Banniere [Keystone]
Publié Modifié

Les magasins et les musées devraient rouvrir leurs portes le 1er mars. Mais pas les restaurants

- Les magasins, les musées ou encore les zoos devraient rouvrir leurs portes le 1er mars. Mais pas encore les restaurants. Le Conseil fédéral a présenté mercredi des premiers assouplissements prudents. Les cantons doivent encore les accepter. Le gouvernement prendra une décision définitive le 24 février.

- En parallèle, le Conseil fédéral a annoncé vouloir relever à 10 milliards de francs les moyens destinés aux programmes d'aide pour les cas de rigueur. Il souhaite accroître l'aide aux entreprises. Pour les personnes au chômage, il veut aussi augmenter leur nombre d'indemnités journalières entre le début mars et la fin mai.

- La Suisse compte mercredi 1253 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Vingt-deux décès supplémentaires sont à déplorer et 66 malades ont été hospitalisés.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h40

Mesures dans les EMS allégées à Fribourg

Le canton de Fribourg a annoncé mercredi un allégement des mesures pour les homes. Dès le 1er mars, les résidents vaccinés pourront à nouveau sortir de l'établissement. Les visites des proches seront autorisées et le port du masque ne sera plus obligatoire pour les pensionnaires.

>> Les explications dans le 19h30:

Fribourg allégera les mesures sanitaires dans les EMS dès le 1er mars. [RTS]
Fribourg allégera les mesures sanitaires dans les EMS dès le 1er mars. / 19h30 / 2 min. / le 17 février 2021

21h30

La détresse des étudiants

Les étudiants sont nombreux à souffrir des cours à distance, à suivre isolés chez eux. L'association des étudiants en psychologie de l'Université de Genève a réalisé un sondage qui révèle des situations de détresse.

>> Témoignages dans le 19h30:

Les étudiants en psychologie lancent l'alerte sur leur santé mentale. [RTS]
Les étudiants en psychologie lancent l'alerte sur leur santé mentale. / 19h30 / 2 min. / le 17 février 2021

Les études montrent que les jeunes souffrent particulièrement de cette situation. Pourquoi?

"La santé psychique dépend beaucoup des relations, des interactions. C'est très important pendant la jeunesse. Devenir indépendant, faire des expériences est impossible en ce moment. Les jeunes sont entre deux vies en ce moment", a expliqué Stephan Wenger, coprésident de la Fédération suisses des psychologues, dans le 19h30:

>> Son interview complète dans le 19h30:

Explications de Stephan Wenger, Co-président de la Fédération Suisse des Psychologues. [RTS]
Explications de Stephan Wenger, Co-président de la Fédération Suisse des Psychologues. / 19h30 / 2 min. / le 17 février 2021

21h00

Les aides aux cas de rigueur vont augmenter

Les restaurants resteront encore fermés. Cette annonce a déçu le secteur de la gastronomie. Mais pour le soulager, le Conseil fédéral a élargi l'aide aux cas de rigueur et porté le montant à 10 milliards de francs.

>> Les explications dans le 19h30:

Les aides aux cas de rigueur vont passer de 5 à 10 milliards de francs. [RTS]
Les aides aux cas de rigueur vont passer de 5 à 10 milliards de francs. / 19h30 / 1 min. / le 17 février 2021

20h45

Soulagement des commerçants

Les gérants de magasins, considérés comme non essentiels, ont retrouvé le sourire mercredi après les annonces du Conseil fédéral.

>> Reportage dans le Jura dans le 19h30:

Soulagement pour les magasins non essentiels qui rouvriront dès le 1er mars. [RTS]
Soulagement pour les magasins non essentiels qui rouvriront dès le 1er mars. / 19h30 / 1 min. / le 17 février 2021

20h20

Réouverture prudente en mars

Les magasins, les musées ou encore les zoos devraient rouvrir leurs portes le 1er mars, mais pas encore les restaurants, a décidé mercredi le Conseil fédéral.

>> Tous les détails dans le 19h30:

Le Conseil fédéral a annoncé des premiers assouplissements. [RTS]
Le Conseil fédéral a annoncé des premiers assouplissements. / 19h30 / 2 min. / le 17 février 2021

Par ailleurs, les deux conseillers fédéraux UDC ont pris mercredi la défense du ministre de la santé Alain Berset, sous le feu de la critique ces dernières semaines face à la gestion de la crise du coronavirus. Les décisions prises par le Conseil fédéral sont celles d'un collège, ont-ils insisté.

>> L'analyse d'Esther Mamarbachi:

L’analyse d'Esther Mamarbachi. [RTS]
L’analyse d'Esther Mamarbachi. / 19h30 / 1 min. / le 17 février 2021

19h40

Gastrosuisse déçue

GastroSuisse a exprimé sa déception après les annonces du Conseil fédéral: pour la faîtière, il n'y a aucune raison pour que les restaurants restent fermés.

Le fait qu'il n'y aura pas d'assouplissement dans l'hôtellerie-restauration début mars est "une catastrophe", déclare GastroSuisse mercredi dans un communiqué.

De son côté, la Fédération suisse du tourisme (FST) considère que les perspectives pour la fin de la saison d'hiver restent "sombres".

19h00

Les partis face à la stratégie du Conseil fédéral

Les mesures annoncées par le Conseil fédéral sont-elles un compromis helvétique?

Le débat dans Forum entre les représentants des 4 grands partis: Jacqueline de Quattro, conseillère nationale (PLR/VD), Marco Chiesa, président de l'UDC, Cédric Wermuth, co-président du PS, et Gerhard Pfister, président du Centre.

>> Le débat dans Forum:

Le grand débat - Stratégie Covid: la parole aux partis [RTS]
Le grand débat - Stratégie Covid: la parole aux partis / Forum (vidéo) / 19 min. / le 17 février 2021

18h15

Alain Berset: "un risque calculé"

"On a tous et toutes envies de sortir de cette situation. Les infections diminuent mais il y a toujours le problème du variant qui continue à croître, on doit être très prudent mais on peut, c'est un risque calculé, rouvrir par étape", a déclaré Alain Berset dans Forum.

