Modifié le 02 novembre 2018 à 18:51

La transparence des partis plus que jamais d'actualité au Parlement fédéral

Le Palais fédéral à Berne, siège du gouvernement et du parlement helvétiques.
Les "affaires" des politiques pourraient peser sur la discussion sur l'initiative pour la transparence des partis La Matinale / 1 min. / le 02 septembre 2018
Les affaires impliquant des politiciens n'en finissent pas d'éclater, notamment en Suisse romande. Au point qu'elles pourraient peser dans la discussion sur l'initiative pour la transparence des partis au Parlement fédéral.

Issue de la gauche, l'initiative veut obliger les élus et les partis politiques à déclarer tous les dons de plus de 10'000 francs qu'ils reçoivent.

Si le texte a été rejeté par le Conseil fédéral, un contre-projet pourrait émerger lors du débat au Parlement.

Pour la conseillère nationale et co-présidente du comité d'initiative Lisa Mazzone (Verts/GE), "il s’agit d'une question de respect de l’électrice et de l’électeur (...). On doit mettre à sa disposition l’ensemble des informations y compris les sommes qui sont en jeu, pour qu'on sache qui sont les gens qui se cachent derrière les affiches".

Des cantons pionniers

Cinq cantons ont déjà accepté des initiatives pour la transparence des partis: Genève, Neuchâtel, Fribourg, Schwyz et le Tessin.

Le conseiller aux Etats PLR neuchâtelois Raphaël Comte n'est pas opposé à l'introduction d'une telle règle au plan fédéral: "En tous les cas dans les cantons qui l’ont introduite, ça n’a pas conduit à une situation absolument catastrophique. Les partis continuent à se financer mais peut-être que par ce biais-là, on peut rétablir une partie de la confiance entre la population et les autorités."

Discussions la semaine prochaine

Si les élus parviennent à un compromis en commission la semaine prochaine sur un sujet qui les touche très directement, le contre-projet pourrait reprendre les termes d'une autre proposition parlementaire issue du PDC qui veut s'attaquer uniquement aux financements étrangers.

Alexandra Richard/pym

Publié le 02 novembre 2018 à 09:28 - Modifié le 02 novembre 2018 à 18:51