Modifié le 12 avril 2013 à 15:31

Selon une étude, les seniors sont plus dangereux que les jeunes conducteurs

Un conducteur senior au volant de sa voiture dans le canton de Berne.
Les personnes de plus de 80 ans courent quatre fois plus de risques que la moyenne de se blesser grièvement dans un accident qu'ils commettent. [Gaëtan Bally - Keystone]
Contrairement aux idées reçues, les jeunes conducteurs ne sont pas les plus dangereux. C'est à partir de 75 ans que la dangerosité des conducteurs augmente fortement, selon une étude publiée par l'Université de Zurich.

Conduire après l'âge de 75 ans accroît le risque d'accident de la route. Des chercheurs de l'Université de Zurich l'affirment et proposent d'imposer des tests d'aptitude dès cet âge-là. Le plus grand risque est couru dès 80 ans. Les jeunes conducteurs ne sont donc pas les plus dangereux.

L'étude zurichoise publiée vendredi, basée sur les statistiques suisses d'accidents de la route, s'est penchée sur les différentes catégories d'âge des personnes impliquées. Elle tient compte du nombre de représentants de ces catégories parmi les conducteurs et du nombre de kilomètres parcourus par an.

Contrairement aux personnes plus âgées, les personnes entre 70 et 75 ans ne présentent apparemment pas de risque accru de commettre un accident de la route. "Fixer à 70 ans déjà un contrôle d'aptitude à la conduite ne semble donc pas indispensable", estime le professeur Gianclaudio Casutt, cité dans le communiqué de l'Université de Zurich.

Augmentation du risque de décès

Les personnes de plus de 80 ans courent quatre fois plus de risques que la moyenne de se blesser grièvement dans un accident qu'ils commettent. Leur risque d'y perdre la vie est même multiplié par huit.

La catégorie des 75 à 80 ans arrive en deuxième position. Le risque accru qu'elles courent est principalement lié à des accidents que ces personnes provoquent sans être blessées. Parmi elles en outre, le taux de blessés graves en proportion du nombre d'automobilistes de cet âge est doublé par rapport à la moyenne.

Les jeunes de 18 à 24 ans constituent la troisième catégorie à risque. Il s'agit pourtant de la catégorie d'automobilistes qui a la réputation de prendre le plus de risques sur la route.

ats/rber

Publié le 12 avril 2013 à 14:49 - Modifié le 12 avril 2013 à 15:31