Modifié le 19 novembre 2018 à 21:55

Les métiers de la technique et du fiduciaire manquent de main-d'oeuvre

Interview Béatrice Galizzi responsable Adecco pour la Suisse romande
Interview Béatrice Gallizzi responsable Adecco pour la Suisse romande TTC / 5 min. / le 19 novembre 2018
La région lémanique connaît en 2018 une réelle pénurie de main-d’œuvre dans les métiers de la technique et du fiduciaire, selon la première étude annuelle publiée par Adecco et révélée lundi par TTC.

Les métiers de l’ingénierie, de l’informatique et de la technique (génie civil, génie mécanique, programmation et analyse par exemple) manquent cruellement de personnel, indique l'indice de pénurie de main-d’œuvre du groupe Adecco Suisse et du Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich. Les spécialistes se font également rares dans le secteur fiduciaire (fiducie et révision) ainsi que dans le secteur médical et pharmaceutique.

Béatrice Gallizzi responsable d'Adecco pour la Suisse romande, interrogée lundi dans TTC, relève que d'ici 2030, un demi-million de personnes vont manquer pour couvrir les postes et les profils recherchés.

En revanche, les métiers administratifs et commerciaux ainsi que le secteur du nettoyage, de l’hygiène et des soins corporels enregistrent un excédent en main-d'oeuvre.

Faible nombre de femmes

La pénurie de personnel dans les professions MINT (mathématique, informatique, sciences naturelles et technique) pourrait s’expliquer par le nombre encore faible de femmes travaillant dans ces domaines.

Pour remédier à cette pénurie, les formations continues ne peuvent être que bénéfiques, relève encore l'étude.

En revanche, les professions enregistrant un excédent de main-d'oeuvre, comme les métiers de la vente, laissent supposer que les activités exigeant relativement peu de qualifications ont été victimes de la numérisation.

Les secteurs nettoyage, hygiène et soins corporels, du bâtiment ainsi que de la restauration et de l’intendance observent un excédent particulièrement élevé de main-d'oeuvre. La concurrence est rude parmi les demandeurs d’emploi de ces secteurs. Les entreprises disposent en revanche d’un grand choix dans le recrutement de leur personnel. Le taux de chômage étant élevé dans ces métiers, une obligation d’annoncer les postes vacants s’applique depuis le 1er juillet 2018.

lan

Publié le 19 novembre 2018 à 20:51 - Modifié le 19 novembre 2018 à 21:55

Les métiers qui manquent de main-d'oeuvre

1. Technicien
2. Fiduciaire
3. Médecin et pharmacien
4. Ingénieur
5. Informaticien

(Source: Adecco)

Les métiers qui ont trop de main-d'oeuvre

28. Machinistes
29. Professions artistiques
30. Professions de la construction
31. Professions de l'industrie textile, l'impression et du stockage
32. Professions du nettoyage, de l'hygiène et des soins corporels

(Source: Adecco)