Modifié

Le record de température mesuré en Antarctique ne serait pas homologable

Un instrument de mesure de la météo et de l'ozone de la base argentine Marambio, sur l'île Seymour, en 2008. [Enrique Marcarian - Reuters]
Un instrument de mesure de la météo et de l'ozone de la base argentine Marambio, sur l'île Seymour, en 2008. [Enrique Marcarian - Reuters]
Dimanche 9 février, un chercheur d'une équipe brésilienne annonçait le dépassement, pour la première fois, de la barre des 20°C en Antarctique. La mesure n'est cependant pas homologable car pas conforme aux standards en la matière, estiment des spécialistes.

20,75 degrés Celsius: telle est la température enregistrée le 9 février dernier sur l'île de Seymour, au nord de la péninsule antarctique, a révélé jeudi dernier un chercher brésilien travaillant pour Terrantar, un groupe de recherche qui mène une étude destinée à étudier l'impact du réchauffement climatique sur le permafrost.

>> Lire à ce sujet: L'Antarctique aurait connu sa première journée à plus de 20 degrés dimanche

L'île Seymour, connue aussi sous le nom de Marambio, est une petite île d'environ 10 kilomètres sur 10, qui abrite notamment une base scientifique argentine. Elle est située près de l'extrémité de la péninsule antarctique, soit dans la région la moins australe du Continent Blanc, à environ 1200 kilomètres au sud d'Ushuaïa.

Mesure contestée

Reprise par plusieurs médias dans le monde entier, cette mesure a également fait le tour des réseaux sociaux et a notamment été partagée par la jeune activiste du climat Greta Thunberg.

Les jours suivants, l'information a néanmoins suscité la perplexité de plusieurs bloggeurs, spécialistes et amateurs de météorologie notamment. Pour eux, le relevé n'ayant pas été effectué dans une station météo normalisée, c'est-à-dire conforme aux standards internationaux de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) , il n'est pas valable. Il n'en fallait pas plus pour que certains taxent l'information de "fake news" et pour que la blogosphère climatosceptique s'empare de l'affaire.

Investigation en cours à l'OMM

Au lendemain de l'annonce, l'OMM publiait un communiqué annonçant que le relevé de l'équipe brésilienne était en cours d'investigation. "Il est prématuré de dire que la température a dépassé les 20 degrés", signale le rapporteur de l’OMM pour les extrêmes météorologiques et climatiques Randal Cerveny. "Nous devons d'abord analyser les métadonnées importantes de la station de mesure (de l'équipe de chercheurs brésiliens), par exemple son emplacement, le type d'équipement, la méthodologie des mesures, la calibration des instruments, etc. Lorsque nous disposerons de ces données, nous pourrons commencer une évaluation formelle de sa validité, mais cela prendra du temps", a poursuivi Randal Cerveny.

Selon les informations de la page Facebook de geoclimat.org et du site lameteo.org, toutefois, la mesure aurait été effectuée par une sonde-thermomètre située à l’air libre et à un mètre du sol (soit trop peu), et non par une station de mesure en bonne et due forme, une nouvelle qui n'a pas encore été confirmée par l'OMM.

L'ancien record toujours dans les tabelles

"Il est important de vérifier ce record de température maximale, car cela nous aide à dépeindre le contexte météorologique et climatique d’une des régions situées aux confins de la Terre. Tout comme l’Arctique, l’Antarctique est mal desservi en observations et en prévisions météorologiques, alors que l’un comme l’autre déterminent, dans une large mesure, les régimes climatiques et océaniques de même que la hausse du niveau de la mer", a expliqué l'instance dans le même communiqué.

Le record de température dûment homologué en Antarctique reste donc, pour l'heure, les 19,8°C enregistrés en 1982 dans l'Île Signy, à environ 700 kilomètres au nord-est de l'Île Seymour.

Vincent Cherpillod

Publié Modifié

L'île Seymour est située à l'extrémité de la péninsule antarctique: