Publié le 12 août 2019 à 18:34

En Russie, le test d'un nouveau missile nucléaire a mal tourné jeudi dernier

Les funérailles des cinq spécialistes tués ont eu lieu lundi à Saróv, à l'est de Moscou
L'explosion qui a fait 5 morts jeudi dernier en Russie a été causée par le test d'un nouvel armement nucléaire. Le Journal horaire / 27 sec. / le 12 août 2019
Quatre jours après une explosion ayant fait au moins cinq morts sur une base militaire du Grand Nord, les autorités russes ont reconnu lundi que l'accident était lié aux tests de "nouveaux armements" nucléaires, que Moscou entend mener "jusqu'au bout".

Selon des experts américains, l'accident survenu jeudi dernier pourrait être lié aux tests du missile de croisière "Bourevestnik", l'une des nouvelles armes présentées comme "invincibles" par Vladimir Poutine en février dernier. Le président russe avait alors menacé de déployer cet armement pour viser les "centres de décision" dans les pays occidentaux.

Ce missile à propulsion nucléaire, dont le nom signifie "oiseau de tempête" en russe, aurait une "portée illimitée" et serait capable de surmonter quasiment tous les systèmes d'interception, prétend la Russie. Des spécialistes estiment toutefois qu'il n'est pas encore au point.

>> Lire à ce sujet: Vladimir Poutine menace de déployer ses nouveaux missiles

"Ils ont pris le risque d'effectuer des tests uniques"

La mémoire des cinq membres de son personnel tués a été célébrée lundi par l'agence nucléaire russe Rosatom. Elle a précisé que les spécialistes décédés fournissaient de l'ingénierie et du support technique pour "la source d'énergie isotopique" du moteur du missile à l'origine de l'explosion, qui s'est produite sur une plate-forme maritime et a jeté plusieurs employés à la mer.

Les spécialistes décédés devaient être décorés à titre posthume après leurs funérailles lundi. "Ils ont pris une double responsabilité: dans le développement de technologies et d'équipements uniques et en prenant le risque physique d'effectuer des tests uniques", a déclaré lors de la cérémonie un membre de l'administration présidentielle et ancien patron de Rosatom.

>> Lire à ce sujet: Cinq morts après un incident nucléaire sur une base militaire russe

Les essais vont se poursuivre

Rosatom a déclaré vouloir "continuer le travail sur ce nouveau type d'armes", qui sera dans tous les cas poursuivi jusqu'au bout. "La sécurité de notre patrie sera entièrement assurée", a ajouté son patron Alexeï Likhatchev.

Immédiatement après l'accident, le ministère de la Défense avait assuré qu'il n'y avait "pas eu de contamination radioactive". La mairie d'une ville située près de la base avait cependant dit avoir "enregistré une brève hausse de la radioactivité", avant de retirer sa publication.

ats/vic

Publié le 12 août 2019 à 18:34

La ville de Severodvinsk, 190'000 habitants, est située à une trentaine de kilomètres de la base où l'accident a eu lieu