Concernant la réouverture des restaurants, le ministre de la Santé a tenu à préciser qu'"on ne peut pas continuer la règle de 5 personnes maximum dans le cadre privé et rouvrir en même temps les restaurants".

Alain Berset a encore rappelé que "les terrasses ouvertes sur les pistes de ski sont interdites. On est le seul pays loin à la ronde où les stations de ski sont ouvertes et dans lequel les hôtels sont ouverts, il ne faut pas exagérer".

>> Son interview complète dans Forum:

Le conseiller fédéral Alain Berset explique les décisions du gouvernement [RTS]
Le conseiller fédéral Alain Berset explique les décisions du gouvernement / Forum (vidéo) / 9 min. / le 17 février 2021

"C'est très difficile pour toute la population, en particulier pour les jeunes qui souffrent de manière très injuste de cette situation. Le Conseil fédéral en est conscient et en a tenu compte pour ses décisions d'aujourd'hui", a également déclaré Alain Berset.

"Mais on doit tous et toutes continuer de respecter les mesures sanitaires parce que cela va vraiment nous aider à traverser cette situation", a conclu le conseiller fédéral.

>> Son interview complète dans le 19h30:

Entretien avec le conseiller fédéral Alain Berset. [RTS]
Entretien avec le conseiller fédéral Alain Berset. / 19h30 / 2 min. / le 17 février 2021

18h00

Résumé de toutes les nouvelles mesures du Conseil fédéral

Les magasins, les musées ou encore les zoos devraient rouvrir leurs portes le 1er mars. Mais pas encore les restaurants. Le Conseil fédéral a présenté mercredi de premiers assouplissements, que les cantons doivent encore accepter. Les aides pour les cas de rigueur devraient augmenter de 5 milliards de francs.

Les infections, les hospitalisations et les décès ont baissé au cours des dernières semaines, explique le gouvernement dans un communiqué. La situation épidémiologique reste toutefois fragile et incertaine, en raison des nouveaux variants du coronavirus beaucoup plus contagieux.

Les cantons doivent encore se prononcer sur le paquet d'assouplissements. Le Conseil fédéral prendra une décision définitive le 24 février.

>> Lire: Réouverture des magasins et des musées, aides accrues - les nouvelles mesures du Conseil fédéral

>> Tous les détails dans Forum:

Magasins et musées pourront rouvrir au 1er mars, mais les restaurants restent fermés [RTS]
Magasins et musées pourront rouvrir au 1er mars, mais les restaurants restent fermés / Forum (vidéo) / 2 min. / le 17 février 2021

>> Le Conseil fédéral demande une rallonge de budget:

Le Conseil fédéral demande une rallonge de budget de 14 milliards pour augmenter les aides face au coronavirus [RTS]
Le Conseil fédéral demande une rallonge de budget de 14 milliards pour augmenter les aides face au coronavirus / Forum (vidéo) / 1 min. / le 17 février 2021

17h40

L'UDC fustige la poursuite d'une politique "néfaste"

Pour l'UDC, il est inacceptable que la politique "arbitraire et néfaste" suivie par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie soit poursuivie.

"Quelque 300'000 personnes se joignent à nous pour exiger que tous ceux qui ont des concepts de protection puissent ouvrir le 1er mars", a ajouté le parti mercredi sur Twitter.

L'UDC invite les cantons à "rejeter cette stratégie Berset dépourvue de courage".

17h35

"Un début de perspectives, mais vagues", selon le PLR

Les annonces du Conseil fédéral offrent certes un début de perspectives pour la population et les entreprises, mais elles restent vagues, déplore le PLR. Elles ne permettent aucune planification à long terme et pénalisent toujours les branches de la gastronomie, des milieux culturels et du sport.

Les annonces du Conseil fédéral mercredi "correspondent en partie à nos revendications, mais offrent surtout des perspectives à court terme à la population et aux entreprises", regrette le PLR. Le domaine de la gastronomie, les milieux culturels et le monde du sport continuent en outre d'être pénalisés.

Pour le parti, il est "incompréhensible" que ces branches ne puissent pas bénéficier d'assouplissements, accompagnés de règles de protection strictes, à l'image d'autres secteurs qui bénéficieront d'une ouverture le 1er mars. Il est également regrettable que le Conseil fédéral n'ait pas jugé bon d'ouvrir la consultation sur ces mesures il y a deux semaines.

Malgré tout, le déblocage de moyens financiers pour les entreprises en difficulté et les chômeurs est à saluer pour le parti. Il est maintenant important que les aides arrivent rapidement.

17h30

Pas de revenu subsidiaire pour les travailleurs de la culture

Le Conseil fédéral écarte la demande du canton de Zurich de garantir aux travailleurs de la culture une rémunération à travers un revenu subsidiaire pour une durée provisoire. Les mesures d'aide existantes face à la crise du coronavirus sont suffisantes, a répondu mercredi le ministre des finances Ueli Maurer lors de la conférence de presse du gouvernement.

L'idée lancée par le gouvernement zurichois avait déjà été rejetée par l'Office fédéral de la culture. Selon le conseiller fédéral Alain Berset, les autorités tiennent compte de la situation difficile dans le domaine de la culture. En introduisant un revenu subsidiaire garanti, la Confédération s'écarterait toutefois de la ligne suivie en matière d'aides.

17h25

"Une première base de discussion" pour Le Centre

Pour le Centre (ex-PDC), les annonces du Conseil fédéral constituent "une première base de discussion". Il appartient maintenant aux cantons d'évaluer les étapes prévues pour la réouverture et de présenter une position unie. Le Centre se félicite en outre que le gouvernement prépare enfin une nouvelle mouture des crédits Covid.

Les mesures prises par le Conseil fédéral sont de plus en plus contestées, souligne le parti dans un communiqué diffusé mercredi.

