Modifié le 28 mars 2017 à 16:14

Vers un échec du référendum contre l'application du 9 février

Le Tessinois Nenad Stojanovic a porté le référendum contre la mise en oeuvre du 9 février.
Vers un échec du référendum contre l'application du 9 février 2014 Le 12h30 / 1 min. / le 28 mars 2017
Les Suisses ne devraient pas revoter sur l'initiative contre l'immigration de masse. Le référendum contre la mise en oeuvre de ce texte accepté le 9 février 2014 n'aboutira certainement pas, indiquent les initiants.

L'initiateur de cette récolte de signatures, le politologue tessinois Nenad Stojanovic (PS), admet que le délai fixé au 7 avril sera trop court et qu'il faudrait "désormais un miracle" pour qu'il réussisse son pari.

Il y a trois semaines, les divers comités impliqués n'avaient récolté que 12'000 signatures, sur les 50'000 nécessaires, et un dernier espoir s'est envolé avec le refus des Jeunes socialistes de participer. En outre, le référendum n'a bénéficié d'aucun soutien de partis ou de mouvements politiques d'ampleur. Nenad Stojanovic attribue toutefois cet échec à un problème structurel: "On n'avait pas les ressources financières et personnelles qu'il faut avoir pour récolter 50'000 signatures", a-t-il indiqué mardi sur les ondes de la RTS.

On n'avait pas les ressources financières et personnelles nécessaires

Nenad Stojanovic

Peine à convaincre

Au manque de moyens, il faut ajouter la peine des initiants à convaincre le peuple. Un récent sondage de l'institut GFS Berne a en effet montré que 57% des Suisses soutiennent l'application "light" de l'initiative contre l'immigration de masse.

Alors que son combat lui aura valu beaucoup d'attention depuis la fin de l'année dernière, Nenad Stojanovic réfute avoir tenté de se faire un nom: "C'est vrai qu'il y a eu une forte attention des médias, mais je ne l'ai pas cherchée et je n'ai pas besoin de ça: dans mon canton d'origine, le Tessin, on me connaît déjà", a-t-il rétorqué.

Julien Bangerter/hend

Publié le 28 mars 2017 à 13:09 - Modifié le 28 mars 2017 à 16:14