Modifié

De Paris à Sydney, dix solutions pour vivre au temps du coronavirus

Les plages italiennes préparent la réouverture, annoncée pour le 1er juin, comme ici à Porto Cesareo dans les Pouilles. [Handout / Bacino Grande / Fabrizio Marzano - AFP]
Les plages italiennes préparent la réouverture, annoncée pour le 1er juin, comme ici à Porto Cesareo dans les Pouilles. [Handout / Bacino Grande / Fabrizio Marzano - AFP]
Pistes cyclables, terrasses élargies ou fiente de poulet: tour du monde non exhaustif des solutions plus ou moins saugrenues trouvées pour restreindre la propagation du coronavirus à l'heure où commence le déconfinement.

1 - Le vélo, superstar de Paris à Budapest

Plutôt que retourner à la voiture, enfourchez votre vélo! C'est le message dans plusieurs villes qui craignent de voir les transports publics délaissés et redoutent embouteillages monstres et pics de pollution une fois le déconfinement entamé.

La question est particulièrement sensible en France où 60% des trajets effectués en voiture font moins de 5 kilomètres. Le gouvernement a donc annoncé le 30 avril un plan de 20 millions d'euros pour aider les villes et départements à aménager des pistes cyclables. Un forfait de 50 euros est aussi offert à ceux qui devraient remettre en état leur bicyclette avant de se rendre au travail.

>> Lire: La France lance "progressivement, prudemment" son déconfinement

En Italie, la ville de Milan mise elle aussi massivement sur le vélo pour l'après-Covid-19. Dans un plan ambitieux, cité par le Journal de l'environnement, elle prévoit de réduire, à terme, le trafic automobile de 30% dans son centre-ville. Quant aux habitants de Budapest, la capitale hongroise, ils ont été nombreux à se réjouir de voir enfin apparaître une piste cyclable longtemps réclamée.

2 - Des terrasses sur l'espace public à Vilnius

Parmi les pays les plus en avance en Europe en termes de déconfinement, la Lituanie a autorisé cette semaine les coiffeurs et les cafés-restaurants disposant d'une terrasse à rouvrir. Mais dans le pays balte, qui a enregistré 1344 cas de coronavirus et 44 morts, la capitale Vilnius a pris ses dispositions pour permettre à la clientèle de prendre un verre tout en respectant la distance spatiale de vigueur, rapporte The Guardian.

Garder une distance de deux mètres entre chaque table aurait été compliqué dans les rues de la vieille-ville classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, explique le quotidien britannique. La municipalité a donc décidé d'autoriser les établissements à s'installer gratuitement sur l'espace public à 18 endroits, y compris devant la cathédrale, "afin de leur permettre de rouvrir, de sauver les emplois et de redonner vie à Vilnius".

Autre geste à souligner: les autorités locales ont distribué des chèques-cadeaux valables dans les cafés-restaurants de la ville au personnel soignant. Une façon de les remercier tout en offrant une aide salutaire de 400'000 euros aux commerces touchés.

3 - Des distributeurs de masques en Pologne et en Allemagne

En Pologne, où le masque est obligatoire depuis le 16 avril, des distributeurs de masque ont été installés, explique France 2. Et un dispositif similaire a été observé dans des stations de métro de Berlin.

Ces protections faciales ont été adoptées dans plusieurs pays de l'est de l'Europe: en République tchèque le 19 mars, en Slovaquie le 24 mars, mais aussi en Bulgarie, en Slovénie et en Lituanie où les contrevenants risquaient une amende de 250 euros. Cet accessoire, chirurgical ou fait maison, s'il ne suffit pas à enrayer la pandémie a montré qu'il permettait de réduire le risque de contamination. Il est obligatoire dans les transports publics et les commerces en Allemagne depuis cette semaine.

>> Lire aussi: Le port du masque à Iéna sert d'exemple à toute l'Allemagne

4 - Des tests sur les nouveaux arrivants à Hong Kong

Les mesures de sécurité actuellement imposées aux nouveaux arrivants à l'aéroport international de Hong Kong sont appelées à durer, indique The South China Morning Post, cité par Courrier international. Le gouvernement hong-kongais a fait de l'aéroport sa première ligne de défense contre le Covid-19: l'accès est interdit aux non-résidents et aux voyageurs en transit, des bracelets électroniques et des tests salivaires sont imposés à toutes les personnes à leur arrivée. Un dispositif strict qui pourrait faire école partout dans le monde, selon l'article.

Cité, le directeur de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac considère que le contrôle de l'état de santé de passagers jouera un rôle clé pour redémarrer le secteur aérien. Il plaide en faveur de règles identiques partout dans le monde.

5 - Bus gratuits à Londres

Pour garantir la sécurité des usagers et des conducteurs, la société des Transports publics londoniens a décidé de rendre – de façon temporaire – les bus gratuits à compter du 20 avril, et de n'autoriser l'accès que par les portes du milieu du véhicule, relaye Le Petit Journal. Cette décision fait suite au décès de 26 chauffeurs des suites du coronavirus, qui touche sévèrement le Royaume-Uni. Elle vise à éviter les contacts induits lors du paiement du ticket à l'entrée du bus.