Le nombre de cas est en baisse, mais la task force parle toujours d'évolutions inquiétantes et demande des mesures plus ambitieuses. Il est donc important que le Conseil fédéral redonne confiance à la population, notamment en lui offrant de véritables perspectives.

Le Centre appelle les gouvernements cantonaux à défendre des positions communes claires, en prenant en considération à la fois les exigences sanitaires, sociales et économiques.

Le parti souhaite aussi que le gouvernement intègre les observations des cantons dans sa stratégie de déconfinement. Et en particulier, qu'il précise davantage les assouplissements possibles à partir du début avril.

17h20

Travail.Suisse salue "le chemin prudent" choisi par le gouvernement

Travail.Suisse considère que les assouplissements proposés par le Conseil fédéral mercredi vont "dans la bonne direction" puisqu'ils permettent des réouvertures où le risque d'infection est faible. La faîtière des travailleurs et travailleuses rappelle néanmoins l'importance du soutien aux travailleurs et à l'économie touchés par les fermetures pour préserver les emplois.

Le nombre de cas n'est pas encore suffisamment bas pour éviter qu'une réouverture plus vaste n'entraîne une augmentation massive des nouvelles infections, constate Travail.Suisse dans un communiqué. L'organisation veut éviter un "effet yo-yo".

Pour la faîtière, il était important pour la population et l'économie que le Conseil fédéral explique sa stratégie de sortie de crise avec clarté. Les concepts de protection, les tests et les vaccins restent centraux dans la lutte contre le coronavirus, souligne Travail.Suisse.

Et de saluer en outre les nouvelles aides à l'économie annoncées par le Conseil fédéral, notamment les aménagements en matière de RHT et le relèvement des crédits destinés à l’indemnisation des cas de rigueur, qui pourrait passer de 5 à 10 milliards de francs.

17h10

Soutien à la relance des films demandé

Côté cinéma, Claude Ruey, président de ProCinéma, s'attendait aux décisions annoncées mercredi par le gouvernement, c'est-à-dire une éventuelle ouverture échelonnée à partir du 1er avril pour les salles du 7e art. Les milieux des cinémas ne veulent en revanche "pas de limite de 50 personnes" sans tenir compte de la capacité des salles.

"Nous souhaitons une jauge à 50% de la capacité de la salle: 50 personnes pour le Houdini à Zurich ou 50 pour le Capitole à Lausanne, ce n'est pas la même chose", a-t-il poursuivi. Le premier compte six salles de 32 à 54 places; le second, qui doit faire l'objet de travaux de rénovation, plus de 800 places.

Au moment de la réouverture des salles, ProCinéma demande encore à l'Office fédéral de la culture une aide à la relance pour les films suisses, avec un plan qui s'appelle "Restart". "Nous en avons discuté hier avec Berne".

"Perspectives positives"

Pour sa part, Stéphane Morey, secrétaire général de l'association romande des producteurs audiovisuels (Aropa), rappelle que les tournages de films n'ont pas dû cesser, à la condition d'appliquer des mesures sanitaires strictes. "On a eu deux-trois problèmes aux frontières, mais cela reste tout à fait gérable".

Egalement membre de la Taskforce Culture romande, il juge positif que Berne donne des perspectives de réouverture pour les salles de cinéma et les théâtres. Pour les cinémas, il faut le temps de programmer - "et cela ne se fait pas en 10 jours". Le festival du film documentaire Visions du Réel pourrait ainsi peut-être avoir lieu.

17h00

Les directeurs-trices cantonaux de la santé soutiennent les mesures prises

La Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) se range du côté du Conseil fédéral. Elle préconise une approche progressive et des ouvertures par étapes. Un assouplissement des mesures prudent doit permettre d'éviter un "effet yo-yo".

La CDS a examiné ces derniers jours les possibilités d'assouplissement et établi des critères de référence. Elle estime qu'un assouplissement est possible si les chiffres des contaminations se stabilisent au niveau actuel. Le nombre de cas a récemment évolué dans le bon sens, a-t-elle indiqué mercredi à Keystone-ATS.

La vaccination progressive de la population et l'extension de la stratégie de tests lui donnent en outre des lueurs d'espoir. Mais la situation est encore très instable dans toute la Suisse, avertit la CDS. Les nouveaux variants du coronavirus, plus contagieux, créent de l'incertitude et pourraient compromettre les effets de la vaccination.

C'est pourquoi la CDS conseille d'ouvrir d'abord les endroits où il n'y a pas de contact étroit et prolongé, comme les magasins, les musées ou les zoos. Elle cite aussi les activités sportives sans contact étroit.

La réouverture après la première vague a probablement été trop rapide et trop indifférenciée, jugent rétrospectivement les directrices et directeurs cantonaux de la santé. Lors de la deuxième vague, il a certes été possible d'éviter une surcharge des unités de soins intensifs, mais des interventions non urgentes ont dû être reportées.

16h50

Les Vert'libéraux plaident pour un assouplissement progressif

Pour les Vert'libéraux, un assouplissement progressif étroitement coordonné avec la science est la bonne voie à suivre.

Sur Twitter, leur président Jürg Grossen estime qu'un assouplissement trop rapide, une troisième vague et un nouveau confinement seraient le pire scénario en termes de santé et d'économie.

16h40

Ouverture "le plus sûre possible" pour Les Verts

"Nous ne devons pas ouvrir le plus vite possible, mais le plus sûrement possible", ont estimé les Verts, réagissant aux annonces du Conseil fédéral. Des capacités de traçage suffisantes sont à leurs yeux indispensables pour ce faire.

"Je critique vivement la Confédération et les cantons: nous connaissons le nom de chaque vache en Suisse, mais près d'un an après l'apparition de la pandémie, nous ne savons toujours pas où les gens ont contracté la maladie", s'indigne le président des Verts, Balthasar Glättli, cité dans un communiqué diffusé mercredi.

La formation salue en revanche la décision d'augmenter les fonds de soutien aux personnes en difficulté. Pour que cette aide parvienne à temps aux entreprises, les obstacles bureaucratiques doivent toutefois encore être rapidement démantelés.

