Modifié

Les prix des denrées alimentaires flambent, l'Afrique en première ligne

Ollo Sib explique le risque de famine lié à l'inflation (vidéo) [RTS]
Ollo Sib explique le risque de famine lié à l'inflation (vidéo) / La Matinale / 7 min. / le 15 novembre 2021
Alors que les prix des denrées alimentaires explosent au niveau mondial, la situation est particulièrement difficile en Afrique de l'Ouest. "Les prix des produits alimentaires de base sont passés du simple au double", alerte Ollo Sib, du Programme alimentaire mondial (PAM).

Interrogé lundi dans La Matinale, le conseiller régional basé au Sénégal assure qu'il y a de quoi s'inquiéter.

"Dans cette région d'Afrique, le prix des céréales a doublé. Au Ghana, on atteint presque 200% d'augmentation. Pour le maïs, au Bénin, c'est 80% d'augmentation", détaille Ollo Sib.

L'envolée des dépenses mondiales d'importations alimentaires, qui devraient atteindre un "niveau record" en 2021, inquiète l'ONU quant à la capacité des pays pauvres, très souvent importateurs de nourriture ou d'engrais, à continuer de se nourrir.

Capacités de production et conflits

Selon Ollo Sib, la flambée des prix en Afrique est notamment due à un niveau de production qui n'est pas adapté aux besoins. Mais pas seulement.

"La population augmente vite et le changement climatique affecte énormément les capacités de production des petits paysans. Il y a aussi malheureusement des conflits dans cette région, qui empêchent la circulation des produits alimentaires et l'approvisionnement des marchés", indique-t-il.

Le conseiller du PAM rappelle aussi que la situation économique est fragile dans ces pays africains, avec une inflation extrêmement élevée. Sans oublier la pandémie de Covid-19 et ses effets dévastateurs sur la chaîne d'approvisionnement globale.

"Les fondamentaux de la hausse des prix sont appelés à rester dans le temps dans cette région. Les conflits vont malheureusement perdurer. Il faut trouver des solutions pour éviter la famine et répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables", poursuit Ollo Sib.

Un bond de 34%

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les dépenses mondiales d'importations alimentaires devraient atteindre en 2021 plus de 1750 milliards de dollars, soit une augmentation de 14% par rapport à 2020.

De janvier à août, l'indice FAO des prix alimentaires a grimpé de 34% et l'indice des prix mondiaux des intrants a enregistré une hausse de 25% sur la même période.

Selon Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, cette hausse des prix au niveau mondial s'explique notamment par le réchauffement climatique et une sécheresse relativement importante au Canada.

"L'autre grande raison est l'émergence de la Chine comme, pratiquement, premier importateur mondial de céréales", assure-t-il.

>> Ecouter l'interview de Philippe Chalmin, professeur à l'Université Paris-Dauphine et spécialiste des marchés des matières premières

Philippe Chalmin est économiste, spécialiste des matières premières. [Pierre Verdy - AFP]Pierre Verdy - AFP
Denrées alimentaires: interview de Philippe Chalmin (Uni Paris-Dauphine) / La Matinale / 60 sec. / le 15 novembre 2021

cf/gma

Publié Modifié

Un phénomène aussi visible en Suisse

La hausse des prix alimentaires commence aussi à être visible en Suisse. Le prix du pain va notamment augmenter le mois prochain: il faudra débourser environ 30 centimes de plus par kilo.

Certains autres produits ont augmenté le mois dernier par rapport à septembre. C'est le cas des pâtes, des céréales, des légumes en conserve, du veau ou encore du cacao.

La Fédération romande des consommateurs se montre vigilante, comme l'explique Jean Busché, responsable de la politique économique.

"Si l'augmentation est disproportionnée ou déguisée, que les produits transformés perdent en qualité ou en quantité, on aura un problème. Dans un monde parfait, il faudrait connaître l'entièreté de la chaîne de valeur d'un produit. On souhaiterait davantage d'information sur les marges réalisées par les enseignes pour pouvoir savoir qui paye quoi", explique-t-il.

Les distributeurs contactés par la RTS n'excluent pas des hausses, en particulier pour les produits importés.

>> Les précisions dans La Matinale:

Le renchérissement des matières premières va entraîner notamment une augmentation des prix en boulangerie. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Le renchérissement des denrées alimentaires est désormais visible en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 15 novembre 2021