement les importations de produits russes.

En ce qui concerne les Etats-Unis, seuls deux autres pays sont pour l'instant exclus de ce principe de réciprocité qui fonde l'essentiel des relations commerciales internationales: Cuba et la Corée du Nord.

19h25

Le G7 annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

Les pays du G7 ont annoncé jeudi de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de la Russie. Parmi ces mesures figure une interdiction de tout nouvel investissement dans des secteurs clés en réaction à "la poursuite de l'escalade de la guerre" en Ukraine.

"Nous interdisons de nouveaux investissements dans des industries clés de l'économie russe, y compris l'énergie", indique un communiqué. Les puissances du G7 annoncent aussi "des sanctions supplémentaires contre le secteur de la défense russe" et contre des "élites" qui soutiennent la guerre décidée par le président russe Vladimir Poutine contre l'Ukraine.

19h20

L'Ukraine "reconnaissante" pour la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'homme

L'Ukraine a déclaré jeudi qu'elle était "reconnaissante" de la décision de suspendre la Russie du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, affirmant que les "criminels de guerre" ne devaient pas y être représentés.

"Les criminels de guerre n'ont pas leur place dans les organes de l'ONU visant à protéger les droits de l'homme", a réagi sur Twitter le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

"(Je suis) reconnaissant à tous les Etats membres qui ont soutenu la résolution pertinente de l'Assemblée générale des Nations unies et qui ont choisi le bon côté de l'Histoire", a-t-il ajouté.

L'Assemblée générale a suspendu jeudi la Russie de son siège au Conseil des droits de l'homme en raison de l'invasion de l'Ukraine, au cours d'un vote qui a recueilli 93 voix favorables et traduit un effritement de l'unité internationale face à Moscou.

19h15

La clé de répartition des réfugiés ukrainiens "malmenée"

Face à l'afflux de personnes fuyant l'Ukraine, les autorités suisses mettent les bouchées doubles. Des ajustements doivent toutefois être apportés, notamment dans l'enregistrement des réfugiés. Certains cantons ont accueilli un nombre disproportionné de personnes.

"La situation est particulièrement tendue", reconnaît jeudi dans Forum le conseiller d'Etat genevois Thierry Apothéloz. "La clé de répartition telle que nous la connaissons en matière d'asile est malmenée parce que les personnes arrivent en nombre... c'est plus de 1000 inscriptions par jour", préciste-t-il.

"Les réfugiés arrivent directement auprès de proches ou membres de leur famille. On doit ensuite réinscrire ces personnes dans le cadre du plan fédéral. C'est la régulation qui est difficile", ajoute le responsable du département de la cohésion sociale.

Une situation qui doit changer, selon le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), pour que la charge soit répartie solidairement entre les cantons. "Les cantons ont à coeur d'accueillir les réfugiés dans les meilleures conditions possibles", rappelle Thierry Apothéloz.

>> L'interview de Thierry Apothéloz dans Forum:

Thierry Apothéloz. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
L’accueil des réfugiés représente un réel défi pour les cantons romands: interview de Thierry Apothéloz / Forum / 5 min. / le 7 avril 2022

19h05

L'UE viendra "très vite" à interdire le gaz russe

L'Union européenne (UE) pourrait s'accorder vendredi "au plus tard" sur un cinquième train de sanctions à l'encontre de la Russie, a déclaré le Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell.

Les Etats membres semblent divisés. Certains pays, dont l'Allemagne, ont des réticences à cibler le gaz et le pétrole russe pour des raisons économiques. Par contre, ils pourraient s'accorder pour un embargo total sur les importations de charbon. "L'Europe ne traîne pas. Elle a été la première à prendre des sanctions, en moins de 48 heures", souligne Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Robert Schuman, jeudi soir dans l'émission Forum.

Et d'ajouter: "Ce cinquième train de sanctions touche réellement à l'économie européenne. Il est donc normal qu'il y ait des hésitations. La Bulgarie, par exemple, est dépendante à 100% du gaz russe, la Hongrie à 95%... Pour l'instant, on parle du charbon et du pétrole, mais à mon avis, on viendra très vite au gaz, compte tenu des horreurs qu'on découvre en Ukraine."

Jean-Dominique Giuliani estime qu'il n'y aura "bientôt plus" de gaz russe en Europe, "car les opinions publiques ne tolèrent pas qu'à quelques dizaines de kilomètres de nos frontières, on assiste à des crimes de guerre aussi horribles". Il explique que l'Europe peut se passer du gaz russe. "Elle a les moyens de le faire, mais les citoyens devront y mettre du leur."

>> L'interview de Jean-Dominique Giuliani dans Forum:

Jean-Dominique Giuliani. [Fondation Robert Schuman]Fondation Robert Schuman
Union européenne: la cohésion s'effrite-t-elle autour des sanctions? Interview de Jean-Dominique Giuliani / Forum / 6 min. / le 7 avril 2022

19h00

Le Seco répond aux critiques sur l'application des sanctions

Les sanctions contre les oligarques russes en Suisse sont-elles réellement appliquées? Depuis quelques jours, les critiques fusent contre la Confédération. Mercredi, le Parti socialiste a déposé plainte contre le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), l'accusant de ne pas tout faire pour mettre en oeuvre les sanctions.

Le Seco a répondu aux critiques jeudi face à la presse. Il ne commente pas les attaques politiques, mais a tenu à rappeler plusieurs faits. D'abord, l’ampleur inédite des sanctions prises depuis le début de la guerre. Avec un nouveau chiffre dévoilé: la Suisse a bloqué 7,5 milliards de francs de fonds russes .

