Publié

Romands et Tessinois souffrent plus de dépression que les Alémaniques

Plus de 9% de la population romande et tessinoise souffre de dépression, contre 5,5% en Suisse alémanique, selon l'OFS (image d'illustration). [DR - AFP]
Plus de 9% de la population romande et tessinoise souffre de dépression, contre 5,5% en Suisse alémanique, selon l'OFS (image d'illustration). [DR - AFP]
Plus de 9% de la population romande et tessinoise souffre de dépression, contre 5,5% en Suisse alémanique, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique relevés par le Matin Dimanche.

Le constat est tiré par l'enquête suisse sur la santé la plus récente, datant de 2012. Chez les femmes, le contraste est encore plus marqué (10,9% contre 5,7%). Or, aucune étude n'explique ce "Röstigraben de la santé mentale".

Une enquête du Matin Dimanche, qui s'appuie sur diverses statistiques et études, distingue toutefois quatre critères qui pourraient expliquer cette différence. L'urbanisation, le stress (qui peut être, suggère l'hebdomadaire, lié au taux de chômage globalement plus haut dans les cantons latins), la liberté de parole, ou le rapport à la maladie.

Tabou

Pour le professeur Erich Seifritz, médecin-chef de la Clinique psychiatrique universitaire de Zurich, la concentration importante de psychiatres dans les régions latines n'explique pas tout: "Il est possible que la conscience de la maladie mentale soit différente en termes régionaux".

Pour lui, le tabou autour de la dépression est plus important outre-Sarine et "empêche de nombreuses personnes de demander de l'aide".

jvia

Publié