16h30

Le Centre patronal déçu par l'allègement "très timide" proposé

"Il est impératif que soient levées dès début mars les interdictions ou les limitations des activités économiques, sociales, culturelles et sportives", souligne le Centre patronal dans un communiqué. L'allègement "très timide" proposé par le Conseil fédéral "ne correspond pas aux attentes que l'évolution de la situation sanitaire autorise".

Des plans de protection existent pour les activités citées, écrit le Centre patronal. La stratégie du gouvernement basée "sur l'absence totale de risque n'est plus adéquate", écrit l'organisation, qui s'inquiète de la fragilisation du tissu économique malgré les indemnisations.

Concernant ces aides, le Centre patronal se réjouit de l'augmentation de l'enveloppe financière pour l'indemnisation des cas de rigueur, qualifiant la mesure d'"adéquate". "Cette annonce de mise à disposition de crédits supplémentaires implique cependant un surcroît d’efforts dans les cantons pour que les aides soient, sans délai, concrètement versées aux entreprises", selon le communiqué.

Toutefois, le Centre patronal souligne que "les moyens financiers mis à disposition, même augmentés, se révèleront insuffisants". C'est pourquoi il demande au Conseil fédéral "de quitter la logique des interdictions indemnisées pour retrouver une société tournée vers l’avenir, porteuse de créativité et d’espoir".

16h15

Le Parti socialiste salue "une voie raisonnable"

Le Parti socialiste (PS) salue les mesures d'assouplissement envisagées par le Conseil fédéral. L'ouverture complète exigée par la droite serait irresponsable et réduirait à néant les progrès réalisés durant les dernières semaines, estime-t-il.

"Le Conseil fédéral est sur une voie raisonnable, déclare le co-président du PS Suisse, Cédric Wermuth, dans un communiqué diffusé mercredi. Nous avons besoin d'une stratégie de sortie prudente, à long terme et scientifiquement fondée qui donne aux gens de vraies perspectives et évite tout effet yo-yo."

Il s'agit aussi d'éviter les erreurs commises avant la deuxième vague. "Si des ouvertures ont lieu, alors les concepts de protection doivent en même temps être mis en oeuvre et contrôlés plus intensivement", estime l'Argovien.

Il reste toutefois insatisfaisant que l'aide ne parvienne toujours pas de manière efficace aux personnes touchées. "La Confédération doit augmenter les indemnités de chômage partiel pour les bas revenus et couvrir la totalité des coûts salariaux du deuxième pilier et des vacances", précise Cédric Wermuth. Concernant les défaillances de paiements dans les cantons, le ministre des finances Ueli Maurer doit "enfin tenir ses promesses".

16h10

"Excellente nouvelle pour la culture", se réjouit Bernard Fibicher

"C'est une excellente nouvelle pour la culture", a dit Bernard Fibicher, directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts à Lausanne mercredi après l'annonce du Conseil fédéral. En revanche, "c'est extrêmement dommage pour les théâtres, les cinémas, nos collègues qui doivent encore garder leurs établissements fermés."

Bernard Fibicher.  [Laurent Gilliéron - Keystone]Bernard Fibicher. [Laurent Gilliéron - Keystone]Et d’ajouter interrogé par Keystone-ATS: "Mais cela fait déjà une ouverture pour le monde de la culture. Et pour les gens qui s'y intéressent, il y aura au moins quelque chose à faire." Bernard Fibicher est maintenant suspendu à la confirmation de la décision du Conseil fédéral la semaine prochaine après consultation des cantons.

>> Relire: La culture défend son futur (et le nôtre) dans les rues romandes

Les rencontres physiques avec les œuvres en présentiel représentent un besoin, a-t-il poursuivi. Le MCBA est prêt avec deux expositions qui auraient déjà dû démarrer la semaine dernière.

Il y a de plus "une lueur d'espoir" avec le fait que les manifestations culturelles avec un public soient à nouveau rendues possibles lors d'une deuxième étape d'ouverture avant Pâques, même dans un cadre étroitement limité.

16h00

Les deux conseillers fédéraux UDC défendent Alain Berset

Les deux conseillers fédéraux UDC ont pris mercredi la défense du ministre de la santé Alain Berset, sous le feu de la critique ces dernières semaines face à la gestion de la crise du coronavirus. Les décisions prises par le Conseil fédéral sont celles d'un collège, ont-ils insisté.

"Nous sommes un collège, ce n’est pas Alain Berset qui décide, c’est le Conseil fédéral qui décide, tout comme ce n'est pas Ueli Maureur qui ouvre son porte-monnaie, c'est le Conseil fédéral qui décide", a rappelé le grand argentier Ueli Maurer. "Nous n'avons rien du tout contre Alain Berset, tout fonctionne très bien", a-t-il ajouté, soulignant que "ça n'apporte rien de créer des tensions".

"Les membres du Conseil fédéral ont été à tour de rôle sous les feux de la critique depuis le début de la crise", a déclaré de son côté Guy Parmelin. Mais les décisions que nous prenons, ce sont celles du collège du Conseil fédéral."

15h40

Pas de modification des taux d'intérêts des crédits Covid-19

Le Conseil fédéral a décidé de ne pas modifier les taux d'intérêt des crédits Covid-19 à la fin du mois de mars pour les douze mois à venir, car la situation du marché n'a pas évolué.

Il approuve aussi la décision des banques de reporter le premier amortissement au premier trimestre 2022, compte tenu de la crise.

Les travaux préparatoires concernant un nouveau programme de cautionnements solidaires se poursuivent afin qu'un tel programme puisse être lancé rapidement en cas de besoin.

15h35

Prise en charge du coût des RHT, aussi en 2021

Le Conseil fédéral a proposé mercredi que le Confédération prenne en charge aussi en 2021 les coûts liés aux indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail (RHT). Cette mesure entraînera des charges supplémentaires pouvant atteindre 6 milliards pour les finances fédérales. Elle nécessite une modification de la loi sur l'assurance-chômage.