Cela peut paraître minime par rapport aux 150 à 200 milliards de francs d’avoirs russes estimés en Suisse. Mais le Seco relativise: les sanctions ne concernent qu’environ 900 personnes, et non pas l'ensemble des Russes. Il ne faut donc pas confondre avoirs russes et avoirs bloqués.

La confusion des rôles entre la Confédération et les cantons est aussi pointée du doigt. Là aussi, Berne balaie la critique. Le Seco assure que tout est clair avec les cantons. Il a transmis il y a une semaine un aide-mémoire à leur attention. La Confédération a pu encore répondre aux questions jeudi matin lors d’une réunion avec les ministres cantonaux des finances.

>> Les précisions dans Forum:

Le bâtiment du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). [Gian Ehrenzeller - Keystone]Gian Ehrenzeller - Keystone
Sanctions contre la Russie: la Confédération répond aux critiques / Forum / 2 min. / le 7 avril 2022

18h50

Le Kremlin continuera de "défendre ses intérêts"

Le Kremlin a regretté jeudi la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Il a averti que Moscou comptait "continuer de défendre ses intérêts par tous les moyens légaux".

"Nous en sommes désolés et nous continuerons de défendre nos intérêts par tous les moyens légaux et de nous expliquer", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, sur la chaîne britannique Sky News.

17h55

La Russie suspendue du Conseil des droits de l'Homme

L'Assemblée générale de l'ONU a suspendu jeudi la Russie de son siège au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève, en raison de l'invasion de l'Ukraine. Nonante-trois pays, dont la Suisse, ont soutenu cette proposition, initiée par les Etats-Unis.

Vingt-quatre des 193 pays membres des Nations unies ont voté contre cette suspension, la deuxième de l'histoire de l'ONU après celle de la Libye en 2011. Et 58 pays se sont abstenus, mais les abstentions, un choix dénoncé par Kiev, n'étaient pas prises en compte dans la majorité des deux tiers requise parmi les seuls votes pour et contre.

Parmi les pays ayant voté contre figure la Chine qui a dénoncé une "démarche hâtive", la mise "de l'huile sur le feu" ainsi qu'un "précédent dangereux". L'Iran, le Kazakhstan et Cuba ont aussi voté contre. Sans surprise, la Russie, le Bélarus et la Syrie se sont opposés à la résolution proposée au scrutin.

Malgré des pressions ces derniers jours de Moscou pour que les pays votent contre, plusieurs Etats africains, dont l'Afrique du Sud et le Sénégal, ont choisi l'abstention. Ils ont estimé que la résolution suspendant Moscou "préjuge les résultats de la commission d'enquête" créée début mars par le Conseil des droits de l'Homme.

Le Brésil, comme le Mexique et l'Inde, tous trois membres non permanents actuellement du Conseil de sécurité de l'ONU, ont adopté la même position abstentionniste. Le Chili a en revanche voté pour.

Selon Washington, la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme est bien davantage que symbolique. Elle accroît "l'isolement" de Moscou sur la scène internationale depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

>> Les précisions dans Forum:

La salle du Conseil des droits de l'homme des Nations unies au Palais des Nations à Genève, en février 2020 [Denis Balibouse - Reuters]Denis Balibouse - Reuters
ONU : Russie exclue du Conseil des droits de l'homme / Forum / 1 min. / le 7 avril 2022

17h40

La pire situation depuis 30 ans, selon le Premier ministre russe

La Russie affronte sa situation la plus difficile de ces 30 dernières années en raison des sanctions infligées, mais la tentative d'isoler le pays de l'économie mondiale échouera, a déclaré jeudi le Premier ministre russe.

>> Plus d'informations dans notre article: La Russie affronte la pire situation depuis 30 ans, dit le Premier ministre

"La situation actuelle pourrait être sans aucun doute qualifiée de la plus difficile depuis trois décennies pour la Russie", a déclaré Mikhaïl Michoustine au Parlement, la Douma. "De telles sanctions n'ont jamais été utilisées même lors des moments les plus sombres de la 'Guerre froide", a-t-il ajouté.

16h50

Le chef de la diplomatie ukrainienne accuse Sergueï Lavrov d'être "complice des crimes"

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a accusé jeudi son homologue russe Sergueï Lavrov d'être "complice des crimes" commis par l'armée russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

"Le fait qu'il justifie les bombardements d'un hôpital à Marioupol et les crimes de guerre commis à Boutcha et dans d'autres villes et villages d'Ukraine (...) le rend complice de ces crimes", a-t-il déclaré durant une conférence de presse, après une rencontre avec les chefs de diplomatie des pays de l'Otan à Bruxelles.

"Chaque commentaire qu'il fait vise à perturber les pourparlers, à les bloquer et à ne pas les poursuivre", a poursuivi Dmytro Kouleba, en référence aux pourparlers initiés entre la Russie et l'Ukraine sous l'égide de la Turquie, tout en assurant être "prêt à le rencontrer" de nouveau.

16h15

Ignazio Cassis prudent avec le terme de "crimes de guerre"

Le président de la Confédération Ignazio Cassis appelle à "faire attention" aux termes de "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité" sans établir les faits. Jeudi à Genève, son homologue croate a vu un rôle de bons offices pour la Suisse dans cette crise.

"J'ai gardé une ligne sobre", a affirmé le président de la Confédération devant les étudiants de l'Université de Genève, au terme d'une rencontre avec Zoran Milanovic. "Faisons attention", a-t-il insisté, reconnaissant le droit à être bouleversé par les images mais mettant en garde contre une justice des réseaux sociaux.