Des procédures de désinfection et de nettoyage ont aussi été mises en place dans les dépôts de bus, de trains et de métros, ainsi que dans les cabines des conducteurs.

Si les Londoniens sont appelés à rester chez eux, la circulation des transports publics continue pour permettre les déplacements nécessaires. Le maire Sadiq Khan, dont le père était chauffeur de bus, a personnellement remercié "les chauffeurs héroïques qui permettent aux travailleurs essentiels d'être là où on a le plus besoin d'eux".

6 - Des chapeaux originaux en Chine

Alors que la question du retour des enfants à l'école agite la Suisse, une solution inventive – et ludique? – a été trouvée à Hangzhou, capitale de la province chinoise de Zhejiang, pour faire respecter la distance spatiale aux plus jeunes.

En Europe, chaque pays a établi des modalités différentes entre la Suède qui n'a jamais fermé les écoles et une groupe de pays (l'Italie, l'Irlande, le Portugal, la Grèce et l'Espagne) qui attendront septembre pour renvoyer les enfants en classes. La France a quant à elle annoncé le retour progressif à l'école à partir du 11 mai, avec des groupes de maximum 15 enfants.

7 - Des plages en plexiglas en Italie?

Autre question omniprésentes ces jours dans les discussions, les vacances. Quid de l'été à la plage en 2020? En Italie, une société de Modène a imaginé des "box" en plexiglas qui pourrait permettre aux estivants de dorer au soleil sans craindre la contamination du virus. Largement médiatisée par la presse italienne, l'idée a fait le tour du monde. Mais est-elle bien réaliste?

La réouverture des bars, restaurants et des activités balnéaires aura lieu le 1er juin dans la péninsule, a annoncé Giuseppe Conte le 26 avril. Le syndicat des plagistes italien espère "une ordonnance nationale pour établir des dispositions uniques sur l'ensemble du territoire", alors que l'option qui sera la plus probablement retenue sera celle d'une distance suffisante entre chaque transat.

8 - L'application "COVIDSafe" en Australie

En moins de 24 heures, près de deux millions d'Australiens ont téléchargé une application pour smartphone destinée à tracer les contacts avec des personnes diagnostiquées positives au coronavirus. Appelée "COVIDSafe", elle vise à aider les autorités à retrouver toutes les personnes qui ont été à moins de 1,5 mètre d'une autre, porteuse du virus.

Les autorités sanitaires estiment que l'application deviendra un outil efficace à partir du moment où la moitié de la population l'utilisera. Selon elles, seule une utilisation massive permettra de lever certaines restrictions de mouvement et de rassemblement en vigueur dans le pays de 25 millions d'habitants, qui dénombre près de 7000 cas de coronavirus. Un assouplissement a néanmoins commencé mercredi 29 avril.

Le traçage a aussi permis à la Corée du Sud et à Taïwan de maîtriser la pandémie, mais ce sujet reste sensible, en particulier en Europe en raison de questions liées à la protection des données privées.

9 - Fête de la musique au balcon à Genève

A la suite des concerts d'artistes sur Facebook Live et des samedis au balcon organisés par la chaîne de radio Couleur 3, une initiative a été lancée par Genève Agenda pour mettre l'ambiance le 21 juin... Elle propose que la Fête de la musique, annulée à Genève en raison du coronavirus, soit remplacée par une grande fête sur les balcons de 16h à 21h, en respectant bien sûr un niveau sonore acceptable pour les voisins.

Une façon de consoler les mélomanes et autres adeptes des festivités de l'été alors que tous les événements sont annulés jusqu'à septembre en Suisse. Très touché par les mesures de confinement, le monde de la culture tente tant bien que mal de se réinventer en ligne parfois avec succès comme le démontre en ce moment le Festival Vision du Réel de Nyon.

10 - De la fiente dans les parcs en Suède

La Suède s'est distinguée ces derniers mois en étant le seul pays à ne pas avoir pris de mesures de confinement. Cela n'empêche pas certains de ruser pour limiter les rassemblements. Ainsi, le maire de la petite ville de Lund a décidé de faire épandre une tonne de fientes de poulet pour fertiliser les pelouses du grand parc municipal, et ce n'est pas par hasard qu'il a choisi le dernier jour d'avril pour le faire, explique l'Afton Bladet, cité par France Culture.

L'autorité locale mise en effet sur l'odeur des déjections pour dissuader les jeunes de la commune qui d'ordinaire viennent par centaines chaque 30 avril célébrer la fête païenne de Walpurgis, une sorte de Saint-Jean avant l'heure où l'on se réunit autour d'un grand feu de joie, précise la chaîne de radio française. Comme quoi, même le modèle suédois misant sur l'auto-discipline a des limites.

>> Lire aussi: Sans confinement, la Suède fait figure d'exception en Europe

Juliette Galeazzi

Publié Modifié