Le nombre d'indemnités journalières pour les assurés éligibles sera augmenté de 66 jours d'indemnisation supplémentaires pour les mois de mars, d'avril et de mai 2021. L'ordonnance révisée sera soumise au Conseil fédéral le 5 mars, après consultation des commissions parlementaires compétentes et des cantons.

15h30

Augmentation de l'aide aux entreprises et aux chômeurs

Le Conseil fédéral a annoncé mercredi vouloir relever à 10 milliards de francs les moyens destinés aux programmes d'aide pour les cas de rigueur. Sur cette somme, 6 milliards sont destinés aux petites et moyennes entreprises dont le chiffre d'affaires atteint 5 millions au plus. La Confédération prend en charge 70% de ces 6 milliards, les cantons se chargeront du reste.

Une aide de 3 milliards est prévue pour les grandes entreprises, qui opèrent souvent dans toute la Suisse, dont le chiffre d'affaires dépasse 5 millions. La réserve actuelle du Conseil fédéral qui sert à aider les cantons particulièrement touchés est augmentée de 250 millions pour atteindre un total de 1 milliard. Le Conseil fédéral décidera plus tard comment répartir cette réserve.

Le 27 janvier, le Conseil fédéral avait déjà doublé l'enveloppe de 2,5 à 5 milliards de francs pour soulager les restaurateurs et commerçants en difficulté.

Par ailleurs, la Confédération et les cantons ont examiné la forme de l'aide aux cas de rigueur en se fondant sur les premières expériences ont constaté qu'il était nécessaire de la modifier. Si une entreprise prend des mesures d'assainissement, une augmentation des contributions qui lui sont destinées doit être possible.

Toutes ces mesures nécessitent une révision de la loi Covid-19, soumise au Parlement.

>> Les explications d'Ueli Maurer:

170221_MAURER [RTS]
Les déclarations d'Ueli Maurer, lors de la conférence de presse du 17 février 2021 / Conférences de presse de la Confédération / 10 min. / le 17 février 2021

15h25

Risque nécessaire pour le "vivre ensemble", déclare Alain Berset

Les assouplissements annoncés pour le 1er mars présentent un risque au niveau épidémiologique, a prévenu mercredi le ministre de la santé Alain Berset devant la presse. Il est toutefois possible de l'affronter, si tout le monde fait un effort.

Les efforts réalisés ces dernières semaines et mois ont payé, a souligné le conseiller fédéral. La population a respecté les mesures et s'est montrée disciplinée, particulièrement durant les fêtes de fin d'année. Le nombre d'infections a été divisé par deux en un mois. Les hospitalisations et les décès diminuent également. Et les vaccinations avancent, malgré des retards de livraison.

"Tout le monde a envie de reprendre des activités sociales et sportives", a-t-il poursuivi. Au vu de la situation, le Conseil fédéral a décidé d'assouplissements prudents, tout en étant conscient qu'il s'agit d'un risque. En cause: l'augmentation des cas liés aux nouveaux variants.

Mais c'est un risque nécessaire pour le "vivre ensemble", a précisé Alain Berset. Et de rappeler que les jeunes notamment ont beaucoup souffert des restrictions. Selon lui, le risque peut être surmonté si toute la population continue de faire attention ensemble.

>> Les déclarations d'Alain Berset lors de la conférence de presse:

170221_BERSET [RTS]
Les déclarations d'Alain Berset, lors de la conférence de presse du 17 février 2021 / Conférences de presse de la Confédération / 10 min. / le 17 février 2021

15h20

Nouvelle lueur d'espoir pour le 1er avril

D'autres allègements pourraient être décidés dès le 1er avril, si la situation épidémiologique le permet. Il pourrait notamment s'agir de la réouverture des terrasses des restaurants ou de la possibilité de faire du sport à l'intérieur ou d'organiser des événements culturels ou sportifs avec public.

Plusieurs conditions devront toutefois être réunies. Le taux de positivité devra être inférieur à 5%, l'occupation des lits de soins intensifs par les patients Covid inférieure à 25%, le taux de reproduction en dessous de 1, et l'incidence sur 14 jours au 24 mars pas plus haute que celle du 1er mars.

Le gouvernement précise toutefois que les assouplissements ne seront en aucun cas automatiques.

15h15

Exception pour les moins de 18 ans

Les jeunes jusqu'à 18 ans pourront en revanche profiter des offres culturelles et sportives. La tranche d'âge a particulièrement souffert des mesures restrictives, note le Conseil fédéral.

15h10

Les installations sportives devraient également rouvrir

Les installations sportives, telles que les patinoires et les terrains de tennis ou de football, seront de nouveau ouvertes.

Seuls des groupes de cinq personnes maximum pourront y accéder. Les compétitions et les événements pour adultes sont interdits.

15h05

Capacités restreintes dans les magasins

Tous les magasins pourront rouvrir leurs portes. Le nombre de clients sera toutefois restreint. Les musées, les salles de lecture des bibliothèques ou des archives, les centres de loisirs en extérieur, comme les zoos ou les jardins botaniques, seront également de nouveau accessibles.

Le port du masque y sera obligatoire, les distances devront être maintenues et les capacités d'accueil restreintes.

15h00

Magasins, musées et zoos devraient rouvrir le 1er mars

Les magasins, les musées ou encore les zoos devraient rouvrir leurs portes le 1er mars. Mais pas encore les restaurants. Le Conseil fédéral a présenté mercredi de premiers assouplissements. Les cantons doivent encore les accepter. Le gouvernement prendra une décision définitive le 24 février.

Les infections, les hospitalisations et les décès ont baissé au cours des dernières semaines, explique le gouvernement dans un communiqué. La situation épidémiologique reste toutefois fragile et incertaine, en raison des nouveaux variants du coronavirus beaucoup plus contagieux.

Le nombre de cas liés à ces mutations double tous les 10 à 14 jours. La réduction globale des cas devrait ainsi ralentir dans un futur proche. Et une nouvelle augmentation n'est pas exclue. C'est pourquoi le Conseil fédéral propose une réouverture prudente et par étapes. Seules les activités avec un faible risque d'infections seront de nouveau autorisées le 1er mars.