Ignazio Cassis a rencontré Zoran Milanovic à l'Université de Genève.  [Martial Trezzini - Keystone]Ignazio Cassis a rencontré Zoran Milanovic à l'Université de Genève. [Martial Trezzini - Keystone]

Et Ignazio Cassis de dénoncer l'attitude de certains responsables politiques qui souhaitent gagner en exposition par la "scandalisation" de certaines situations. Tout en ajoutant qu'un conflit comme celui de l'Ukraine "n'aurait plus dû se passer au XXIe siècle".

Face à "la plus grande violation du droit international humanitaire (DIH) depuis la Seconde Guerre mondiale", il a répété que la Suisse souhaitait une investigation internationale indépendante pour "vérifier s'il y a des crimes de guerre".

De son côté, Zoran Milanovic a relevé devant la presse le besoin de "bons offices" pour résoudre la crise ukrainienne, ajoutant ne pas savoir quand une discussion pourra avoir lieu. Il ne voit "que quelques pays qui peuvent jouer ce rôle", a-t-il ajouté.

15h50

L'Ukraine demande "maintenant" des armes à l'Otan

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba. [Olivier Matthys - Keystone/AP]Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba. [Olivier Matthys - Keystone/AP]L'Ukraine a besoin des armes des pays de l'Otan "maintenant" pour repousser l'offensive russe, ou "ce sera trop tard", a déclaré jeudi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba lors d'une réunion de l'Alliance atlantique à Bruxelles.

"Je ne doute pas que l'Ukraine aura les armes nécessaires pour combattre. La question c'est quand", a-t-il insisté après avoir rencontré ses homologues des pays de l'Otan, réclamant aussi avec la même urgence que les Occidentaux cessent d'acheter du pétrole et du gaz russes.

"Soit vous nous aidez maintenant, et je parle de jours, pas de semaines, ou votre aide arrivera trop tard. Et beaucoup de gens vont mourir, beaucoup de civils vont perdre leurs maisons, beaucoup de villages vont être détruits si cette aide arrive trop tard", a-t-il ajouté devant la presse.

Alors que les forces russes se sont repliées vers l'est de l'Ukraine où l'Otan s'attend à une offensive d'envergure, Dmytro Kouleba a mis en garde: "Au moment où nous parlons, la bataille pour le Donbass est en cours", même si "elle n'a pas atteint son apogée".

15h30

Une enquête sur Boutcha est "la prochaine étape", selon l'ONU

Une enquête sur les circonstances de la mort de personnes habillées en vêtements civils, retrouvées mortes à Boutcha par les autorités ukrainiennes après le retrait de l'armée russe, est "la prochaine étape", a déclaré jeudi un haut responsable de l'ONU lors d'un déplacement dans cette ville proche de Kiev.

"Le monde est déjà profondément choqué", a affirmé Martin Griffiths, le secrétaire général adjoint de ONU pour les Affaires humanitaires, à un responsable de la mairie de Boutcha.

Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de ONU pour les Affaires humanitaires. [Michael M. Santiago - AFP]Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de ONU pour les Affaires humanitaires. [Michael M. Santiago - AFP]

15h15

Peu de demandes d'emplois de la part des réfugiés ukrainiens

Les réfugiés ukrainiens qui sont arrivés en Suisse ne sont pas encore prêts à travailler. Leur priorité est encore de trouver une certaine stabilité, a expliqué Nicole Hostettler, présidente de l'association des offices suisses du travail.

Actuellement, les cantons et les offices régionaux de placement n'ont que peu de demandes d'Ukrainiens. Mais le besoin d'information grandit, a précisé Nicole Hostettler. Les Ukrainiens se renseignent sur le marché du travail de manière générale.

Selon la présidente de l'association, les demandes d'emploi augmenteront au cours des semaines à venir. Toutes les branches sont concernées. Les employeurs devront respecter les conditions de travail en vigueur en Suisse, a rappelé Nicole Hostettler.

15h00

Quelque 7,5 milliards de francs bloqués en Suisse

La Suisse a bloqué 7,5 milliards de francs de fonds russes, a indiqué jeudi l'ambassadeur Erwin Bollinger. Et de préciser que les sanctions ne concernent qu'une partie des Russes et des entreprises liées à Moscou.

C'est plus que nombre d'autres pays, a-t-il poursuivi. Les Pays-Bas ont par exemple indiqué avoir bloqué quelque 500 millions. En Suisse, la tendance est à bloquer plus que ce qui est nécessaire.

Jusqu'à présent, Berne a repris quasiment toutes les sanctions décidées par l'Union européenne, a ajouté Erwin Bollinger. Les sanctions ont été au fur et à mesure massivement étendues, jusqu'à atteindre un niveau encore rarement atteint.

Les procédures fonctionnent bien. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) a en outre rédigé un aide-mémoire à l'attention des cantons. "Les cantons savent désormais ce qu'ils doivent annoncer et comment", a précisé Lukas Regli, du SECO. Tout comme les banques. Elles connaissent bien le système et ce qu'elles doivent bloquer.

14h40

L'Indonésie appelle à une enquête "indépendante" sur les exactions de Boutcha

L'Indonésie a appelé jeudi à une enquête "indépendante" sur les exactions commises dans la localité ukrainienne de Boutcha, sans incriminer la Russie.

Les Nations unies et plusieurs pays occidentaux ont affiché leur indignation après la découverte de dizaines de corps portant des vêtements civils à Boutcha ce week-end, au nord-ouest de Kiev, à la suite du retrait des troupes russes.

Le pays d'Asie du Sud-Est, qui préside le G20 cette année, a apporté son soutien à l'initiative des Nations unies en faveur d'une enquête indépendante sur le massacre présumé.

14h30

Kiev appelle Moscou à "réduire son degré d'hostilité" dans les négociations

Kiev a appelé Moscou à "réduire son degré d'hostilité" dans les négociations après que la Russie a accusé l'Ukraine jeudi de revenir sur des propositions faites durant leurs pourparlers fin mars à Istanbul.

"Si Moscou veut montrer qu'il est prêt au dialogue, il doit réduire son degré d'hostilité", a déclaré sur Twitter un conseiller du président Volodymyr Zelensky, Mykhaïlo Podoliak, également membre de la délégation ukrainienne en charge des discussions avec la Russie.

14h15

Entre 15'000 et 30'000 personnes attendues chaque mois

Actuellement, 1000 personnes fuyant l'Ukraine frappent à la porte de la Suisse quotidiennement, a indiqué jeudi David Keller, directeur de l'état-major de crise pour l'asile au Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

"La situation ne devrait que peu changer à l'avenir." Le SEM table sur l'arrivée de 15'000 à 30'000 personnes par mois.

La situation d'accueil s'est quelque peu améliorée, a-t-il poursuivi. Quelque 2500 lits ont pu être installés pour permettre aux personnes de se reposer. Il y a une semaine, la réserve était de 900 lits.

Le SEM veut proposer 3000 francs par réfugié pour des cours de langue [Gian Ehrenzeller - Keystone]Le SEM veut proposer 3000 francs par réfugié pour des cours de langue [Gian Ehrenzeller - Keystone]

14h00

Moscou affirme que l'Ukraine a présenté un projet d'accord de paix "inacceptable"

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré jeudi que l'Ukraine avait présenté à la Russie un projet d'accord de paix incluant des points "inacceptables" mais que Moscou poursuivrait néanmoins les discussions et ferait pression pour satisfaire ses propres exigences, rapporte l'agence russe Interfax.

Sergueï Lavrov a accusé Kiev de faire traîner en longueur les négociations de paix, selon l'agence de presse.

13h55

Facebook en lutte contre les campagnes russes de désinformation sur la guerre en Ukraine

Meta a fait le point jeudi sur sa lutte contre les tentatives russes d'utiliser ses réseaux sociaux Facebook et Instagram à des fins d'espionnage, de piratage et de désinformation, alors que les plateformes numériques sont devenues l'un des fronts de la guerre en Ukraine.

"Ces acteurs dangereux ne vont pas abandonner la partie", a souligné Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook, lors d'une conférence de presse. "Et ils ont de plus en plus tendance à combiner différentes approches".

Un groupe de hackers baptisé Ghostwriter, qui semble opérer depuis la Russie, a ainsi intensifié son activité, d'après l'équipe de sécurité du groupe californien.

13h50

Le Parlement européen réclame un embargo "immédiat" sur gaz, pétrole et charbon russes

Le Parlement européen a réclamé dans une résolution adoptée jeudi l'imposition d'un embargo "total et immédiat" sur les importations "de pétrole, de charbon de combustible nucléaire et de gaz" russes. La résolution a été votée par 513 eurodéputés (22 voix contre, 19).

"C'est un moment très important et une étape significative. La position du Parlement est claire et envoie le plus fort des messages de soutien à ceux qui se trouvent sur la ligne de front", a commenté la présidente de l'institution, Roberta Metsola, après le vote de cette résolution non contraignante.

13h45

Un convoi de 500 réfugiés ukrainiens a pu fuir Marioupol

Alors que le sud-est de l'Ukraine est devenu la cible prioritaire du Kremlin, un convoi de sept autobus et d'une quarantaine de véhicules privés, sous protection du CICR, sont arrivés mercredi dans la ville industrielle de Zaporijia.

A son bord, se trouvaient 500 réfugiés ayant réussi à fuir Marioupol, assiégée depuis plusieurs semaines.

>> Le reportage du 12h45:

Ukraine: convois de réfugiés à Zaporojie [RTS]
Ukraine: convois de réfugiés à Zaporojie / 12h45 / 2 min. / le 7 avril 2022

13h40

La Russie accuse l'Ukraine de revenir sur ses propositions faites aux pourparlers d'Istanbul

La Russie a accusé jeudi l'Ukraine d'être revenue sur certaines des propositions qu'elle avait faites lors de pourparlers fin mars à Istanbul, et que Moscou avait dit accueillir positivement.

"Cette incapacité une fois de plus à trouver un accord négocié démontre les véritables intentions de Kiev, sa ligne visant à faire s'éterniser voire à faire échouer les négociations, en rejetant les ententes qui avaient été trouvées", a déclaré dans une vidéo le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

13h35

Le service d'oncologie de l'hôpital de Rivne en Ukraine est toujours actif

Alors que les combats se poursuivent en Ukraine, la lutte contre le cancer, elle, ne s'arrête pas.

A Rivne, dans le nord-ouest du pays, le service d'oncologie est toujours actif. Il traite également des malades en provenance de l’Est du pays. Au total, plus d'une centaine de déplacés ont été accueillis.

>> Le reportage du 12h45:

Le service d'oncologie de l'hôpital de Rivne en Ukraine est toujours actif [RTS]
Le service d'oncologie de l'hôpital de Rivne en Ukraine est toujours actif / 12h45 / 2 min. / le 7 avril 2022

13h30

L'Estonie cessera d'importer du gaz russe et louera un terminal GNL à la Finlande

L'Estonie cessera d'importer du gaz russe et louera à la place un terminal d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL) à la Finlande d'ici à l'automne, a déclaré mardi la Première ministre Kaja Kallas, selon des propos rapportés par l'agence de presse BNS.

