Modifié

Les 300 plus riches de Suisse détiennent 595 milliards de francs

Le budget annuel de la confédération est positif de 2,5 milliards. [Martin Rütschi - Keystone]
Le budget annuel de la confédération est positif de 2,5 milliards. [Martin Rütschi - Keystone]
La fortune cumulée des quelque 300 familles et personnes les plus riches de Suisse a poursuivi son ascension cette année. Elle s'est hissée à 595 milliards de francs, 6 milliards de plus qu'en 2014.

Le classement présenté par le magazine économique Bilanz vendredi reste dominé par la famille du fondateur d'Ikea. La fortune moyenne des 300 plus riches de Suisse s'est établie à 1,98 milliard de francs et 132 d'entre eux disposaient d'un patrimoine supérieur à un milliard.

Les dix premiers du classement ont vu leurs avoirs s'apprécier de six milliards à une somme cumulée de 180 milliards.

Nouveaux venus

Douze nouveaux noms ont rejoint ces ultra-riches. Parmi ceux-ci figure notamment Andrea Agnelli, un des héritiers de la famille fondatrice du fabricant automobile italien Fiat. Domicilié au Tessin, le président du club de football turinois de la Juventus dispose d'une fortune entre 1 et 1,5 milliard de francs.

Le club des 300 plus riches de Suisse a également enregistré l'arrivée en son sein du romancier brésilien Paulo Coelho, établi en terres genevoises, ainsi que l'architecte espagnol Santiago Calatrava, notamment.

ats/cab

Publié Modifié

Le trio de tête

Le classement reste dominé par les trois fils du fondateur d'Ikea Ingvar Kamprad (Peter, Jonas et Mathias). Détenteurs d'un passeport à croix blanche, mais domiciliés à l'étranger, ils dirigent depuis l'an passé l'empire suédois de l'ameublement. La fortune familiale est estimée entre 44 et 45 milliards de francs (+2 mrds).

Le Suisso-Brésilien Jorge Paulo Lemann a repris la deuxième place aux familles Hoffman et Oeri. Le plus important actionnaire du premier brasseur du monde, le belge AB-InBev, a vu son patrimoine gonfler à 28-29 milliards (+3)

Les familles Hoffmann et Oeri , qui détiennent avec 9% des actions la majorité des voix du groupe Roche, ont perdu 1 milliard à 25 - 26 milliards.

Des perdants

Si le patrimoine cumulé des 300 personnes ou familles recensées par Bilanz s'est étoffé en 2015, une trentaine a cependant vu sa fortune se réduire.

Parmi les grands perdants, Ivan Glasenberg, le patron du géant zougois des matières premières Glencore, a vu sa fortune plonger de 3,25 milliards de francs, pour s'afficher entre 2 et 2,5 milliards.

Le Russe Viktor Vekselberg, qui contrôle les groupes Sulzer et OC Oerlikon, a lui vu sa fortune chuter de 3 milliards à 8-9 milliards.