Assouplissement également pour les rassemblements à l'extérieur. Jusqu'à quinze personnes pourront se rencontrer.

14h00

Près de 6600 cas attribués aux variants

Jusqu'à présent, la Suisse a détecté 6590 cas attribués aux variants du coronavirus, soit 1805 de plus qu'il y a une semaine. La plupart ne sont attribuables à aucune des mutations connues, a indiqué mercredi l'OFSP.

Selon les derniers chiffres, 2512 cas ont été attribués jusqu'à présent au variant britannique (B.1.1.7) et 99 au variant sud-africain (B.1.351). Trois cas de mutation brésilienne (P.1) sont désormais connus: deux à Genève et un à Zurich. Dans les 3976 cas restants, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire. Les virus mutent constamment.

L'augmentation des cas de variants est exponentielle, contrairement à l'ancienne souche connue du virus. L'OFSP souligne que les chiffres ne sont pas représentatifs, en raison d'importantes sous-estimations dans les cantons où peu ou pas d'échantillons ont été séquencés.

13h40

1253 cas supplémentaires au cours des dernières 24 heures

La Suisse compte mercredi 1253 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Vingt-deux décès supplémentaires sont à déplorer et 66 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 33'449 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,75%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 16'205. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 187,45 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,88.

Au total, 782'675 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 542'196 ont été administrées. Depuis le début de la pandémie, 545'535 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'797'666 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein.

Le total des décès s'élève à 9128 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 22'921.

Le pays dénombre par ailleurs 11'317 personnes en isolement et 20'168 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3537 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h45

La conférence de presse du Conseil fédéral se tiendra à 15h00

Le président de la Confédération Guy Parmelin, le ministre de la santé Alain Berset et le ministre des finances Ueli Maurer présenteront ce mercredi à 15h00 les dernières décisions du gouvernement concernant la situation du coronavirus. A suivre en direct sur RTSinfo et RTS 2.

>> L'analyse d'Esther Mamarbachi dans le 12h45:

La Suisse attend les mesures du Conseil fédéral. L'analyse d'Esther Mamarbachi, journaliste à la RTS. [RTS]
La Suisse attend les mesures du Conseil fédéral. L'analyse d'Esther Mamarbachi, journaliste à la RTS. / 12h45 / 1 min. / le 17 février 2021

13h00

Pour les parlementaires, la Suisse doit soutenir la vaccination mondiale

Berne doit soutenir la vaccination contre le coronavirus au niveau mondial. La commission de politique extérieure du National a adopté, par 14 voix contre 8 et deux abstentions, une motion exigeant l'adhésion de la Suisse à l'appel à la solidarité dans la lutte contre le Covid-19 lancé par l'OMS.

Le texte demande notamment au Conseil fédéral de s'engager à favoriser un accès plus rapide aux vaccins à l'échelon mondial, indiquent mercredi les services du Parlement.

Pour ce faire, il doit contribuer à l'augmentation de la capacité de production mondiale grâce à une amélioration de la mise en commun des ressources existantes des secteurs public et privé.

12h45

Les EMS fribourgeois prêts à entrouvrir leurs portes

Dans le canton de Fribourg, un assouplissement progressif des mesures anti-Covid-19 est prévu dans les EMS. Dès le 1er mars prochain, les résidents pourront en effet recevoir la visite de leurs proches, de préférence en chambre, ou partager avec eux un repas à la cafétéria de l’EMS, ainsi que se rendre à des réunions familiales à l’extérieur.

Autres allègements: le port du masque n’est plus nécessaire pour les soins de proximité et les collations pourront, à nouveau, être prises dans le réfectoire entre quatre résidents au maximum. Les sorties non-accompagnées seront à nouveau autorisées.

Ces assouplissements sont rendus possibles parce que 95% des pensionnaires des EMS fribourgeois ont été vaccinés. Toutefois, pour pouvoir bénéficier de cette fenêtre de liberté partielle, les homes devront attendre quatorze jours après l’administration des deuxièmes doses de vaccin et présenter un taux de vaccination élevé.

>> Les précisions dans le 12h30:

Une infirmière donne la première dose du vaccin anti-Covid à une résidente d'um EMS du canton de Fribourg, le 28 décembre 2020 à Cottens. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les résident d’EMS fribourgeois vaccinés pourront progressivement retrouver un quotidien normal / Le 12h30 / 1 min. / le 17 février 2021

Invitée mercredi dans le 12h45, la conseillère d'Etat fribourgeoise Anne-Claude Demierre estime qu’il était "très important" de présenter ces assouplissements le plus rapidement possible, car "nous avons dû prendre des mesures très difficiles lors de la deuxième vague avec la fermeture des visites".

>> L’intégralité de l’interview d’Anne-Claude Demierre dans le 12h45:

Le gouvernement fribourgeois décloisonne les EMS dès le 1er mars. Les précisions Anne-Claude Demierre, Conseillère d'État fribourgeoise. [RTS]
Le gouvernement fribourgeois décloisonne les EMS dès le 1er mars. Les précisions Anne-Claude Demierre, Conseillère d'État fribourgeoise. / 12h45 / 2 min. / le 17 février 2021

12h30

Situation pandémique actuelle différente du premier "déconfinement"

Réuni en séance mercredi matin, le Conseil fédéral devrait annoncer dans l'après-midi des propositions d'assouplissement des restrictions en vigueur jusqu'à la fin du mois. Une sortie qui sera sans doute échelonnée, par étapes.

La Suisse a déjà vécu une "sortie de confinement", à l'issue de la première vague, en avril dernier. Cette fois-ci, elle sera différente. La situation n'est cependant pas plus mauvaise que lors du premier "déconfinement".

En effet, seul le nombre de cas quotidiens est aujourd'hui plus élevé: plus de 1000 cas contre environ 200 en avril. Mais le changement majeur est que les tests sont maintenant cinq fois plus nombreux qu'en avril dernier.