"Nous devons cesser d'acheter du gaz au régime de Poutine, qui utilise cet argent dans la guerre contre l'Ukraine, le plus tôt possible", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Tallinn. Le gouvernement estonien, qui dit vouloir acheter 1 terrawattheure d'approvisionnement, n'a toutefois pas fixé de date pour la fin des importations de gaz en provenance de Russie.

Son voisin lituanien a annoncé samedi dernier qu'il n'importerait plus de gaz russe.

13h15

Moscou réclame à la Finlande le retour de ses oeuvres d'art saisies

La Russie a réclamé jeudi à la Finlande le retour de plusieurs oeuvres d'art de musées russes transitant via ce pays scandinave, qui ont été saisies par les autorités finlandaises dans le cadre des sanctions contre Moscou.

"L'ambassadeur de Finlande à Moscou, Antti Helantera, a été convoqué le 7 avril au ministère russe des Affaires étrangères", a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué, en précisant avoir "protesté fermement" contre la saisie des oeuvres d'art appartenant à des musées russes qui transitaient via la Finlande.

La Finlande a annoncé mercredi la saisie de ces oeuvres, d'une valeur dépassant les 40 millions d'euros, dans le cadre des sanctions européennes contre Moscou.

Pour sa part, la diplomatie russe a dénoncé une décision "juridique arbitraire". "Le retour des biens culturels, qui se trouvaient légalement à l'étranger dans le cadre d'une coopération entre les musées, ne peut pas faire l'objet de restrictions", insiste-t-elle.

13h00

La situation en Ukraine

12h50

Un proche conseiller d'Alexeï Navalny analyse "l'erreur" de Poutine en Ukraine

Depuis sa prison en Russie où il a été condamné à une peine de neuf ans de réclusion, l'opposant russe Alexeï Navalny suit avec une attention particulière la guerre en Ukraine.

Privé de parole, il la transmet par le biais de ses conseillers. Le plus proche d'entre eux, Leonid Volkov, était ces derniers jours à Genève où il participait au Geneva Summit pour les droits humains et la démocratie.

"Une petite guerre victorieuse"

Dans une interview accordée à la RTS et diffusée jeudi dans l'émission Tout un monde, Leonid Volkov décrit l'invasion de l'Ukraine comme une erreur.

"Presque tous les dictateurs en font une à un moment de leur carrière", dit-il en évoquant ce le président russe pensait être "une petite guerre victorieuse pour regagner l'amour et la popularité".

Pour sortir de cette situation, Leonid Volkov voit trois possibilités: le décès de Vladimir Poutine, une révolte populaire ou un coup d’Etat du cercle rapproché. Mais il estime que la probabilité est faible pour chacune de ces trois options à court terme.

>> L'interview de Leonid Volkov dans l'émission Tout un monde:

Leonid Volkov, conseiller politique d'Alexeï Navalny. [Frederick Florin - AFP]Frederick Florin - AFP
Comment les proches d’Alexeï Navalny analysent-ils la situation en Ukraine? Interview de Leonid Volkov / Tout un monde / 8 min. / le 7 avril 2022

>> Lire aussi: Leonid Volkov: "Il faut présenter la vérité, même douloureuse, au peuple russe"

12h45

Le G7 demande la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Les pays du G7 ont demandé jeudi la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, dans une déclaration commune.

"Nous sommes convaincus que le moment est venu de suspendre l'adhésion de la Russie au Conseil des droits de l'Homme", proposition qui sera soumise au vote jeudi de l'Assemblée générale de l'ONU, indiquent les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G7.

Ils promettent en outre que les auteurs du massacre de Boutcha "devront rendre des comptes et seront poursuivis".

12h40

Zelensky exhorte la Grèce à "exercer son influence" au sein de l'UE pour aider Marioupol

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté jeudi la Grèce à "utiliser son influence" en tant que membre de l'Union européenne pour aider Marioupol, ville "presque détruite" par les forces russes, lors d'un discours télévisé en direct devant le Parlement grec.

"Marioupol a besoin d'un soutien imminent", notamment par l'aide humanitaire, "les Russes l'attaquent avec des forces terrestres, aériennes et maritimes (...) mais avec le soutien de la Grèce, nous allons gagner", a affirmé le président ukrainien invité à parler devant le Parlement par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

"Je vous exhorte à utiliser votre influence en tant que membre de l'UE pour mieux organiser tout sauvetage pouvant être effectué à Marioupol", a-t-il souligné.

12h35

L'Ukraine tente d'évacuer les civils alors que les forces russes pilonnent l'est et le sud

Les autorités ukrainiennes poursuivaient jeudi tant bien que mal les évacuations de civils pris au piège des combats, alors que les forces russes pilonnaient villes et villages dans l'est et le sud du pays.

La vice-Premier ministre Irina Verechtchouk a annoncé un accord avec la Russie pour l'ouverture de dix "couloirs de sécurité", principalement dans le sud et l'est de l'Ukraine, mais précisé que les habitants qui tentaient de quitter la ville assiégée de Marioupol devraient utiliser leurs propres véhicules.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février dernier, les multiples tentatives d'ouverture de corridors pour permettre à des bus d'accéder à la ville portuaire de Marioupol et d'en faire sortir les civils ont échoué, chaque partie rejetant la faute sur l'autre.

