Modifié le 09 juin 2017

La noyade est bien la deuxième cause de décès par accident chez les enfants

Comme l'a affirmé la Société suisse de sauvetage, seule la route entraîne davantage de décès accidentels d'enfants que les noyades. En dix ans, 47 filles et garçons de moins de 15 ans se sont noyés en Suisse.

"La noyade est la deuxième cause la plus fréquente d'accident entraînant la mort chez les enfants, après les accidents de circulation", a déclaré Philipp Binaghi de la Société suisse de sauvetage dans Schweiz am Wochenende, une information relayée par 20 Minutes.

C'est vrai, d'après les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Entre 2005 et 2014, 121 enfants de 0 à 14 ans ont perdu la vie dans des accidents de la route, 47 lors de noyades et 36 en chutant.

20 secondes suffisent

Au bord de l'eau, la vigilance doit être permanente avec les enfants. Les bouées ou autres manchons ne suffisent pas à les protéger. Malgré la présence de maîtres-nageurs, les associations de prévention recommandent de toujours garder l'oeil ouvert et s'inquiètent des parents absorbés par leurs smartphones.

Fact checking: «la noyade est la deuxième cause la plus fréquente d’accident entraînant la mort chez les enfants »
19h30 - Publié le 09 juin 2017

Un enfant peut se noyer en moins de 20 secondes, sans faire de bruit, rappelle le bureau de prévention des accidents.

La surveillance des piscines n'est pas directement réglée par la loi, mais des normes existent. En cas d'accident, l'exploitant et les parents peuvent être considérés comme responsables.

Jennifer Covo/vtom

Publié le 09 juin 2017 - Modifié le 09 juin 2017

Davantage de décès chez les garçons

Les décès par accident sont plus fréquents chez les garçons que chez les filles. Entre 2005 et 2014, 256 garçons de 0 à 14 ans ont perdu la vie dans des accidents, contre 145 filles de la même tranche d'âge.

Le constat reste le même quel que soit le type d'accident. La différence la plus importante se situe au niveau des accidents de la route, où le nombre de décès de garçons est le double de celui des filles.