Pour le reste, le nombre d'hospitalisations en cours est légèrement plus bas et le nombre de décès est nettement plus faible. Les variants du virus - plus contagieux, même si leur propagation semble faiblir - sont toutefois une incertitude nouvelle.

>> Les explications dans le 12h30:

La situation pandémique actuelle différente celle du premier assouplissement des mesures sanitaires en avril dernier. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
La situation pandémique actuelle différente de celle du premier assouplissement des mesures sanitaires en avril dernier / Le 12h30 / 1 min. / le 17 février 2021

11h05

Pas de Landsgemeinde non plus cette année à Appenzell

Déjà annulée l'an dernier, la Landsgemeinde d'Appenzell Rhodes-Intérieures n'aura pas lieu non plus en 2021 en raison de la pandémie. Le rassemblement des citoyens du petit canton doit être remplacé par des votations dans les urnes avant les vacances d'été.

Prévue fin avril, la Landsgemeide ne pourra pas être organisée pour la deuxième année consécutive, car la situation pandémique ne se sera sans doute pas détendue suffisamment d'ici-là en raison des mutations du virus, écrit mercredi le gouvernement des Rhodes-Intérieures. Les autorités renoncent à la renvoyer à une date ultérieure. Elles préfèrent la remplacer par des votations, de manière à ce que les objets concernés soient bouclés au début de l'été.

08h10

Le Conseil fédéral présentera ses propositions dans l'après-midi

Quels allègement et réouvertures tout en contrôlant la pandémie? Le Conseil fédéral devrait présenter ce mercredi après-midi des propositions dans ce sens. Les restrictions actuelles sont prévues jusqu'à la fin du mois, et les pressions s'accumulent en vue d'assouplissements.

Ces appels ne seront sans doute pas tous exaucés dans un premier temps, mais des assouplissements sont envisagés. Le Conseil fédéral pourrait bien proposer des réouvertures en deux phases: d'abord le 1er mars, puis le 1er avril. S'agissant des différents secteurs, très peu d'informations ont filtré avant la réunion du jour.

De leur côté, les ministres romands de la Santé ont déjà commencé à se consulter. Et selon nos informations, ils ne sont de loin pas unanimes, ni sur la date, ni sur les lieux à rouvrir en priorité. Mais selon eux, des allègements sont nécessaires pour préserver l'adhésion et la santé mentale de la population.

>> Le sujet de La Matinale:

Le Conseil fédéral est sous pression pour assouplir les mesures. [Peter Klaunzer - KEYSTONE]Peter Klaunzer - KEYSTONE
Les annonces du Conseil fédéral de ce mercredi particulièrement attendues / La Matinale / 2 min. / le 17 février 2021

08h00

Les politiciens doivent gérer la pression en ces temps de pandémie

"La pression monte sur le Conseil fédéral et sur Alain Berset": c’est probablement une des expressions les plus utilisées ces derniers jours. Cette pression sur les politiques, notamment à haut niveau, a toujours existé. Mais avec la pandémie, le phénomène a pris une tout autre ampleur.

Cette pression vient de tous les côtés. Pas plus tard que ce dimanche, les milieux économiques ont esquissé un retour à la normale en quatre étapes. Ponctuellement, les scientifiques donnent leurs avis d'experts. Les milieux culturels et les cafetiers-restaurateurs, eux, crient leur désespoir. Enfin, la population, elle aussi, exprime un certain ras-le-bol: deux pétitions rassemblant près de 300'000 signatures ont été déposées à Berne.

Que pensent les principaux intéressés de ce phénomène? Comment le vivent-ils? Selon Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois, il faut commencer par accepter d'être parfois impopulaire.

>> L’éclairage de La Matinale:

En cette période de pandémie, les politiques doivent savoir gérer la pression. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
Les politiques face à la pression populaire / La Matinale / 3 min. / le 17 février 2021

07h50

La pandémie modifie les habitudes de vacances

En Suisse romande, les vacances scolaires ont démarré, en particulier à Genève, Fribourg et en Valais. Les stations de montagne adaptent leurs offres, en fonction de nouvelles habitudes de consommation. La pandémie bouscule la manière de vivre ses loisirs.

Exemple à Morgins (VS), où Martial Donnet gère avec son épouse l’hôtel Helvetia. "Les gens optent pour des séjours beaucoup plus courts, réservés à la dernière minute. Et ils skient moins longtemps. Ils passent ensuite à d’autres activités, comme la marche ou le ‘wellness’", explique-t-il dans La Matinale.

Le ski est de plus en plus concurrencé par d’autres activités. Les raquettes, les luges et les bobs sont pris d’assaut. Et même les locations de skis évoluent, avec davantage de demande pour la randonnée et le ski de fond.

>> Le reportage de La Matinale:

Les us et coutumes changent pour les vacances de ski. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
Les us et coutumes des vacances de ski se modifient. / La Matinale / 1 min. / le 17 février 2021

07h40

Depuis lundi, le canton de Vaud vaccine aussi à domicile

Depuis lundi, dans le canton de Vaud, le vaccin contre le Covid-19 vient à domicile, chez ceux qui ne peuvent plus sortir. Près de 1700 personnes pourraient bénéficier de ce service, apporté en collaboration avec la Protection civile.

La RTS a accompagné l'équipe de vaccination chez Claire-Lise, 79 ans, au Mont-sur-Lausanne. "Je suis contente du vaccin. Et si on peut rester à la maison, c'est encore mieux!", s'est-elle exclamée dans La Matinale.

>> Le reportage de La Matinale:

Depuis lundi, le canton de Vaud vaccine aussi à domicile. [Georgios Kefalas - KEYSTONE]Georgios Kefalas - KEYSTONE
Il est désormais possible de se faire vacciner à domicile dans le Canton de Vaud / La Matinale / 2 min. / le 17 février 2021

07h30

Des pressions toujours plus grandes sur le Conseil fédéral

Au-delà des impératifs sanitaires, le Conseil fédéral devra tenir compte des pressions politiques et économiques avant d'annoncer d'éventuels assouplissements.

