Modifié

La Belgique ferme ses cafés et restaurants pour 4 semaines ‒ Le point sur la pandémie de Covid-19 dans le monde

Cafés et restaurants fermeront en Belgique à partir de lundi pour quatre semaines afin d'endiguer la propagation du coronavirus qui "monte en flèche", a annoncé vendredi soir le Premier ministre Alexander De Croo. Un couvre-feu sera en place de minuit à 5h00.

Le nombre de personnes contaminées continue d'exploser cette semaine en Europe mais diminue en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Asie.

La pandémie a fait 1'100'056million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP vendredi en soirée. Près de 40 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,8 millions ont été guéris.

En chiffres absolus, les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 217'798 décès pour 7'985'356 cas recensé. Viennent ensuite le Brésil avec 152'460 morts et 5'169'386 cas, l'Inde avec 112'161 morts (7'370'468 cas), le Mexique avec 85'285 morts (834'910 cas), et le Royaume-Uni avec 43'293 morts (673'622 cas).

>> La carte des nouvelles contaminations sur 14 jours en Europe:

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de l'épidémie):

BELGIQUE -  Fermeture des cafés et restaurants pour un mois

"Semaine après semaine, les chiffres doublent, ils montent en flèche (...) c'est une hausse exponentielle", a justifié le dirigeant libéral flamand, alors que la Belgique est un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie (plus de 10'300 morts).

Afin d'"éviter le pire", il a annoncé une série de nouvelles restrictions pour la vie sociale, dont la plus spectaculaire est la fermeture totale du secteur Horeca (restaurants et cafés) pour quatre semaines dès lundi. Une évaluation de la mesure aura lieu à mi-parcours, a précisé Alexander De Croo, et il y aura un soutien économique des pouvoirs publics.

Jusqu'à présent la fermeture des cafés ne concernait que la région de Bruxelles et courait jusqu'à début novembre. La mesure est donc étendue à tout le pays et concerne également les restaurants, ce que les responsables du secteur ont immédiatement qualifié de "catastrophe".

Autres mesures: la vente d'alcool sera interdite à partir de 20h00 et toute sortie sur la voie publique prohibée entre minuit et 5h00, "un couvre feu" destiné à empêcher les fêtes privées.

ALLEMAGNE - Annulation des restrictions nocturnes visant bars et restaurants berlinois

Le tribunal administratif de Berlin a annulé vendredi l'obligation imposée aux bars et restaurants de la capitale allemande de fermer tous les jours entre 23 heures et 6 heures du matin pour endiguer la pandémie.

Le tribunal avait été saisi en référé par onze restaurateurs et exploitants de bars berlinois qui jugeaient disproportionnées ces restrictions nocturnes, imposées depuis le 10 octobre.

Cette décision peut faire l'objet d'un appel devant la Cour administrative supérieure de Berlin-Brandebourg.

La mairie de Berlin avait pris la décision d'instaurer des restrictions nocturnes devant la hausse inquiétante des cas dans la capitale. Un nouveau coup très dur pour l'économie de la ville, déjà durement touchée par la fermeture des clubs depuis plusieurs mois.

Ces restrictions, qui concernaient tous les magasins sauf les pharmacies et stations-service, devaient être en place au moins jusqu'au 31 octobre.

D'autres villes, comme Francfort ou Cologne, ont pris des mesures similaires de fermeture nocturne obligatoire.

Le nombre de cas confirmés de contamination a grimpé à 348'557 en Allemagne, soit 7334 cas de plus que la veille, selon les données communiquées vendredi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses. Vingt-quatre décès supplémentaires ont été signalés, ce qui porte le total à 9734 morts depuis le début de l'épidémie dans le pays.

UNION EUROPÉENNE ‒ Série de défections au sommet de l'UE

Après la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui avait quitté le sommet européen réuni à Bruxelles peu après le début de la réunion jeudi pour se placer en quarantaine à cause d'un cas dans son équipe, c'est au tour de la cheffe du gouvernement finlandais, Sanna Marin, de faire pareil. Après avoir été en contact avec un député de son pays testé positif au Covid-19, elle doit regagner la Finlande et se placer en quarantaine.

