Modifié

Comment une piqûre pour soigner des bébés peut coûter 2 millions de francs

Enquête sur le médicament le plus cher du monde [RTS]
Enquête sur le médicament le plus cher du monde / Mise au point / 15 min. / le 9 février 2020
Afin de commercialiser de nouveaux traitements, les grands groupes pharmaceutiques ont racheté des centaines de sociétés pour plus de 1200 milliards de francs en 20 ans. Enquête sur cette évolution qui pèse sur les prix, alors que le médicament le plus cher du monde devrait bientôt arriver en Suisse.

Une injection synonyme d'espoirs. Le Zolgensma, un nouveau traitement de Novartis, pourrait améliorer le quotidien des enfants atteints d'amyotrophie spinale (SMA), une maladie génétique rare. Du moins, ceux qui en bénéficieront.

Claudio Betti espère que son fils de deux ans, Alessandro, pourra suivre cette thérapie génique. Mais il est contraint d'attendre l'autorisation du Zolgensma en Suisse et la décision sur son remboursement, qui devraient intervenir ces prochains mois.

"C'est évident que ce n'est pas quelque chose que n'importe qui peut s'offrir. C'est une somme astronomique, même pour une famille qui vit en Suisse", confie à Mise au Point cet habitant de Genolier (VD), confronté à cette maladie neuro-musculaire comme des dizaines de familles chaque année en Suisse.

“Si on part sur cette politique de prix, le système va exploser”

Autorisé aux Etats-Unis l’an dernier, le Zolgensma coûte 2,1 millions de dollars. Pour une seule injection. Ce prix constitue un précédent inquiétant, d'après Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la Revue médicale suisse: "Il y a une centaine d'autres thérapies géniques qui sont envisageables, qui vont se développer dans les prochaines années et décennies. Si on part sur cette politique de prix, le système de santé va exploser."

Comment est-il possible qu'un médicament pour soigner des nourrissons coûte aussi cher?

Pour le comprendre, il faut retracer l’histoire du Zolgensma. En 2007, une équipe de chercheurs français du Généthon, financée par le Téléthon, trouve le moyen de transmettre aux malades des gènes sains en les véhiculant par un virus. Au moment de transformer leur découverte en médicament, ils se font doubler par Avexis. Cette start-up américaine investit 530 millions de francs, rachète le brevet du Généthon et franchit plusieurs étapes critiques, dont des essais cliniques sur des humains. Puis arrive l’étape cruciale: en 2018, Novartis débourse 8,5 milliards de francs pour avaler Avexis et s'emparer du Zolgensma.

9 milliards à amortir

Avant de finir dans l’escarcelle de Novartis, le traitement est donc passé entre les mains de nombreux chercheurs hors de l’entreprise. Le groupe bâlois n'est intervenu qu'à la toute fin de son développement et, surtout, lors de sa commercialisation.

Chose rare, Novartis révèle les coûts de R&D du médicament. "Avexis et Novartis ont investi plus de 1 milliard de dollars dans le développement de Zolgensma, y compris les coûts nécessaires pour étendre les essais cliniques (...), le développement d’un processus de fabrication innovant, la construction d’un centre de fabrication, (...)”, indique son porte-parole à la RTS.

Pour être rentable, le Zolgensma devra éponger les coûts de recherche, mais, surtout, le montant de l'acquisition d'Avexis. Plus de 9 milliards au total. Il semble improbable que cet élément ne pèse pas sur son prix record.

"Moins cher" que les traitements actuels

Sans évoquer les coûts de recherche ni le rachat, Novartis justifie le prix par l'apport thérapeutique du produit. Autrement dit, le nombre d'années de vie supplémentaire que la thérapie pourrait apporter aux enfants. Son porte-parole ajoute qu'il se situe "à environ 50% de moins que le coût actuel pour 10 années de traitement d'une SMA chronique".

Pourquoi Novartis a-t-elle déboursé 8,5 milliards pour racheter Avexis alors que celle-ci n'avait investi "que" 530 millions? Les ventes escomptées du médicament ont-elles influencé ce montant? Le groupe suisse n'a pas souhaité répondre à ces questions.

La recherche par acquisition

L'historique du Zolgensma est loin d'être exceptionnel. C'est même devenu un schéma classique, selon nos recherches.

Sur les 39 nouveaux principes actifs validés depuis 2018 en Suisse par des grandes pharmas, au moins 27 ont été rachetés à une étape avancée de leur développement. Seuls 30% de ces médicaments ont donc été découverts dans les laboratoires des grands groupes (voir la méthodologie en encadré).

Le plus souvent, ceux-ci entrent en scène lorsque les produits ont passé des essais cliniques sur des humains, appelées phases 1, 2 et 3. C'est après la phase 3 qu'ils peuvent être validés et mis sur le marché.

Du côté de Novartis, aucune de ses six préparations autorisées récemment en Suisse n’est née dans ses laboratoires. Même dans son “pipeline”, les traitements en cours de développement listés par l'entreprise, il y a davantage de produits rachetés (27) que de produits “maisons” (22).

Via son porte-parole, le géant bâlois confirme que “son portfolio contient des produits sous licence mais qu'il est correctement équilibré avec des produits issus de [ses] laboratoires".

Plus de 1'200 milliards de rachats

Bien qu'elle n'inquiète pas les pharmas, la question du lien entre les rachats et le prix des traitements devient cruciale. La facture des médicaments, tout comme l'argent investi dans des acquisitions, progressent de manière fulgurante.

En 20 ans, les 16 groupes que nous avons étudiés ont acquis 315 sociétés. La somme de ces rachats dépasse 1'200 milliards de francs. Ce chiffre ne tient compte que des transactions dont le montant est connu.

Pfizer, qui a réalisé plusieurs fusions, arrive en tête des sommes dépensées, avec 374 milliards de francs. Les suisses Roche et Novartis sont en revanche les deux groupes qui ont avalé le plus d’entités, respectivement 49 et 45 sociétés. Souvent, les transactions sont motivées par un pari sur un principe actif en cours de développement.

>> La galerie des acquisitions par groupe pharmaceutique

Les acquisitions à prix d'or font-elles grimper la facture pour les systèmes de santé? Cela ne fait aucun doute, d'après Bertrand Kiefer, médecin et rédacteur en chef de la Revue Médicale Suisse: "Ces rachats font l’objet de mercato. Les entreprises se font concurrence et ça fait monter les prix. C'est extrêmement malsain. Il faut sortir de ce climat malsain et non-éthique dans le domaine de la santé. Il ne s'agit pas d'Iphone avec une amélioration de l'écran, il s'agit de la vie d'enfants."

Le trésor public

Cette frénésie d'acquisitions s'explique parce qu'elle permet aux pharmas de réduire les risques. Plus celles-ci interviennent à un stade de développement élevé, plus le médicament a des chances de voir le jour. Elles se transforment ainsi en acteurs financiers, laissant la recherche sur les maladies et la découverte de nouveaux traitements aux universités et aux start-up, souvent issues du monde universitaire.

Anne Decollogny, économiste de la santé, constate cette évolution depuis une vingtaine d'années. Elle y voit un avantage: “Comme la recherche se fait essentiellement dans le secteur public, elle est très vaste et ne concerne pas uniquement les maladies fréquentes qui rapportent le plus”.

La chercheuse de l'Unil reconnaît également l'apport des grands groupes dans la réalisation d’essais cliniques et la commercialisation des produits. Mais elle s'interroge sur les conditions de rachat des traitements prometteurs et leur politique de prix. "Le souci, c'est si les groupes pharmaceutiques récoltent les performances du secteur public pour faire de gros bénéfices en demandant des prix devenus de plus en plus inaccessibles pour la population", explique Anne Decollogny.

Commercialiser le savoir universitaire

Dans le cas du Zolgensma, Novartis n'a pas seulement absorbé les recherches accomplies grâce au Téléthon. Le fondateur d'Avexis a mis à profit un solide parcours académique en matière de thérapies géniques pour élaborer le médicament. Durant sa carrière, il a reçu 6,3 millions de dollars de fonds publics pour ses recherches aux Etats-Unis.

De plus, Avexis avait acquis auparavant un brevet d'une autre société, Regenxbio. Celle-ci s’appuie sur les travaux d'un pionnier des thérapies géniques, James Wilson, qui a obtenu près de 120 millions de dollars de fonds publics aux Etats-Unis.

Cette commercialisation d’un savoir public n’est pas exceptionnelle. Des chercheurs américains ont passé au crible 210 nouveaux produits pharmaceutiques validés aux Etats-Unis entre 2010 et 2016. Ils ont retrouvé 150'000 études qui s'intéressaient aux mécanismes thérapeutiques ciblés, financées à hauteur de 103 milliards de dollars par l'Etat américain.

Bien sûr, les grandes pharmas participent aussi à cette effort de recherche, en soutenant des chairs universitaires à travers le monde. Néanmoins, faut-il s'étonner que les investissements publics ne permettent pas aux patients d'accéder à des traitements à un prix abordable?

Lors de la vente de son brevet à Avexis, le Généthon a ajouté une clause pour que le "prix (du Zolgensma) ne fasse pas obstacle à l'accès au médicament pour les patients" français. Cette première, bien que limitée à la France, pourrait inspirer d'autres instituts publics. Reste à savoir comment elle sera utilisée par l'Etat français lors des négociations avec Novartis.