Les pressions se font nombreuses depuis une semaine, sans compter le ras-le-bol grandissant et l'épuisement de la population. D’aucuns réclament un déconfinement et une levée des mesures ou alors au moins un calendrier en vue de sortir de la crise.

>> Les explications dans le 19h30:

Avant de décider de maintenir ou non les restrictions sanitaires, le conseil fédéral fait l'objet de multiples pressions. [RTS]
Avant de décider de maintenir ou non les restrictions sanitaires, le conseil fédéral fait l'objet de multiples pressions. / 19h30 / 1 min. / le 16 février 2021

>> L'analyse d'Esther Mamarbachi dans le 19h30:

L'analyse d'Esther Mamarbachi, journaliste à la RTS [RTS]
L'analyse d'Esther Mamarbachi, journaliste à la RTS / 19h30 / 1 min. / le 16 février 2021

07h15

Des efforts qui fonctionnent, mais deux "mais"

Avant la conférence très attendue du Conseil fédéral mercredi, l'Office fédéral de la santé publique a fait le point mardi à Berne. Pour Patrick Mathys, directeur de la gestion de crise à l'OFSP, "la Suisse ne se débrouille pas si mal" mais le feu reste à l'orange.

L'OFSP estime que les mesures et les efforts de tout un chacun fonctionnent, mais qu'il subsiste deux "mais" qui empêchent toujours Patrick Mathys de sourire: tout d'abord, le taux de reproduction, cet outil pour estimer en moyenne à combien de gens une personne infectée transmet le virus, qui reste entre 0,8 et 1. Or, il faudrait qu'il baisse encore un peu pour éviter que l'épidémie ne reparte en trombe au moindre relâchement. Et le deuxième point négatif, ce sont les  mutations du virus, les variants, qui se cachent toujours à l'intérieur des chiffres de l'épidémie.

L'heure ne semble donc pas au renforcement des mesures. Des assouplissements début mars seront en revanche possible si tout va bien. Il n'est pas question de revenir à la vie d'avant, ni d'être trop souple. Les responsables de l'OFSP laissent entendre qu'ils ont soumis des projet, des variantes au Conseil fédéral. Et celui-ci annoncera ses décisions mercredi.

>> Toutes les explications dans Forum:

L'OFSP a présenté la situation sanitaire en Suisse au 16 février 2021. [Peter Klauzner - Keystone]Peter Klauzner - Keystone
L'OFSP présente la situation sanitaire à la veille des annonces du Conseil fédéral / Forum / 3 min. / le 16 février 2021

07h00

Quel déconfinement peut-on prévoir?

La pression est forte sur le Conseil fédéral concernant un déconfinement. Les milieux économiques exigent un plan clair de sortie de crise en misant beaucoup sur le vaccin. Cette pression est-elle justifiée? Est-il possible de livrer une stratégie de déconfinement claire à ce stade de la pandémie?

Trois invités en ont débattu dans Forum, Cristina Gaggini, directrice romande d'economiesuisse, Baptiste Hurni, conseiller national (PS/NE), et Alessandro Diana, infectiologue.

>> Le débat dans Forum:

Des affiches de prévention contre le coronavirus. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Le grand débat - Quel plan de déconfinement? / Forum / 15 min. / le 16 février 2021

06h45

Le gaspillage des doses de vaccin est extrêmement rare

Chaque semaine, la Suisse reçoit des dizaines de milliers de doses de vaccin contre le Covid-19 de la part de Pfizer/BioNTech et Moderna. C'est à la pharmacie de l'armée que revient la lourde charge de gérer la réception de ces précieuses fioles, de les stocker puis de les distribuer dans les cantons.

Au vu des contraintes spécifiques à ces vaccins, les risques de détériorer le produit sont légion. Et pourtant, la mission a jusqu'à présent été remplie sans dommages, constate le porte-parole de l'armée, interrogé par la RTS. "Aucune perte ni aucun problème dans le transport ou le stockage n'est à déplorer", se félicite Daniel Reist.

La suite de la tâche incombe aux cantons. Là aussi, la logistique semble pour l'heure maîtrisée et les dégâts sont extrêmement limités, si l'on en croit les cantons. Genève, le Valais, Fribourg et Berne affirment ainsi n'avoir perdu aucune dose depuis le début de la campagne de vaccination il y a plus d'un mois.

A Neuchâtel, cinq flacons, soit une trentaine de doses, ont dû être jetés dans un EMS du Val-de-Ruz en raison d'un problème de réfrigératiion. Dans le Jura, 11 flacons ont été perdus pour diverses raisons (rupture de la chaîne du froid, erreur de manipulation). Dans le canton de Vaud, deux fioles, soit 12 doses, n'ont pas pu être utilisées. L’une a été cassée par accident et l’autre n’a pas pu être injectée car le délai de péremption après préparation était dépassé.

>> Tous les détails à lire: Le gaspillage des doses de vaccin est extrêmement rare en Suisse

06h30

Le Château de Chillon en difficulté

Le Château de Chillon (VD) est le premier institut culturel à devoir licencier du personnel à cause de la crise sanitaire.

Le monument historique le plus visité de Suisse tire en effet 95% de ses revenus de la billetterie, des ventes des deux boutiques ou encore de la location des lieux. La pandémie a suspendu ces sources de financement.

Cette situation inquiète d'ailleurs tous les musées qui réclament une réouverture.

>> Le reportage dans le 19h30:

Les musées suisses réclament la ré-ouverture [RTS]
Les musées suisses réclament la ré-ouverture / 19h30 / 1 min. / le 16 février 2021

06h15

Retour sur la journée de mardi

L'Office fédéral de la santé publique a annoncé mardi 1075 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Un total de 35 décès supplémentaires sont à déplorer, alors que 62 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 24'140 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,45%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 16'610. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 192,14 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,88.

Au total, 782'675 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 541'231 ont été administrées. Depuis le début de la pandémie, 544'282 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'764'217 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9106 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 22'855.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus