Modifié

Les Etats-Unis annoncent une hausse importante des taxes douanières vis-à-vis de la Chine

Les Etats-Unis annoncent une hausse importante des taxes douanières vis-à-vis de la Chine, notamment pour promouvoir son industrie électrique. [Keystone - Jim Lo Scalzo]
Les Etats-Unis annonce une hausse importante des taxes douanières vis-à-vis de la Chine / Le Journal horaire / 31 sec. / mardi à 13:03
La Maison Blanche a annoncé mardi une augmentation des droits de douane sur les produits chinois dans plusieurs secteurs, équivalent à 18 milliards de dollars d'importations. Washington veut ainsi "protéger les entreprises et travailleurs américains" d'une concurrence jugée "déloyale".

Ces nouveaux droits de douane concernent près d'une dizaine de secteurs industriels considérés comme "stratégiques", tels que les semi-conducteurs, les minéraux critiques, les produits médicaux ou les véhicules électriques, ces derniers voyant par exemple leurs droits de douane multipliés par quatre, passant de 25% à 100%.

Lundi, la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen avait souligné la nécessité de s'assurer que les investissements massifs, votés en 2022 dans le cadre du grand "plan vert" (Inflation Reduction Act, IRA) de la Maison Blanche pour soutenir ces industries, soient "protégés".

Le gouvernement américain a notamment investi plusieurs centaines de milliards de dollars afin d'accélérer la production locale de voitures électriques, batteries, panneaux solaires ou éoliennes.

>> Lire à ce sujet : Joe Biden promulgue une réforme majeure sur le climat et la santé

Des pratiques commerciales jugées "déloyales"

Washington accuse Pékin de soutenir fortement ces industries, avec d'importantes subventions qui entraînent une surproduction que les entreprises chinoises écoulent sur le marché mondial, cassant les prix et empêchant du même coup le développement d'industries concurrentes dans d'autres pays.

La directrice du Conseil national économique rattaché à la Maison Blanche a ainsi estimé que la Chine "finance sa croissance aux dépens des autres". Une crainte partagée par l'Union européenne et d'autres pays tels que la Turquie, le Brésil ou l'Inde, a affirmé un autre responsable américain.

Ces droits de douane visent donc à "éliminer les pratiques commerciales déloyales, que ce soit concernant le transfert de technologies, la propriété intellectuelle ou l'innovation", a justifié la Maison Blanche dans son communiqué.

Mesures essentiellement symboliques?

Au-delà du quadruplement sur les véhicules électriques, Washington fait passer les droits de douane visant l'acier et l'aluminium de 7,5% à 25%, tout comme pour les batteries, et ceux pour les semi-conducteurs de 25% à 50%, également appliqués désormais aux panneaux solaires et certains produits médicaux.

Selon certains économistes, ces hausses douanières ne devraient pas avoir un impact direct notable sur l'inflation ou le PIB américain, mais elles ont une forte portée symbolique et pourraient renforcer et accélérer les relocalisations.

L'impact principal pour les groupes américains pourrait néanmoins concerner les droits de douane appliqués aux batteries et aux chaînes d'approvisionnement, secteurs où la Chine est ultra dominante.

ats/jop

Publié Modifié

Les taxes de Donald Trump maintenues

La décision intervient à l'occasion de la revue de l'enquête dans le cadre de la section 301, outil utilisé par l'ancien président Donald Trump pour imposer des droits de douane supplémentaires sur l'équivalent de 300 milliards de dollars d'importations chinoises.

Lors de son arrivée au pouvoir, le président Joe Biden avait annoncé que son administration reverrait ces droits de douane afin de déterminer s'ils devaient perdurer ou non.

Un responsable américain a cependant souligné que l'ensemble des droits de douane étaient maintenus, auxquels s'ajoutent donc les 18 milliards de dollars annoncés mardi.

Les Etats-Unis minimisent le risque d'une réplique chinoise, la jugeant "possible" mais faisant le pari que la Chine prendra en compte l'aspect "ciblé sur nos préoccupations".

La surproduction chinoise est d'ailleurs un sujet sur lequel Washington a régulièrement exprimé ses inquiétudes, notamment lors de la dernière visite en Chine de Yanet Yellen début avril.