A noter que le Premier ministre polonais n'était de son côté pas présent mais représenté par le chef du gouvernement tchèque.

La tenue en présentiel de ce sommet dédié au Brexit mais aussi à l'environnement et aux relations extérieures a été contestée par la cheffe du gouvernement danois, Mette Frederiksen. "Cette réunion aurait dû être organisée sous forme de vidéoconférence", a-t-elle estimé jeudi à sa descente de l'avion, selon l'agence locale Ritzau.

Par ailleurs, la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'UE, a annoncé que le sommet européen spécial sur la Chine prévu à Berlin le 16 novembre est annulé en raison de la pandémie.

USA - Deux vaccins pourraient être prêts à être autorisés en novembre

Les sociétés américaines Pfizer et Moderna prévoient de demander l'autorisation de leurs vaccins contre le Covid-19 d'ici fin novembre aux Etats-Unis, ce qui marquerait un record de vitesse absolu pour le développement d'un vaccin, neuf mois après le premier mort du coronavirus dans le pays.

Mais le lancement éventuel de la vaccination d'ici le Nouvel an sera trop limité pour contenir à lui seul l'épidémie, qui en est à son troisième rebond aux Etats-Unis.

Le bilan officiel a dépassé vendredi huit millions de cas, un chiffre certainement très en dessous de la réalité, puisque des études d'anticorps ont révélé qu'environ 10% de la population américaine avait été infectée, ce qui correspondrait à une trentaine de millions d'habitants.

PORTUGAL - Le traçage obligatoire provoque un tollé

Le gouvernement portugais a voulu rendre obligatoire le téléchargement d'une application de traçage pour freiner l'épidémie de Covid-19. Cette mesure inédite en Europe a provoqué un tollé. Elle ignorait les recommandations de Bruxelles.

"Je déteste être autoritaire, mais nous devons contrôler cette pandémie", s'est défendu jeudi le chef du gouvernement Antonio Costa. Le socialiste a surpris en annonçant mercredi qu'il allait demander au Parlement de légiférer "en urgence" pour rendre obligatoire l'application de traçage lancée début septembre sur la base du volontariat et le port du masque dans la rue.

Pour la Commission nationale de la protection des données (CNPD), rendre obligatoire une telle application soulève plusieurs problèmes en matière de "respect de la vie privée" mais aussi "sur le plan éthique", a expliqué à l'AFP sa porte-parole, Clara Guerra.

Rejoignant les avis de la Commission européenne ou du Comité européen de la protection des données, qui recommandent une utilisation "volontaire" des applications de traçage des cas de coronavirus, la CNPD fait valoir que le Portugal serait le premier pays à la rendre obligatoire parmi les 55 Etats ayant adhéré à la convention de protection des données du Conseil de l'Europe.

FRANCE - Pas d'exemptions de couvre-feu pour les cinémas et théâtres

C'est la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, qui le suggérait. Mais le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est déclaré opposé à une exemption du couvre-feu pour les spectacles, cinémas et théâtres.

La région parisienne, comme huit autres métropoles françaises en alerte maximale, s'apprête donc à vivre une dernière soirée de liberté avant l'entrée en vigueur des couvre-feux, à partir de vendredi minuit.

Les aides pour compenser les pertes économiques liées aux couvre-feux coûteront un milliard d'euros mais un reconfinement aurait coûté jusqu'à 20 fois plus, a estimé le ministre français de l'Economie.

>> Lire aussi: "A 21h, chacun chez soi", le détail des restrictions du gouvernement Macron

L'épidémie continue sa progression avec plus de 30'000 nouveaux cas en 24 heures.

