Modifié

La "dernière sorcière d'Europe" s'expose à Mollis (GL)

Le musée de Mollis relate la vie et les souffrances d'Anna Göldi. [Keystone]
Le musée de Mollis relate la vie et les souffrances d'Anna Göldi. [Keystone]
La «dernière sorcière d'Europe» Anna Göldi a son musée. La commune de Mollis (GL) a inauguré samedi des chambres d'exposition permettant au public de voir les documents liés au procès de cette femme, exécutée le 13 juin 1782.

Outre un portrait d'Anna Göldi peint en 2004 d'après l'actrice qui l'a incarnée à l'écran, le musée montre aussi des extraits du film «Anna Göldi, la dernière sorcière», de Gertrud Pinkus (1991).

De plus, la cellule de l'hôtel de ville glaronais dans laquelle elle était incarcérée a été recréée en sous-sol et un instrument de torture, servant à obtenir des aveux, est exposé.

A noter que le musée se trouve à côté de la maison où Anna Göldi a passé les plus belles années de sa vie en tant que domestique de la famille Zwicky. Elle est ensuite entrée au service de la famille Tschudi, où elle a été accusée de sorcellerie.

Une condamnation arbitraire?

Anna Göldi, ou Göldin, est la dernière femme à avoir été condamnée à mort pour sorcellerie en Europe il y a 225 ans, à l'âge de 48 ans. Elle avait été jugée coupable d'avoir empoisonné une petite fille de 8 ans.

Selon le journaliste Walter Hauser, spécialiste d'histoire glaronaise et auteur d'un livre-enquête, Anna Göldi a été victime d'un jugement arbitraire. Une demande de réhabilitation a été récemment refusée par le gouvernement cantonal, contre l'avis du parlement. Elle a aussi été rejetée par l'Eglise protestante glaronaise, qui a pris part au procès et à l'exécution.

ats/cer

Publié Modifié

50'000 à 100'000 victimes de procès

C'est vers 1490 que commence un mouvement systématique d'arrestations de sorciers et sorcières dans toute l'Europe.

Tant les tribunaux des régions d'obédience catholique que de celles abritant la Réforme envoient des sorcières à la mort.

Historiens et chercheurs estiment aujourd'hui le nombre de victimes entre 50'000 et 100'000.

L'usage systématique de la torture (sauf en Angleterre) permettait d'obtenir des aveux aussi détaillés que fallacieux.

Les victimes des procès en sorcellerie sont à 80% des femmes, et appartiennent en majorité aux classes populaires.

Les grandes persécutions se terminent vers la fin du XVIIe siècle.

Les dernières victimes sont brûlées ou décapitées, Anna Göldin en Suisse et deux autres en Pologne en 1793.