12h30

Plus de 26'400 personnes ayant fui l'Ukraine enregistrées en Suisse

Depuis mercredi, 856 personnes ayant fui l'Ukraine ont été enregistrées dans les centres d'asile de la Confédération. Le nombre de personnes enregistrées en Suisse en provenance d'Ukraine est ainsi passé à 26'482.

Parmi elles, 21'108 ont obtenu le statut de protection S, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) sur Twitter.

L'afflux le plus massif de réfugiés se produit en Pologne: plus de 2,5 millions de personnes ont quitté l'Ukraine par ce pays depuis le début de l'offensive russe.

12h15

Un avion russe admis en Hongrie pour livrer du combustible nucléaire

Un premier avion transportant du combustible nucléaire en provenance de Russie est arrivé en Hongrie, cette source d'énergie faisant exception au régime de sanctions, a indiqué jeudi le ministre hongrois des Affaires étrangères.

"Nous avons pu faire atterrir pour la première fois mercredi un avion russe transportant des combustibles nucléaires et ayant traversé la Biélorussie, la Pologne et la Slovaquie", a indiqué sur Facebook Peter Szijjarto.

"Jusqu'à présent, le transport s'effectuait par voie ferrée en Ukraine, mais en raison de la guerre, c'est désormais impossible", a-t-il ajouté.

12h15

L'embargo sur les importations de charbon russe ne prendra pleinement effet qu'à la mi-août

Les représentants de l'Union européenne devraient s'accorder jeudi sur un embargo sur les importations de charbon russe qui prendrait pleinement effet à la mi-août, soit un mois plus tard que ce qui avait été initialement proposé, a déclaré une source européenne à Reuters.

Cette décision intervient à la suite de pressions de l'Allemagne, premier importateur de charbon russe dans l'UE, pour retarder l'entrée en vigueur d'une telle mesure.

La suppression progressive des importations de charbon russe est la mesure phare d'un cinquième train de sanctions contre la Russie que la Commission européenne a proposé cette semaine, en réaction à la découverte de crimes de guerre présumés commis par l'armée russe dans la ville ukrainienne de Boutcha.

12h00

Les séparatistes prorusses admettent encore combattre des milliers de personnes à Marioupol

Les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont admis jeudi combattre des milliers d'Ukrainiens, dont des civils ayant pris les armes, dans la ville assiégée de Marioupol.

Les combats se concentrent sur le site d'une vaste usine sidérurgique, Azovstal, et dans le port, selon Edouard Bassourine, représentant des forces séparatistes de Donetsk.

"Nous pensons qu'il reste environ 3000 ou 3500 (militaires adverses), mais il faut aussi tenir compte du fait que parmi les habitants de Marioupol, certains ont pris les armes, et donc le nombre peut être bien plus important", a-t-il déclaré, selon plusieurs médias d'Etat russes.

L'armée russe et ses alliés séparatistes assiègent la ville depuis des semaines et font face à une résistance ukrainienne acharnée. La situation humanitaire y est elle catastrophique, selon les deux camps, et la ville largement en ruine.

Marioupol est dévastée après un siège de plus d'un mois. [Leon Klein - AFP]Marioupol est dévastée après un siège de plus d'un mois. [Leon Klein - AFP]

La prise de ce port est stratégique pour la Russie, car elle lui permettrait de faire la jonction entre la Crimée, annexée en 2014, et la région sous contrôle séparatiste et le territoire russe.

Moscou y a notamment déployé les redoutables unités du dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, sans parvenir jusqu'ici à prendre cette cité portuaire.

11h30

"Dernière chance de sortir" de l'est de l'Ukraine

Les jours à venir seront pour les civils de l'est de l'Ukraine "la dernière chance" d'évacuer la région, ont averti jeudi les autorités locales sur fond de crainte d'une offensive majeure de l'armée russe.

"Les prochains jours sont peut-être la dernière chance pour partir. Toutes les villes libres de la région de Lougansk sont sous le feu ennemi", a averti sur Facebook son gouverneur, Serguiï Gaïdaï, indiquant que les Russes "étaient en train de couper toutes les voies possibles de sortie".

11h10

La Russie prend des mesures punitives contre Google pour de "fausses" vidéos YouTube

Le régulateur des communications russe a annoncé jeudi des mesures de représailles contre Google, filiale d'Alphabet, qu'elle accuse de diffuser de "fausses images" sur le conflit ukrainien.

Roskomnadzor lui interdit notamment toute publicité pour la plateforme et ses ressources d'information.

Le régulateur accuse YouTube, qui interdit l'utilisation de sa plateforme vidéo aux médias financés par l'État russe, de devenir "l'une des principales plateformes de diffusion de fausses images sur le déroulement de l'opération militaire spéciale (ndlr: de la Russie) sur le territoire de l'Ukraine, discréditant les forces armées de la Fédération de Russie".

11h00

Paris convoque l'ambassadeur de Russie après sa communication "indécente" sur Boutcha

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a de nouveau convoqué jeudi l'ambassadeur de Russie à Paris, après un tweet jugé "indécent" de l'ambassade sur les exactions commises dans la localité ukrainienne de Boutcha.

"Face à l'indécence et la provocation de la communication de l'ambassade de Russie en France sur les exactions de Boutcha, j'ai décidé la convocation au Quai d'Orsay ce matin de l'Ambassadeur de Russie", Alexeï Mechkov, a tweeté le chef de la diplomatie française.

L'ambassade a diffusé un tweet, depuis retiré, intitulé "plateau de tournage" et accompagné d'une photo montrant un attroupement de journalistes dans ce qui semble être une rue de Boutcha, suggérant que les massacres de civils commis dans cette ville étaient une mise en scène.

