Modifié

André Kudelski sur l'énergie: "Si un maillon fait défaut, vous aurez un effet en cascade"

L'entreprise Kudelski se prépare à un hiver compliqué sur le plan énergétique: interview d'André Kudelski [RTS]
L'entreprise Kudelski se prépare à un hiver compliqué sur le plan énergétique: interview d'André Kudelski / Forum / 3 min. / le 25 août 2022
Face à la crise énergétique qui pointe le bout de son nez, le Conseil fédéral a esquissé mercredi un plan de crise en cas de pénurie. Invité à réagir dans Forum, André Kudelski, directeur de l'entreprise homonyme, estime qu'il ne faut pas prendre ces choses à la légère.

Mercredi, la conseillère fédérale en charge de l'énergie Simonetta Sommaruga a présenté le plan de crise du gouvernement pour faire face à une possible pénurie d'énergie qui pourrait toucher la Suisse.

Pour le Conseil fédéral, c'est dans le domaine du chauffage qu'il y a actuellement le plus grand potentiel d'économie, car ce poste constitue les trois quarts du gaz consommé en hiver. Ménages, industrie, services et administration publique seront invités à baisser le thermostat pour réduire de 15% la consommation de gaz entre octobre 2022 et mars 2023.

>> Lire aussi: Le Conseil fédéral fixe l'objectif volontaire d'économiser 15% de gaz cet hiver

Risque d'interruption de la continuité

Comme tant d'autres entreprises, la multinationale vaudoise basée à Cheseaux-sur-Lausanne (VD) - active notamment dans la cybersécurité et dans les solutions informatiques et électroniques pour la télévision payante - se prépare à un hiver compliqué.

Pour son directeur général André Kudelski, baisser le chauffage ou régler les stores est relativement facile. "Là où ça devient beaucoup plus compliqué, c'est lorsqu'on interrompt la continuité, par exemple de l'information. C'est valable pour le groupe Kudelski, mais aussi la radio. Si pendant quelques heures vous n'avez plus de communication, vous ne serez plus capables de remplir votre mission", explique-t-il dans Forum.

"Un effet en cascade"

L'enjeu est donc de taille pour le groupe vaudois, dont la cybersécurité est l'un des fonds de commerce, en particulier dans le domaine médical.

"Un bon nombre de nos clients sont des infrastructures critiques, comme les hôpitaux, des sociétés dans l'énergie, dans les médias, qui doivent assurer un rôle 24 heures sur 24. Ils ne peuvent pas être coupés", relève André Kudelski.

Le patron du groupe homonyme attend donc des autorités qu'elles prennent en compte dans leur plan les "liaisons complexes" entre les différents acteurs.

"Vous pouvez tout d'un coup avoir un maillon de la chaîne qui fait défaut. Vous aurez ensuite un effet en cascade, surtout si vous avez un risque de pénurie et qu'une entreprise qui fournit de l'énergie tombe dans le réseau (...) Ce qui est important c'est d'assurer que les ressources critiques, comme l'alimentation en courant, les communications, internet, tout ce qui est extrêmement important, fonctionnent à tout moment", plaide encore André Kudelski.

Propos recueillis par Thibaut Schaller

Adaptation web: Jérémie Favre

Publié Modifié