Modifié

Sepp Blatter est "soulagé" après la fin de sa dernière audition

Joseph S. Blatter (à droite) et son avocat Lorenz Erni (à gauche) se rendant au bureau du procureur fédéral à Zurich le lundi 9 août 2021. [Walter Bieri - Keystone]
Fin de l'audition de Sepp Blatter par le Ministère public fédéral / Le Journal horaire / 33 sec. / le 12 août 2021
L'ex-président de la FIFA, Sepp Blatter, a fait part de son soulagement après sa quatrième et dernière journée d'audition à Zurich, a indiqué son porte-parole, Thomas Renggli, jeudi. La décision du parquet est attendue ces "prochaines semaines".

"C'est terminé. Maintenant, Sepp Blatter est soulagé. Il est content que cela soit terminé. C'était dur pour lui cette semaine, mentalement et physiquement", a déclaré son porte-parole, Thomas Renggli, jeudi.

Son audition, qui a démarré lundi, s'est déroulée sur quatre jours à Zurich. En raison de son état de santé, Sepp Blatter, âgé de 85 ans ne pouvait être interrogé que 90 minutes par jour. La journée de jeudi clôture l'enquête ouverte en 2015 contre l'ancien président de la Fédération internationale de football (FIFA) et Michel Platini.

Arrêter de "molester" Monsieur Blatter

"A la fin de l'audition, son avocat, Lorenz Erni, a dit à la justice que c'était le moment d'arrêter de molester M. Blatter", a souligné Thomas Renggli. Ce dossier, qui a brisé la carrière des deux hommes les plus puissants du football mondial, porte sur le paiement par la FIFA de 2 millions de francs suisses au triple Ballon d'or français début 2011, sans justification écrite.

Sepp Blatter est poursuivi pour "soupçons d'escroquerie, d'abus de confiance et de gestion déloyale", tandis que la procédure pénale contre Michel Platini est menée pour "soupçons d'escroquerie, de participation à abus de confiance, de participation à une gestion déloyale et de faux dans les titres".

Michel Platini avait été entendu une dernière fois mi-mars. Il attend désormais la décision du parquet, qui pourrait soit prononcer un non-lieu soit ouvrir la voie à un procès devant le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone.

La FIFA, dirigée depuis 2016 par Gianni Infantino, déplore de son côté l'absence de contrat écrit mentionnant à l'époque une telle rémunération, et réclame à Michel Platini de rembourser les 2 millions de francs suisses.

ats/aps

Publié Modifié