GRECE - Confinement rétabli dans une région du nord

La région de Kozani, dans le nord de la Grèce, habitée par quelque 150'000 personnes, se voit imposer un nouveau confinement à partir de vendredi, après l'apparition de dizaines de nouveaux cas en octobre. Ce confinement durera jusqu'au 29 octobre, a annoncé l'Agence sanitaire publique de Grèce.

Tous les magasins, les salles de sport, les tribunaux, les restaurants, les cinémas, les musées et les sites archéologiques sont fermés dans la région, qui inclut la ville de Kozani, capitale de la Macédoine occidentale, dans le nord du pays. Mais à la différence du confinement de mars et avril, les écoles restent ouvertes dans la région.

La Grèce, d'une population de quelque 11 millions d'habitants, a enregistré près de 24'000 infections et plus de 480 décès depuis février.

ROYAUME-UNI ‒ Réunions privées interdites à Londres

"Ne nous faisons pas d'illusions sur le danger posé par ce virus. Le coronavirus est mortel et il se propage maintenant de manière exponentielle au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock jeudi à la Chambre des Communes, chambre basse du Parlement.

"Nous devons agir pour empêcher plus d'hospitalisations, plus de décès et plus de dommages économiques", a-t-il plaidé en annonçant que Londres et sept autres régions grimpaient d'un cran au niveau "élevé", qui implique de nouvelles restrictions.

Le coronavirus a fait plus de 43'000 morts au Royaume-Uni, largement plus que dans n'importe quel autre pays d'Europe, et contaminé au moins 654'000 personnes. Près de 20'000 nouveaux cas ont été enregistrés mercredi ainsi que 137 morts, les décès atteignant ces derniers jours leur plus haut niveau depuis juin.

Pour simplifier le patchwork des restrictions locales imposées ces dernières semaines face à la résurgence de l'épidémie, le gouvernement conservateur a instauré un système d'alerte à trois niveaux pour l'Angleterre, "moyen", "élevé" et "très élevé". Il rejette pour l'instant les appels à un confinement général de quelques semaines.

RUSSIE - Record de contaminations

La Russie a fait état vendredi de 15'150 nouveaux cas recensés au cours des dernières 24 heures, y compris 5049 cas à Moscou, un nouveau record portant le total des contaminations à 1'369'313 depuis le début de l'épidémie.

Les autorités ont également recensé 232 décès supplémentaires en 24 heures, ce qui porte le bilan officiel de l'épidémie à 23'723 morts.

CHINE - Résultat prometteur pour un candidat vaccin

L'un des potentiels vaccins développés en Chine s'est avéré sûr et a déclenché des réponses immunitaires lors des deux premières phases d'essais cliniques sur des volontaires humains, selon une étude publiée jeudi par la revue médicale The Lancet.

Le candidat vaccin, baptisé BBIBP-CorV, a déjà été approuvé pour une campagne de vaccination en urgence en Chine concernant des centaines de milliers de travailleurs essentiels et d'employés d'autres groupes considérés à haut risque.

BBIBP-CorV fait partie d'une liste d'au moins dix candidats vaccins à travers le monde dont la Phase III des essais cliniques a débuté, d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

HONG KONG - Dauphins roses de retour avec la baisse du trafic maritime

Selon le WWF, il ne subsiste qu'environ 2000 dauphins roses dans les eaux situées entre Hong Kong et Macao. [Vincent Yu - keystone]Selon le WWF, il ne subsiste qu'environ 2000 dauphins roses dans les eaux situées entre Hong Kong et Macao. [Vincent Yu - keystone]Depuis l'arrêt du trafic des ferries pour cause de coronavirus, les dauphins roses sont de retour dans les eaux situées entre Hong Kong et Macao mais les scientifiques s'inquiètent toujours d'un risque de disparition à terme de cette espèce emblématique de l'ex-colonie britannique.

Depuis mars, le nombre de dauphins blancs chinois, appelés à Hong Kong dauphins roses en raison de leur couleur, aurait augmenté d'environ un tiers dans ces eaux.

