Modifié le 22 avril 2019 à 09:45

Huit arrestations après les attentats qui ont fait 290 morts au Sri Lanka

Le Sri Lanka frappé par une vague d'attentats meurtriers
Le Sri Lanka frappé par une vague d'attentats meurtriers L'actu en vidéo / 1 min. / le 21 avril 2019
Au moins 290 personnes, dont plusieurs dizaines d'étrangers, ont été tuées dimanche dans huit attentats contre des hôtels et des églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques. Les autorités ont procédé à 8 arrestations, mais les attaques n'ont pas été revendiquées.

Trois déflagrations se sont produites dans l'église Saint-Anthony de Colombo, l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale, et l'église Zion de Batticaloa, sur la côte est du Sri Lanka.

Les hôtels frappés sont le Shangri-La Colombo, le Kingsbury Hotel et le Cinnamon Grand Colombo, ainsi qu'un autre, situé dans les faubourgs de la capitale, à Dehiwela, près du zoo national.

La huitième explosion est survenue en début d'après-midi à Orugodawatta. Un kamikaze a tué trois policiers au Sri Lanka en se faisant exploser dans un bâtiment de cette banlieue du nord de la capitale, a annoncé la police.

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Attentats au Sri Lanka: plus de 200 personnes ont été tuées dans des attaques coordonnées contre des hôtels et des églises.
19h30 - Publié le 21 avril 2019
 

Huit personnes ont été arrêtées après la vague d'attentats, a annoncé le Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe. "Jusqu'ici les noms que nous avons sont locaux", mais les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont d'éventuels "liens avec l'étranger", a déclaré le chef de gouvernement dans une allocution télévision. Il n'a pas donné davantage de précisions.

Mesures "immédiates" du gouvernement

Le Premier ministre avait réuni d'urgence son conseil de sécurité à la suite de cette série d'attentats. "Je condamne fortement les attaques lâches sur notre peuple aujourd'hui. J'appelle tous les Sri-Lankais à rester unis et fort en ces temps tragique", a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel, ajoutant que le gouvernement prenait des "mesures immédiates pour contenir la situation".

Le ministère de la Défense a notamment décrété un couvre-feu pour une durée indéterminée. L'ensemble des établissements scolaires resteront également fermés lundi et mardi, a fait savoir le ministre de l'Education, et les réseaux sociaux ont été bloqués pour lutter contre "les fausses informations".

>> Le témoignage du guide français Olivier Duflot: "Il n'y a personne dehors à Colombo, où règne une ambiance de stupeur"

Ces attentats, qui n'ont pas été revendiqués pour le moment, sont "surprenants par leur ampleur et leur coordination", a estimé sur les ondes de la RTS Delon Madavan, spécialiste de l'Inde et de l'Asie du Sud (lire: "Ce qui surprend, c'est l'ampleur et la coordination des attaques au Sri Lanka").

Pas de victime suisse annoncée

Contacté par la RTS, le Département fédéral des affaires étrangères a indiqué qu'il n'avait pas connaissance pour l'heure de victime suisse. "Mais nous restons en contact avec les autorités locales", a précisé une porte-parole.

agences/oang/vkiss

>> Voir aussi le reportage du 19h30 sur les Sri-Lankais de Suisse:

50'000 personnes d'origine sri-lankaise vivent en Suisse. Arrivés en raison du conflit dans leur pays, ils sont sous le choc.
19h30 - Publié le 21 avril 2019
 

Publié le 21 avril 2019 à 07:47 - Modifié le 22 avril 2019 à 09:45

Réactions internationales

Le président de la Confédération Ueli Maurer, par l'intermédiaire du porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi, a exprimé ses condoléances.




"Au nom du Conseil fédéral, je condamne les attaques violentes contre les célébrations religieuses à Colombo. J'adresse mes sincères condoléances aux proches des victimes et aux autorités du Sri Lanka."

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait part de son "horreur" et de sa "tristesse", affirmant que l'Union européenne se tenait "prête à apporter son soutien".

La Première ministre britannique Theresa May a elle dénoncé des "actes de violence (...) réellement effroyables". "Nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur", a ajouté la dirigeante sur Twitter.

Le président français Emmanuel Macron a "fermement" condamné des "actes odieux" et des "attaques terroristes" "Toute notre solidarité avec le peuple sri lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", a écrit le chef de l'État sur Twitter.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle condamné "la haine religieuse et l'intolérance", tandis que le président américain Donald Trump a évoqué des "attaques terroristes horribles".

Un pays à majorité bouddhiste

Le Sri Lanka est un pays à majorité bouddhiste, et les catholiques sont estimés à 1,2 million sur une population totale de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens.

Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise.

>> Voir le sujet du 19h30 sur la situation au Sri Lanka:

Les lieux des explosions