Modifié jeudi à 13:13

François Fillon: "Macron pour un sursaut européen? Pourquoi pas?"

Fillon_Macron_droite_2
François Fillon (5/5) Emmanuel Macron et la droite L'actu en vidéo / 1 min. / mercredi à 20:25
L'ancien Premier ministre français et candidat de la droite française aux élections de 2017, François Fillon s'exprime sur Emmanuel Macron, sur les divisions de la droite et sur les suites de la bataille judiciaire qu'il doit livrer en 2020.

François Fillon a répondu aux questions de Darius Rochebin lors d'un entretien tenu en public, à Palexpo à Genève, au salon Communica. Questionné sur le président français Emmanuel Macron et sa capacité à incarner un sursaut européen, François Fillon répond: "Pourquoi pas?" L'ancien Premier ministre estime que "l'avenir dira" si les électeurs de droite qui se tournent vers Emmanuel Macron ont raison.

"Cette Europe qui est vieille, un peu fatiguée, qui ne croit plus en grand-chose, (…) est-ce que ce mouvement historique est profond? Ou est-ce qu'un homme, une personnalité pourra l'interrompre, honnêtement je ne sais pas."

"Le recul devant les Gilets jaunes n'a pas été un bon signe"

Fillon_Gilets_jaunes_2
L'actu en vidéo - Publié mercredi à 20:51

François Fillon se montre plus critique sur la capacité de réforme de l'actuel pouvoir en France qui a reculé, selon lui, face aux Gilets jaunes: "Si on réfléchit bien, c'est pas grand-chose, cette affaire de Gilets jaunes. Il y a eu au maximum des manifestations 150'000 à 180'000 personnes dans toute la France", souligne l'ancien Premier ministre. "Je vais être un peu prétentieux mais quand j'ai fait la réforme des retraites, j'ai mis 2 millions et demi de personnes dans la rue."

Et de poursuivre: "Macron, c'est un petit joueur! Il a reculé parce qu'il y a cette puissance du système médiatique et des réseaux sociaux qui fait croire que le pays est à feu et à sang.  Si cette crise a déstabilisé un gouvernement légitime venant d'être mis en place, ce n'est pas bon signe."

"La droite française s'est suicidée"

Fillon_Les_3_R_2
L'actu en vidéo - Publié mercredi à 20:59

Questionné sur les "3 R" qu'il peut éprouver après sa défaite de 2017, "regrets, remords et rancune", l'ancien candidat de la droite plaisante: "J'éprouve les trois, forcément", avant de corriger: "Je tourne la page, je regarde devant. Mais il était intéressant de voir aux obsèques de Chirac ces gens qui s'étaient battu les uns contre les autres". Il déplore que "depuis 20 ans, des batailles uniquement personnelles et d'ego et pas des débats idéologiques aient animé la droite française", estimant que "la droite française s'est suicidée."

Jamais plus la politique

Fillon_Retour_en_politique_2
L'actu en vidéo - Publié mercredi à 20:35

Evoquant la "bataille judiciaire" qu'il a devant lui, lors du procès pour emplois fictifs présumés, prévu en février 2020, François Fillon précise son avenir personnel.

Quelle que soit l' issue, judiciaire, il exclut un retour en politique: "J'ai choisi une autre vie qui me satisfait pleinement." François Fillon, aujourd'hui président de la Commission des constructeurs de la Fédération internationale de l'automobile, affirme qu'il ne cultive "aucune nostalgie": "Quand je cours sur un circuit automobile, je regarde toujours devant." 

Chirac, insaisissable

Fillon_Anecdote_Chirac_2
L'actu en vidéo - Publié mercredi à 20:39

François Fillon revient sur la mort de Jacques Chirac, dont il fut ministre, en racontant des anecdotes sur l'ancien Président: "En 2002, on était un peu fâchés, puis on s'est réconciliés. Si on gagne, qu'est-ce que tu veux faire, m'a-t-il demandé. J'ai dit: il y a deux ministères pour lesquels je ne me sens pas préparé, l'Education nationale et les Affaires sociales. J'ai eu les deux!"

dr/ebz

Publié jeudi à 11:42 - Modifié jeudi à 13:13