Modifié

Des capteurs placés sur les employés pour prévenir le burn-out

Comment travaillerons-nous en 2030? (1-5) (vidéo) - Sylvain Métille s’exprime sur la surveillance des employés [RTS]
Comment travaillerons-nous en 2030? (1/5) (vidéo) - Sylvain Métille s’exprime sur la surveillance des employés / La Matinale / 7 min. / le 3 février 2020
Une nouvelle barrière est en train de tomber. Des entreprises ont désormais accès aux données de santé en temps réel. Comment réagir face à cette nouvelle transparence?

Désormais, les entreprises peuvent tout savoir, ou presque, de leurs collaborateurs. Chaque clic que vous faites. Chaque badge que vous présentez. Le wifi que vous utilisez. Tous ces gestes du quotidien laissent désormais des traces numériques. Nous sommes passé d'une surveillance de masse (vidéosurveillance) à une masse de surveillance (objets connectés).

Des données qui peuvent être analysée par l’employeur. "On doit éviter de surveiller l'employé lui-même. L'employeur peut contrôler l'accès à un bâtiment, mais il devrait limiter l'analyse du comportement d'un seul individu. Certains buts sont légitimes, comme pour de la facturation, de la sécurité ou de l'organisation du travail", tempère l'avocat spécialiste des données Sylvain Métille. La collecte doit se faire de manière transparente et il doit y avoir un intérêt légitime à l'utilisation de ces données.

Mais des entreprises sont allées encore plus loin aux Etats-Unis. En mettant des capteurs physiologiques directement sur certains de leurs employés. Il s'agit de petits boîtiers qui s'attachent au bras et prennent notamment le rythme cardiaque. Ces données permettent de connaître en temps réel l'état de stress d'un travailleur.

Le capteur utilisé pour l'expérience menée dans une administration suisse [PW]Le capteur utilisé pour l'expérience menée dans une administration suisse [PW]

La société zurichoise biovotion a développé ces capteurs, d'une précision clinique, en forme de grosse montre. Sur son site, elle parle de gestion des actifs humains et annonce être présente dans des industries à risque, comme l’armée, la santé, l’aviation, le transport ou les mines.

"Au début, ces capteurs étaient utilisés pour surveiller à distance des patients après un accident, par exemple", explique Tobias Mettler, professeur à l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) à Lausanne. "Aux Etats-Unis, l'employeur paie l'assurance maladie. Il a un intérêt financier à contrôler le bien-être et la santé des employés. Mais les capteurs sont surtout utilisés sur les personnes clés d'une entreprise, ceux qui gèrent des budgets conséquents. Un burn-out peut mettre en danger certains investissements."

Testé en Suisse

Tobias Mettler a étudié cette technologie, connue sous le nom de "physiolytics". Il a posé des capteurs sur une vingtaine de fonctionnaires d'une ville suisse de 10'000 habitants, dont le nom reste secret. "Des personnes ont peur de cette nouvelle transparence, du contrôle de l'employeur. A l'inverse, certaines personnes étaient enthousiasmées. Elles pouvaient prouver leur surcharge de travail et leur stress."

La technologie doit permettre aux managers de repérer les services où le stress est élevé. A eux d'agir ensuite en recrutant du personnel ou en changeant l'organisation. Dans le cas d'étude, les données étaient agrégées et anonymisées.

Exemple de données récoltées avec un biocapteur. A gauche, une journée normale de travail. A droite, une personne au bord du burn-out.Exemple de données récoltées avec un biocapteur. A gauche, une journée normale de travail. A droite, une personne au bord du burn-out.

“On peut avoir peur", estime l'avocat Sylvain Métille. "On voit assez vite la surveillance permanente, la manipulation, le contrôle qui se cache. Rien qu’une impression de surveillance peut avoir un effet sur le travailleur. D’un autre côté, si on peut avoir confiance en mettant par exemple un médecin tiers qui reçoit les données et qui lui seul peut avertir la personne concernée, sans en parler à l’employeur. A ce moment-là, on pourrait imaginer d’entrer dans l’idée.”

La psychologue Catherine Vasey s'est spécialisée dans le burn-out. Elle reste prudente avec cette technologie invasive. "La santé doit rester personnelle, individuelle. Il y a un risque d’une sélection par le stress. Mais c’est important que l’entreprise réalise qu’il y a des dégâts dus au stress. Ce n’est pas simplement dans la tête, il y a une dimension physique".

>>Catherine Vasey était l'invitée d'Yves Zahno dans le 12h30

Catherine Vasey publie "La boîte à outils de votre santé au travail". [noburnout.ch]noburnout.ch
L'invitée du 12h30 - Catherine Vasey publie "La boîte à outils de votre santé au travail" / Le 12h30 / 8 min. / le 4 février 2020

Aux Etats-Unis, les entreprises ont un moyen de pression supplémentaire pour faire accepter ces capteurs, selon Tobias Mettler. Ce sont elles qui paient l'assurance maladie. Vous refusez le capteur? Il se peut qu'à terme vous ne soyez pas couvert par l'assurance de la société ou que vous deviez payer une surtaxe.

Aujourd'hui, on estime qu'il y aurait déjà plus de 27 millions de capteurs d'activité portés par des employés dans les bureaux. Principalement des Apple Watch et des fitbits. Pour l'instant, ces données ne sont pas accessibles aux entreprises.

>> Va-t-on vers une transparence totale vis-à-vis de son employeur? C'est ce que propose l'entreprise Humanyze. Regardez la vidéo diffusée par The Economist

Retrouvez notre série "Comment travaillerons-nous en 2030?" toute la semaine dans les rendez-vous d'actualité à la radio. Et dès vendredi sur notre site internet.

Pascal Wassmer

Publié Modifié