10h30

Kiev accuse la Hongrie d'"aider Poutine" dans la guerre contre l'Ukraine

Kiev a accusé jeudi la Hongrie d'"aider Poutine" dans la guerre contre l'Ukraine, au lendemain de déclarations de Viktor Orban se disant prêt à acheter du gaz russe en roubles, à rebours des autres pays de l'Union européenne.

"Budapest est passé à l'étape suivante: aider Poutine à continuer son agression contre l'Ukraine", a fustigé dans un communiqué le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, estimant que la Hongrie "détruisait l'unité de l'UE" avec cette position.

09h30

Le nombre de sites diffusant de fausses informations sur la Russie et l’Ukraine monte en flèche

La plateforme spécialisée dans l’analyse de la fiabilité des sites d’information et d’actualité, NewsGuard, a lancé le mois dernier le Centre de suivi de la désinformation Russie-Ukraine A ce jour, le site a recensé plus de 170 sites diffusant de fausses informations.

Parmi les 23 principaux "mythes" listés à ce jour, figurent 20 récits de propagande pro-Russie, et trois qui soutiennent l’Ukraine avec des allégations fausses ou trompeuses utilisées pour présenter une image positive, mais inexacte, des performances de l’Ukraine dans la guerre.

>> L’interview de China Labbé, rédactrice en chef Europe et Canada de NewsGuard, dans Médialogues:

Toujours davantage de désinformation sur la guerre en Ukraine. [EPA/ DSK - Keystone]EPA/ DSK - Keystone
Toujours davantage de désinformation sur la guerre en Ukraine / Médialogues / 21 min. / le 7 avril 2022

09h15

L'Autriche expulse à son tour quatre diplomates russes

L'Autriche a annoncé jeudi l'expulsion de quatre diplomates russes, après des décisions similaires prises par d'autres pays européens depuis lundi dans le contexte de l'offensive russe en Ukraine.

"Le ministère autrichien des Affaires étrangères révoque le statut diplomatique de trois membres de l'ambassade de Russie à Vienne et d'un membre du consulat général de Russie à Salzbourg", a indiqué une porte-parole dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Ces personnes ont commis des actes incompatibles avec leur statut diplomatique et sont invitées à quitter le territoire au plus tard le 12 avril", a-t-elle ajouté.

09h00

Quelles conséquences après l'exclusion de la Russie du Conseil de l'Europe?

Le mois dernier, les citoyens russes ont perdu un outil précieux de défense de leurs droits fondamentaux: le fait de pouvoir faire appel à la Cour européenne des droits de l’Homme. Membre du Conseil de l’Europe, elle en a été exclue en raison de son invasion de l'Ukraine. Un retrait qui aura de lourdes conséquences pour la population russe.

>> Les précisions de Tout un monde:

Une session du Conseil de l'Europe au Parlement européen. [Martin Ruetschi - Keystone]Martin Ruetschi - Keystone
Quelles conséquences après l'exclusion de la Russie du Conseil de l'Europe? / Tout un monde / 6 min. / le 7 avril 2022

08h30

De nouvelles sanctions contre Moscou pourraient être annoncées jeudi ou vendredi

L'Union européenne pourrait s'accorder jeudi ou vendredi sur un cinquième train de sanctions à l'encontre de la Russie, a déclaré jeudi le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.

"Cet après-midi, peut-être, ou demain au plus tard", a déclaré le chef de la diplomatie européenne à son arrivée à une réunion de l'Otan.

Les diplomates de l'Union européenne ne sont pas parvenus à s'accorder mercredi sur cette nouvelle série de sanctions que la Commission européenne a proposées mardi.

Selon trois sources au fait de ces discussions, des détails techniques restent à régler, dont celui de l'impact sur les contrats en cours d'un éventuel embargo sur le charbon.

Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne [Stéphanie Lecocq - Keystone]Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne [Stéphanie Lecocq - Keystone]

08h00

L'Ukraine réclame davantage d'armes à l'Otan

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a demandé jeudi aux membres de l'Otan de fournir davantage d'armes à son pays pour combattre les forces russes.

"Je viens demander trois choses: des armes, des armes et des armes. Plus rapidement elles seront livrées, plus de vies seront sauvées et de destructions évitées", a plaidé le ministre ukrainien des Affaires étrangères à son arrivée au siège de l'Otan à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues des pays de l'Alliance atlantique.

07h30

Le nœud gordien des couloirs humanitaires en Ukraine

L’évacuation des civils et l'acheminement de l'aide en Ukraine tourne à l’épreuve de force entre Moscou, Kiev et les Occidentaux.

"La situation est épouvantable et se détériore" dans la ville portuaire stratégique de Marioupol, dans le sud-est du pays, selon le Comité international de la Corix-Rouge. L'organisation se dit "à court d'adjectifs pour décrire les horreurs subies par les habitants".

Le CICR tente d'entrer à Marioupol depuis plusieurs jours, sans succès pour le moment en raison, dit-il, "des différentes réalités et des problèmes de sécurité sur le terrain".

Mais pour instaurer un couloir humanitaire, les parties au conflit doivent se mettre d'accord. Il s'agit d'organiser la logistique, un itinéraire sûr, et partager ensuite ces informations avec la population pour qu'elle puisse faire un choix éclairé: rester ou partir.

Quelque 100'000 personnes sont encore bloquées à Marioupol, qui comptait à l'origine 450'000 habitants.