Si l'absence de ferries offre un répit bienvenu aux dauphins, il n'est que temporaire. Ces bateaux génèrent une pollution sonore qui altère leur communication et leur navigation. Ils constituent une menace physique pour eux, risquant de les blesser ou de les tuer. Selon le WWF, il ne subsiste qu'environ 2000 dauphins roses dans la région.

PEROU - Réouverture de plusieurs musées et sites archéologiques

Le Pérou a initié jeudi la réouverture progressive de ses musées et sites archéologiques après des mois de fermeture. Dix-huit musées seront rouverts au public, avec une capacité d'accueil de 50%

L'entrée dans ces sites ou musées, fermés depuis l'apparition de la pandémie dans le pays il y a sept mois, sera gratuite pendant un mois. Des protocoles sanitaires stricts ont été mis en place pour les visiteurs : prise de température, masque obligatoire, distanciation physique, groupes limités à huit personnes et réservations préalables. Les sites seront ouverts trois jours par semaine, avant une ouverture plus ample en fonction de l'évolution de la pandémie.

A noter que la citadelle inca du Machu Picchu, plus grande attraction touristique du pays, rouvrira samedi pour les habitants de la région de Cuzco et le 1er novembre pour les autres Péruviens et les étrangers. La capacité d'accueil sera toutefois limitée à 675 touristes par jour, contre 5'000 en saison haute.

ARGENTINE - La barre des 25'000 morts franchie

Le nombre total de cas déclarés est de 949'050 et celui des décès de 25'342, dans ce pays de 44 millions d'habitants. Selon les autorités sanitaires, 421 nouveaux décès et 17'096 nouvelles contaminations ont eu lieu au cours des dernières 24 heures.

Après de long mois de confinement, l'activité a repris progressivement, mais les rassemblements publics en grand nombre et les regroupements dans des lieux fermés sont toujours interdits. Sur tout le territoire, il est interdit de se déplacer sans porter de masque.

GAMBIE - Réouverture des frontières

Le président gambien Adama Barrow a annoncé vendredi la réouverture immédiate des frontières du pays, après plus de six mois de fermeture pour tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19.

L'économie de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest a été sévèrement affectée par la fermeture des frontières en mars, le tourisme constituant une des principales sources de revenus avec l'agriculture et l'argent envoyé par les Gambiens vivant à l'étranger.

La décision de rouvrir, prise en concertation avec les autorités sanitaires, prend effet "immédiatement", a précisé la présidence Gambienne dans un communiqué.

fgn avec les agences

Publié Modifié

Risque très faible d'attraper le Covid-19 dans un avion, selon une étude

Le risque d'attraper le Covid-19 dans un avion est très faible si les passagers portent un masque, selon une étude. Elle a été réalisée à bord de long-courriers Boeing 767 et 777 et publiée jeudi par l'armée américaine.

Les tests n'étudiaient l'hypothèse que d'un passager infecté et partaient du principe que tous les passagers portaient un masque en permanence. Par ailleurs, ils ne se sont pas penchés sur le risque de transmission du virus par un passager infecté se déplaçant dans la cabine.

Mais "ils sont encourageants", a noté le responsable de l'étude pour le Transcom. "Aussi bien pour le 777 que pour le 767, les calculs montrent qu'il faudrait 54 heures de vol d'affilée pour inhaler une charge virale suffisante pour tomber malade".

L'antiviral Remdesivir a "peu ou pas d'effet" sur la mortalité

Le médicament antiviral Remdesivir, considéré comme l'un des traitements les plus prometteurs face au Covid-19, n'est pas efficace pour empêcher le décès des patients, selon une étude menée avec le soutien de l'OMS.

Le médicament "semble n'avoir que peu ou pas d'effet sur les patients hospitalisés pour le Covid-19, si l'on en croit le taux de mortalité, le début de la ventilation ou la durée de l'hospitalisation", explique l'étude.

Fabriqué par le groupe américain Gilead, le Remdesivir faisait partie du traitement expérimental administré à Donald Trump lorsqu'il a été atteint par la maladie.