Tybalt Félix et Valentin Tombez

Reportage Mise au Point: François Ruchti

Publié Modifié

Quelques rachats emblématiques

Abbvie – Pharmacyclics: 20,2 milliards de francs
En 2015, Abbvie rachète Pharmacyclics. Le groupe acquiert ainsi l’Imbruvica, un futur blockbuster contre la leucémie lymphoïde chronique (4 milliards de francs de revenus en 2018). Abbvie espère aussi faire de la place à l'un de ces projets, le Venetoclax, qui traite la même maladie. La protéine ciblée par le Venetoclax a été découverte dans un institut australien. Depuis, les recherches publiques concernant cette protéine se sont élevées, aux Etats-Unis, à 10,7 milliards de dollars.

Shire – Dyax: 5,7 milliards de francs
Toujours en 2015, Shire rachète Dyax. Shire, qui a été elle-même avalée en 2018 par Takeda, fait coup double. Le géant s'offre un produit contre l'angio-œdème héréditaire qui pourrait rapporter gros et qui menace son propre médicament, le Cinryze, acquis par un rachat l'année précédente.

Novartis - Advanced Accelerator Applications: 3,9 milliards de francs
En 2019, le ministre néerlandais de la santé Bruno Bruins ne cache pas son irritation vis-à-vis de Novartis. En rachetant Advanced Accelerator Applications, le géant bâlois a fait main basse sur l'ensemble de la chaîne de production nécessaire au développement de thérapies nucléaires contre le cancer. Le prix des traitements, administrés depuis plusieurs décennies dans des hôpitaux publics des Pays-Bas, s'envolent.

Gilead - Kite Pharma: 11,7 milliards de francs
Gilead s'offre en 2017 Kite Pharma pour son Yescarta, une thérapie génique contre un type de lymphome. Tout comme Avexis pour le Zolgensma, Kite Pharma a su tirer profit de recherches publiques en matière de thérapies géniques. Le National Cancer Institute a financé les premières études cliniques pour le Yescarta, avant que l'entreprise ne reprenne le flambeau.

Novartis reconsidère son tirage au sort

Novartis avait annoncé en 2019 qu'une centaine d'enfants pourraient recevoir le Zolgensma gratuitement suite à des tirages au sort. Un premier lot avait été attribué début février. Depuis, la polémique n'a cessé d'enfler, à tel point que Novartis a décidé de reconsidérer ce procédé, comme le relate la SonntagsZeitung le dimanche 9 février.

Des doses seront bel et bien distribuées gratuitement, mais Novartis pourrait redéfinir les critères de sélection.

Méthodologie

Origine des médicaments autorisés en Suisse

Il n’existe pas de base de données exhaustive sur l’origine des médicaments. Pour mesurer la part de traitements issus de rachats, nous avons sélectionné les nouveaux principes actifs autorisés par Swissmedic en 2018 et 2019. Sur ces 58 traitements, nous avons retenu les 39 préparations commercialisées par des grandes pharmas. Nous avons ensuite analysé produit par produit, via la littérature scientifique, la presse spécialisée et les documents de l’autorité américaine de validation des médicaments (fda.gov et clinicaltrials.gov), pour déterminer qui était à l’origine du médicament et s’il avait fait l’objet d’un rachat (société, licence, brevet).



Acquisition de sociétés par les pharmas

Nous avons limité notre recherche aux 16 grands groupes pharmaceutiques qui ont lancé en Suisse de nouveaux médicaments depuis janvier 2018. Pour obtenir la liste et le montant des rachats depuis 2000, nous nous sommes basés sur les données de Crunchbase (une plateforme d’informations économiques). Pour Novartis et Roche, nous avons complété ces données avec les informations présentées dans leurs rapports annuels, qui annoncent les “acquisitions significatives”. Les transactions de moindre ampleur ne sont pas nécessairement référencées. Par ailleurs, nous n’avons pas tenu compte des investissements inférieurs à 50% du capital-action ni des désinvestissements.

Le montant des transactions, généralement annoncé en dollars, a été converti en utilisant le taux de change moyen de l'année de la transaction. Certaines acquisitions comprennent des paiements additionnels, conditionnés à des résultats, qui n’ont pas pu être systématiquement comptabilisés.

Les schémas des sociétés et des entités qu'elles ont intégrées montrent non seulement les rachats, mais aussi les sociétés précédemment absorbées par celles-ci. Les montants de ces transactions ne sont pas pris en compte dans les sommes des investissements par groupe.