>> Les précisions de La Matinale:

Pascal Hundt, chef de la délégation du CICR en Ukraine. [RTS]RTS
CICR et couloirs humanitaires: interview de Pascal Hundt / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2022

06h45

L'hôpital pédiatrique national ukrainien tourne à plein régime à Kiev

Les troupes russes ont beau s’éloigner de la capitale, les hôpitaux tournent toujours à plein régime à Kiev. C’est notamment le cas du grand hôpital pédiatrique national. Son personnel dort sur place pour accueillir les enfants victimes de la guerre. Toutes les forces sont concentrées sur les victimes du conflit.

Segei Opeir travaille comme ophtalmologiste et comme tout le personnel médical de l'hôpital, il ne s'arrête presque jamais. "Normalement nous sommes dix ici, mais je suis désormais le dernier ophtalmologiste de l’hôpital. Le reste de l’équipe féminine a dû fuir à l’étranger", a-t-il confié jeudi dans La Matinale .

Les hommes de moins de 61 ans ont l’interdiction de quitter le pays, mobilisation générale oblige. L'ophtalmologiste désormais doit surtout aider en traumatologie.

>> Ecouter le reportage de La Matinale:

Segei Opeir, ophtalmologiste à l'hôpital pédiatrique national. [Maurine Mercier - RTS]Maurine Mercier - RTS
L'hôpital pédiatrique national ukrainien tourne à plein régime à Kiev / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2022

06h30

Handicap International aide les personnes en situation de handicap en Ukraine

Si plusieurs pays d’Europe font face à un afflux massif de réfugiés ukrainiens, tous les habitants ne quittent pas forcément leur pays. Certains se déplacent vers l'ouest. Sur place, plusieurs ONG s'y sont donc installées pour leur venir en aide.

A Tchernivtsi, non loin de la frontière roumaine, Handicap International soutient par exemple les personnes en situation de handicap, à mobilité réduite, sourdes ou aveugles et pour qui la situation est particulièrement difficile. "Se mettre à l'abri en cas d'urgence est compliqué et de nombreuses structures spécialisées sont aujourd'hui en manque de matériel et de personnel", a expliqué Jérémie Zahorski d'Handicap International jeudi dans La Matinale.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Handicap International soutient les personnes handicapées dans l'ouest de l'Ukraine. [Thierry Roge - Belga/AFP]Thierry Roge - Belga/AFP
Handicap International aide des personnes handicapées en Ukraine / La Matinale / 1 min. / le 7 avril 2022

05h30

Volodymyr Zelensky appelle l'Occident à trouver un accord concernant un embargo sur le pétrole russe

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé jeudi les hommes politiques occidentaux à trouver rapidement un accord concernant un embargo sur le pétrole russe, arguant que leur incapacité à se mettre d'accord mettait en péril la vie des Ukrainiens.

Dans une allocution vidéo, Volodymyr Zelensky a également déclaré qu'il continuerait à insister pour que les banques russes soient complètement bloquées du système financier international. Il a déclaré que Moscou gagnait tellement d'argent grâce aux exportations de pétrole qu'elle n'avait pas besoin de prendre les pourparlers de paix au sérieux et a appelé le "monde démocratique" à ne pas recourir au brut russe.

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi un nouveau train de sanctions à l'encontre de la Russie, visant notamment des banques et des élites du pays. Volodymyr Zelensky a estimé que ces annonces étaient spectaculaires mais insuffisantes.

Crainte de milliers de morts à Marioupol

"Je pense que l'une des principales raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas faire entrer d'aides humanitaires dans Marioupol est que, tant que tout n'a pas été 'nettoyé' par les soldats russes, ils ont peur que le monde voie ce qu'il s'y passe", avait déclaré auparavant Volodymyr Zelensky dans un entretien avec la chaîne de télévision turque Habertürk, mis en ligne par la présidence.

Il s'agit "non pas de dizaines mais de milliers de personnes tuées et de milliers de blessés", a-t-il ajouté. "Nous savons combien de militaires (ukrainiens) y sont morts et combien y ont été blessés, mais nous ne savons pas combien de civils".

Des soldats prorusses évacuent un corps à Marioupol. [Alexandre Ermochenko - Reuters]Des soldats prorusses évacuent un corps à Marioupol. [Alexandre Ermochenko - Reuters]

Porte ouverte à la poursuite des négociations

Interrogé sur la possibilité d'une poursuite des pourparlers avec la Russie, Volodymyr Zelensky estime que ces négociations "devront avoir lieu de toute façon".

"Nous n'avons pas très envie de négocier avec la Russie après ce que nous avons vu, pas très envie, je dois vous le dire, parce que nous comprenons à qui nous avons affaire", a-t-il ajouté.

Mais "nous devons trouver même la moindre possibilité de négocier. Je pense qu'il est difficile d'arrêter la guerre autrement", a-t-il relevé.

02h00

La Grande-Bretagne prévoit d'envoyer des véhicules blindés en Ukraine selon The Times

La Grande-Bretagne élabore des plans pour envoyer des véhicules blindés en Ukraine, rapporte le quotidien britannique The Times. Les options envisagées par le ministère de la Défense comprennent l'envoi de véhicules de patrouille, tel que le Mastiff ou le Jackal, indique le Times.

Les véhicules seraient dépouillés de leurs équipements sensibles et les troupes britanniques seraient envoyées dans un pays voisin de l'Ukraine pour y effectuer des formations, ajoute le quotidien, citant une source militaire.

D'autres mesures de soutien, notamment concernant des missiles antichars et antiaériens, seront annoncées par la Grande-Bretagne dans les prochains jours, selon le Times.

00h00

Retour sur la journée de mercredi